Confessions d’un défenseur de la forêt du clavier

0
287

Il était une fois, dans un pays pas si lointain, je vivais dans une petite maison entourée d’une grande forêt. Je ne vais pas vous mentir en vous disant que mon enfance a été idyllique car à bien des égards c’était tout sauf ça. J’étais un enfant coincé entre les sexes sous le poids de l’Église catholique à une époque où le monde n’avait même pas un mot pour expliquer mon existence. Il y a des chapitres entiers de mon enfance qui sont franchement trop traumatisants pour que je m’en souvienne et il y a d’autres chapitres que j’aimerais bien pouvoir oublier. Mais je me sentais en sécurité sous les branches des grands chênes qui faisaient tout autant partie de ma maison que les quatre murs et le toit de goudron noir doucement caressés par leurs ombres ondulantes.

Je me perdais pendant ce qui semblait être des années dans les creux de ces bosquets, dansant entre les troncs d’arbres massifs et noueux, retournant de grands rochers vêtus de mousse pour communier avec les étranges créatures minuscules qui prospéraient sous leur masse, chassant les grenouilles et serpents parmi les ruines de camionnettes rouillées et de carcasses de réfrigérateurs abandonnées. Personne ne se souciait de mes manières Queer dans cet espace sacré. Les arbres n’ont jamais essayé d’accrocher un sexe autour de mon cou comme un nœud coulant. Dans la grande grande forêt qui entoure ma petite maison, j’ai eu le droit criminellement rare d’exister simplement sans être inquiété par les notions préconçues du monde extérieur. C’était un endroit qui semblait empreint de la magie d’esprits trop rares pour être étiquetés et j’étais l’un d’entre eux. Un monde qui n’est pas sans rappeler ceux capturés dans des films de rêve comme Mon voisin Totoro et Oncle Boonmee. Naturellement, cela ne pouvait pas durer.

Au fur et à mesure que je grandissais et que mon corps trahissait mon esprit, la violence du monde extérieur s’est lentement glissée comme une fumée pour étrangler mon sanctuaire. La forêt où j’ai passé quelques-uns des rares moments heureux d’une enfance hantée par la dysphorie de genre et les abus cléricaux s’est lentement muée en une bête appelée un quartier. Je me souviens encore comment le saccage a commencé. Un jour, en sautant joyeusement à travers les arbres, je suis tombé sur mon trou de grenouille préféré pour regarder les têtards grandir et découvrir un bidon d’essence vide flottant comme un cadavre dans l’eau. C’était comme si quelqu’un avait enfoncé un poignard profondément dans ma petite poitrine. Aucun amphibien ne sauterait plus jamais de cette piscine.

Puis vinrent les bulldozers, terrifiantes bêtes blindées crachant de la suie noire et pulvérisant tout ce qui osait respirer de l’air pur dans leur sillage. Puis vinrent les maisons qui semblaient grandir de plus en plus sans aucun égard pour leurs voisins aux yeux hagards au bord des arbres. Puis vint la banlieue avec ses pelouses toxiques et ses tondeuses autoportées qui claquaient les oreilles et ses petits citoyens avides avec leurs gouvernements de quartier autoritaires et leurs yeux de jugement sans ciller. Le Vatican a peut-être grièvement blessé mon enfance, mais il est mort d’une mort solitaire avec cette grande grande forêt qui entourait autrefois ma petite maison et je n’ai jamais pardonné à la civilisation d’avoir brisé cette étrange petite fille entre les engrenages de sa cruelle progression. Le vent me supplie quotidiennement de me venger entre les branches qui sont encore assez hautes pour que la brise pleure entre leurs feuilles mourantes.

Les gens me disent que je prends la politique trop personnellement. Des amis me disent que je ne devrais pas me laisser abattre et les éditeurs me disent de retirer ma prose inconfortablement intime des histoires que je raconte. Ils sonnent tous comme les machines qui ont tué les arbres pour moi. Leur logique semble froide et dénuée de sens. Je prends la politique personnellement parce que la politique blesse mon âme avec sa folie et mon écriture est la seule chose que j’ai pour donner un sens à cette folie sans blesser personne, y compris moi-même. Il y a quelques semaines, la politique de la folie a massacré un des miens pour avoir tenté de protéger une forêt, pas très différente de celle dans laquelle j’ai grandi, et depuis que ce crime odieux a été commis, le cri des chênes s’est transformé en un cri puissant.

Manuel Teran, mieux connu de leurs camarades sous le nom de Tortuguita ou Little Turtle était un fier membre de ma tribu d’enfants traumatisés, un écologiste queer non binaire qui, comme beaucoup d’autres au cours de la dernière année, s’est rendu à Atlanta pour servir de défenseur de la forêt avec un local collectif connu sous le nom de Defend the Atlanta Forest. La forêt qu’ils se sont rassemblés pour défendre est de 265 acres de terres publiques connues de l’État sous le nom de South River Forest, dont 85 acres ont été arbitrairement désignés par la ville d’Atlanta pour être rasés au bulldozer pour faire place à un immense complexe de formation de la police. Cette monstruosité a été surnommée Cop City par une communauté locale furieuse fatiguée d’exister sous la tyrannie d’un État d’apartheid bleu qui a colonisé leur existence même avec une liste interminable de lois inutiles et une procession sans fin de voyous sadiques avec des badges envoyés pour les appliquer sans pitié. .

La forêt de South River était autrefois connue sous le nom de forêt de Weelaunee par les Indiens Muscogee qui coexistaient paisiblement sous ses branches pendant des siècles avant d’être alimentés par les progrès vers le sentier des larmes. La terre volée a ensuite passé 70 ans comme ferme-prison où des sans-abri ont été travaillés à mort avant d’être enterrés sans cérémonie dans des tombes anonymes. Les arbres de la forêt de Weelaunee se tiennent maintenant avec défi sur ce sol hanté comme l’un des plus grands espaces verts restants d’Atlanta dans une zone à prédominance noire et à faible revenu et après l’annonce d’une date pour leur exécution en 2021, des dizaines d’âmes courageuses comme Tortuguita se sont offertes comme boucliers humains en occupant ces biens communs assiégés avec à peine plus que leurs corps et un archipel de campements de fortune.

Tortuguita a été abattu par un groupe de travail conjoint de la police qui comprenait des agents fédéraux lors de la dernière d’une longue série de raids sur ces campements. La police affirme que Tortuguita a tiré en premier, blessant l’un de leurs co-conspirateurs en uniforme au cours du processus, mais leur histoire continue de changer et aucune séquence de caméra corporelle n’existe réellement de la fusillade présumée. Honnêtement, je ne sais pas si Tortuguita a tiré le premier, mais franchement, je m’en fiche. C’était un citoyen américain sur une propriété publique volée sous la menace d’une arme par un État policier en fuite.

30 millions de dollars de l’argent durement gagné par les contribuables ont été volés par la ville d’Atlanta et attribués à un conglomérat de sociétés privées pour détourner les biens communs d’une communauté à laquelle on n’a jamais proposé de voter pour savoir s’ils voulaient ou non la putain d’étoile de la mort. leur arrière-cour. Cette terre appartient à cette communauté, aux enfants qui trouvent refuge contre un monde haineux sous ses branches et en ce qui me concerne, des volontaires comme Tortuguita ont parfaitement le droit de défendre cette terre par tous les moyens que la communauté juge nécessaires.

Ces moyens ont été rendus nécessaires par une campagne de plus en plus agressive visant à diffamer ce qui avait été un mouvement largement engagé dans la résistance non violente afin d’accuser de manière crédible ses membres de terroristes nationaux. 19 des camarades de Tortuguita ont été arrêtés et inculpés d’une loi antiterroriste locale qui entraîne une peine de 5 à 35 ans pour le crime absurdement vague de “destruction d’infrastructures critiques”. 9 de ces “extrémistes violents” ont été accusés de rien de plus grave que d’intrusion sur des biens volés. Des biens sont volés par l’État dans le but de détruire l’infrastructure essentielle d’une forêt communautaire. Ce n’est que dans un monde gouverné par la folie que les actions présumées de Tortuguita pourraient être interprétées comme autre chose qu’un acte de légitime défense.

Et l’assaut sur la forêt de Weelaunee n’est que la pointe de la lance. Cop City ne fait pas seulement partie d’une campagne nationale visant à militariser les forces de police américaines alors que l’État qu’elles protègent s’effondre sous le poids collectif de ses propres péchés karmiques. Cela fait partie d’une campagne internationale contre les forêts du monde dans un sinistre complot visant à urbaniser la planète pendant qu’elle brûle. Les forêts abritent au moins les deux tiers des espèces vivantes de la planète. Leurs arbres protègent également les sources d’eau dont les communautés dépendent pour leur existence même et créent un sol fertile pour une agriculture durable. Une menace pour la forêt est une menace pour l’humanité elle-même et chaque année, l’humanité perd 25 millions d’acres supplémentaires à cause de l’avancée effrénée de l’urbanisation de masse, une masse continentale plus grande que l’état de l’Indiana.

Les villes du monde entier croissent deux fois plus vite que leur propre population avec 1,4 million de nouveaux habitants chaque semaine construisant des immeubles en copropriété à côté de magasins fermés et de centres commerciaux fantômes abandonnés. La zone couverte par ces paysages infernaux urbains devrait s’étendre de plus de 740 000 miles carrés entre 2000 et 2030, entraînant la perte de 7,4 millions d’acres de terres agricoles par an à une époque de famine croissante et d’insécurité alimentaire paralysante. Tout cela pour que les êtres humains puissent s’emprisonner dans des goulags bouillants de bitume brûlant sous des tours assez hautes pour bloquer le soleil, et je crois que l’impact de cette agression urbaine va bien au-delà de la politique environnementale traditionnelle.

Allumez les nouvelles et vous pouvez trouver un connard braillant prêt à blâmer la montée du nihilisme violent dans la société du premier monde sur tout, des armes de poing aux bloqueurs de puberté, mais personne ne semble disposé à considérer le fait que les êtres humains sont des animaux et que les animaux ont tendance à devenir violents lorsqu’ils vivent en cage. C’est précisément ce qu’est devenue la ville moderne, un chenil tentaculaire pour les bêtes domestiques et je crois que cela nous tue de la même manière qu’il a tué mon enfance, en nous coupant du monde naturel et en le remplaçant par quelque chose de malade et d’insoutenable. Les gens qui tirent sur Walmart et poussent les gens devant les rames de métro ne sont pas méchants, ils sont enragés. C’est la société qui entretient ce désespoir pour le profit qui est mauvaise, et elle doit être brisée avant qu’elle ne nous écrase tous.

C’est ce que les arbres essaient de me dire. Les mêmes arbres qui parlaient autrefois à mes ancêtres qui adoraient la terre sous leurs bosquets en Irlande. Ils s’appelaient eux-mêmes des druides, un mot celtique signifiant « connaisseur des chênes » et ces gens en savaient beaucoup. Ils savaient vivre sans police ni prison. Ils ont su vivre sans l’État dans des villes fondées sur des associations coopératives et construites autour de places de marché et des jardins et champs voisins qui les faisaient vivre. Ils savaient aussi vénérer et chérir les enfants nés entre les sexes comme moi et Tortuguita, et ils savaient ces choses parce qu’ils prenaient le temps d’écouter les arbres.

Maintenant, quand j’écoute les arbres, ils me disent de me battre. Combattez cette maladie dérangée qui nous est emballée dans du cellophane comme un progrès. Peu importe qui a tiré en premier, Tortuguita est mort avec honneur en combattant cette maladie et la façon dont les choses se passent dans ce pays, je mourrai probablement dans une frappe de drone avec un clavier dans les mains en faisant la même chose, en prenant la politique trop personnellement avec mon une prose inconfortablement intime et les utilisant comme des balles dans une tentative désespérée de donner un sens à cette folie, car dans un monde où les forêts sont devenues juste un autre bien consommable, nous devrions tous devenir des défenseurs des forêts.

Godspeed Tortuguita, la forêt n’oubliera pas ton nom.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/02/17/confessions-of-a-keyboard-forest-defender/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire