Après le Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique, les États-Unis doivent garantir la responsabilité et renforcer la coordination

0
86

Le Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique de la semaine dernière a réuni plus de 40 présidents africains à Washington, DC, pour trois jours d’engagement avec le président Biden, des dirigeants du Congrès, des diplomates américains, des chefs d’entreprise et la diaspora africaine sur un éventail impressionnant de questions. Le sommet visait implicitement à réinitialiser les relations avec le continent après l’antipathie de l’administration précédente et la présence croissante d’autres acteurs géopolitiques, tels que la Chine et la Russie, dans la région. Explicitement, la Maison Blanche a souligné la nécessité de voir les pays africains comme des partenaires égaux et de reconnaître l’énorme potentiel du continent. Pourtant, maintenant que le Sommet est terminé, qu’est-ce qui a été promis et comment ces promesses peuvent-elles être tenues?

Une somme vertigineuse d’engagements financiers ont été pris, dont beaucoup nécessitent l’approbation du Congrès. Il est important de noter que ces engagements concernent tous des domaines prioritaires qui pourraient potentiellement changer la donne. Par exemple, l’administration Biden a annoncé 55 milliards de dollars sur les trois prochaines années pour soutenir les nombreux objectifs énoncés dans l’« Agenda 2063 » de l’Union africaine. L’infrastructure est l’une des principales cibles de ce soutien et une priorité majeure des dirigeants africains.

L’administration a également promis d’investir plus de 350 millions de dollars dans l’initiative de transformation numérique avec l’Afrique (DTA) pour stimuler l’infrastructure numérique et un environnement numérique favorable et 10 millions de dollars en financement direct pour l’Alliance pour l’électrification et les télécommunications de la santé (HETA) – une initiative visant à améliorer l’accès. à l’électricité et à Internet pour les établissements de santé publics à travers l’Afrique subsaharienne d’ici 2030. Au-delà des infrastructures, le gouvernement américain a annoncé 2,5 milliards de dollars d’aide humanitaire supplémentaire pour lutter contre l’insécurité alimentaire en Afrique.

D’autres engagements étaient plus rhétoriques, tels que la défense de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCTA), la réaffirmation du cadre de sécurité alimentaire États-Unis-Afrique et le soutien à l’UA pour devenir membre permanent du Groupe des Vingt (G20). Cette dernière déclaration est une demande de longue date de l’UA, mais ce qu’elle implique concrètement et comment elle affectera les mécanismes consensuels déjà tendus du G20, reste à voir. En outre, divers responsables du gouvernement américain ont exprimé leur soutien au renouvellement et à l’élargissement de la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique (AGOA), qui offre aux pays d’Afrique subsaharienne éligibles un accès en franchise de droits aux marchés américains. Pourtant, l’expiration de l’AGOA en 2025 – en dehors du mandat de l’administration actuelle – rend les engagements substantiels de renouvellement invraisemblables pour le moment.

D’autres domaines encore étaient plus discrets. Bien que le Sommet coïncide avec le premier anniversaire du Sommet de Biden pour la démocratie, la bonne gouvernance a reçu relativement moins d’attention. Cela reflétait probablement l’éventail des dirigeants invités au Sommet, qui comprenait tous les pays en règle avec l’UA et avec lesquels les États-Unis entretiennent des relations diplomatiques. À la suite d’une réunion avec les présidents de six pays avec des élections en 2023, le président Biden a promis 165 millions de dollars pour soutenir les élections et la bonne gouvernance en Afrique au cours de l’année à venir. C’est néanmoins moins que les 258,8 millions de dollars pour la démocratie, les droits de l’homme et la gouvernance qui ont été décaissés par les États-Unis en Afrique subsaharienne en 2022.

Garantir la responsabilité des dirigeants américains à respecter ces engagements disparates – et des dirigeants africains à respecter leurs citoyens – sera le test critique du succès durable du Sommet. Fait encourageant, le Sommet s’est terminé par la nomination de l’Ambassadeur Johnnie Carson pour s’assurer que les dialogues débouchent sur des actions concrètes et pour différencier les « nouveaux fonds » des réaffectations des engagements existants. Les efforts de l’ambassadeur Carson devraient être complétés par une plate-forme similaire au système de suivi de l’aide étrangère qui pourrait être exploitée pour incorporer des détails sur les décaissements financiers effectués par le gouvernement américain pendant le Sommet à des pays et secteurs particuliers. Les entreprises américaines qui ont pris des engagements lors du sommet devraient également être encouragées à participer à une telle plate-forme.

En outre, un « bureau de coordination pour l’Afrique » pourrait éviter les doubles emplois ou les efforts politiques contradictoires au sein du gouvernement américain tout en réduisant simultanément les coûts de transaction pour que les dirigeants africains s’engagent avec plus d’une douzaine d’agences et de départements du gouvernement américain qui travaillent sur le continent. Une mise à l’échelle du secrétariat de Prosper Africa à la Maison Blanche, qui coordonne les initiatives intra-agences du gouvernement américain liées au commerce et à l’investissement dans la région, est une autre option. Dans le même ordre d’idées, il est essentiel d’assurer la cohérence des politiques avec des initiatives similaires proposées par les autres partenaires du gouvernement américain en Afrique. Par exemple, le sommet UE-Afrique de février 2022 s’est terminé par l’annonce d’un plan d’infrastructure Global Gateway de 150 milliards d’euros, qui vise également à soutenir la transition numérique et les systèmes de santé en Afrique. De même, le Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) de l’UA et de la Banque africaine de développement pourrait être renforcé par 5 milliards de dollars de subventions du gouvernement américain pour « réduire les risques » des projets prioritaires.

Enfin, des sommets États-Unis-Afrique plus fréquents pourraient maintenir l’élan au fil du temps. Pourtant, ils doivent impliquer un plus large éventail de dirigeants africains au-delà des exécutifs nationaux, y compris des parlementaires, des maires et des dirigeants communautaires. Cela contribuerait à accroître l’appropriation locale et la prise de conscience des engagements financiers et politiques de haut niveau, améliorant ainsi la probabilité de leur mise en œuvre finale sur le terrain.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire