Le GOP n’abandonnera pas le trumpisme de si tôt

0
85

Photo de Laura Seaman

Face aux résultats des élections de mi-mandat qui ont déjoué les prévisions et anéanti les espoirs républicains d’une victoire écrasante, certains médias suggèrent que le parti pourrait enfin se détourner de Trump.

Les républicains soutenus par Trump ont en effet fait exploser certaines courses critiques. Mais cet espoir suggère qu’il existe des titulaires de charge républicains raisonnables qui sont maintenant prêts à se libérer de l’orbite de Trump et à refaire du GOP un parti normal et respectueux de la démocratie.

La suggestion qu’il y avait une fièvre « extrémiste » qui a suivi son cours est fausse.

La réalité : les républicains MAGA sommes le parti républicain. Peu de politiciens républicains qui ont résisté au trumpisme restent au pouvoir, tandis que les titulaires de charge républicains qui ont soutenu les efforts de Trump pour renverser la démocratie américaine restent le pilier du parti.

Rappelons qu’en 2020, même au lendemain d’une insurrection qui menaçait de tuer le vice-président Pence et la présidente de la Chambre Pelosi, une grande majorité de représentants républicains ont voté pour rejeter les résultats d’une élection libre et équitable.

Ces républicains défiant la démocratie restent le noyau dur du parti. Une solide majorité des représentants républicains qui se réuniront à Washington en janvier sont les mêmes personnes qui ont voté pour rejeter le résultat des élections de 2020. Il n’y a aucune raison d’imaginer qu’ils seront plus respectueux de la démocratie à l’avenir.

Le Parti républicain a depuis longtemps abandonné le comportement d’un parti normal – un parti qui valorise la démocratie, accepte le verdict des électeurs lorsqu’il perd et apprend des défaites.

Au lieu de cela, la leçon tirée par le GOP a été d’empêcher ses opposants de voter, de gerrymander les circonscriptions législatives pour donner le pouvoir aux républicains même lorsqu’ils perdent, et d’emballer le système judiciaire avec des juges de droite qui entérineront automatiquement les résultats.

L’attaque du 6 janvier contre le Congrès n’a pas été suivie d’une répulsion bipartite. Au lieu de cela, le Comité national républicain a défendu l’assaut comme un “discours politique légitime”, tandis que les maisons d’État républicaines ont avancé une vague de lois électorales restrictives.

En réponse, les démocrates ont proposé une législation nationale pour protéger notre démocratie. La loi sur la liberté de vote aurait protégé le vote anticipé et le vote par correspondance, rendu les exigences d’identification des électeurs de l’État moins onéreuses, réprimé les tactiques d’intimidation des électeurs, protégé les électeurs contre les pratiques discriminatoires qui ont fait attendre certains électeurs (généralement des électeurs de couleur) pendant des heures. avant qu’ils ne puissent voter, protégé les fonctionnaires électoraux et empêché le sabotage des élections.

Les 50 républicains du Sénat ont voté contre même le débat sur le projet de loi.

Depuis sa grande victoire à la réélection, le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, a été présenté comme un porte-drapeau plus acceptable pour le GOP. Mais DeSantis n’est que du trumpisme sans Trump.

Sous le soi-disant Bureau des crimes électoraux et de la sécurité de DeSantis, les électeurs minoritaires de Floride ont été arrêtés par la police électorale de DeSantis pour des «crimes» comme aider des proches à voter, donner de l’eau aux électeurs dans de longues files d’attente ou aider les gens à s’inscrire.

L’attaque de DeSantis contre le droit de vote ne vise pas la fraude électorale, pour laquelle il offre peu de preuves. Au lieu de cela, c’est un effort pour rendre le vote aussi pénible que possible et pour intimider les électeurs démocrates probables.

Un juge fédéral a annulé de nombreuses dispositions anti-vote de la Floride, notant «l’histoire grotesque de discrimination raciale» de l’État. Mais certains électeurs ont quand même été arrêtés.

Au-delà du droit de vote, DeSantis a clairement indiqué qu’il était totalement d’accord avec l’agenda MAGA qui promeut le ressentiment et les griefs des Blancs, limite la liberté d’expression dans les écoles, fait des boucs émissaires des personnes homosexuelles et trans et attaque les droits à l’avortement.

Avec ou sans Trump, le GOP moderne – avec son amour des armes à feu et sa sympathie pour la violence, son mépris pour les élections libres et sa haine d’une presse libre, et son adhésion à la suprématie blanche – reste une organisation extrémiste qui menace la démocratie constitutionnelle américaine.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/18/the-gop-wont-drop-trumpism-any-time-soon/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire