Constamment au bord de l’effondrement : comment les Palestiniens sont devenus un facteur dans la politique israélienne

0
84

Le gouvernement de coalition israélien du Premier ministre de droite Naftali Bennett est sur le point de s’effondrer, ce qui n’est pas surprenant. La politique israélienne, après tout, est parmi les plus agitées au monde, et cette coalition particulière est née du désir obsessionnel de détrôner l’ancien dirigeant d’Israël, Benjamin Netanyahu.

Alors que Netanyahu a été évincé avec succès en juin 2021, la coalition de Bennett a dû faire face à la douloureuse réalité que ses étranges composantes politiques ont très peu en commun.

Le 6 avril, le législateur israélien Ildit Salman a quitté la coalition, laissant Bennett et ses alliés temporaires se débattre avec le fait que leur coalition à la Knesset (le Parlement israélien) n’a plus la majorité. Maintenant que le décompte de la Knesset s’élève à 60-60, une seule défection pourrait potentiellement renvoyer les Israéliens dans l’isoloir, ce qui est assez habituel ces derniers temps.

Deux alliés actuels de Bennett, Abir Kara et Bir Orbach, sont des transfuges possibles. Même l’ancienne partenaire de Bennett, Bayit Yehudi (Jewish Home), Ayelet Shaked, pourrait finalement le trahir, une fois que son navire de la coalition commencerait à couler. Et c’est.

Bennett et Shaked ont tous deux quitté le Foyer juif en 2018 pour former Yamina. Bien que ce dernier n’ait remporté que sept sièges aux élections de mars 2021, le parti d’extrême droite s’est avéré être le faiseur de rois, ce qui a permis la formation de la coalition anti-Netanyahu. La seule alternative à cette coalition actuelle aurait été un gouvernement dans lequel Netanyahu et Bennett alterneraient le poste de Premier ministre. Bien que Bennett soit un protégé de Netanyahu, l’actuel Premier ministre savait trop bien qu’on ne peut pas faire confiance à son ancien patron.

Ainsi, à la place, Bennett a choisi de rejoindre une coalition hétéroclite de desperados politiques, chacun rejoignant un gouvernement improbable simplement parce qu’il n’avait pas d’autre option. Par exemple, Yesh Atid (17 sièges) et Kahol Lavan (8 sièges), autrefois membres de la coalition de centre-droit Kakhol lavan, ont trahi leur base politique en rejoignant l’extrême droite Yamina et, par conséquent, en laissant derrière eux Telem de Moshe Yalon , qui n’a plus de représentation à la Knesset.

La même chose peut être dite du Labour (7 sièges) et du Meretz (6 sièges) qui, auparavant, étaient l’épine dorsale de l’establishment politique israélien – en 1992, ils avaient 56 sièges combinés. Perdant confiance en leur propre base politique, ils ont choisi de rejoindre leur prétendu ennemi juré idéologique, au lieu de subir le processus laborieux consistant à donner vie à un camp mourant.

La partie captivante de l’histoire est la Liste arabe unie de Mansour Abbas, qui est perçue à juste titre comme ayant trahi sa base arabe en Israël et son propre peuple palestinien partout ailleurs. Alors que l’armée israélienne réprime les communautés palestiniennes dans toute la Palestine historique, y compris la mosquée Al-Aqsa et le Naqab – la propre base de Mansour Abbas – cette étrange créature politique reste attachée à Bennett, bien que nerveuse quant aux possibilités futures, en particulier que la nature de la Les attaques israéliennes contre les Palestiniens s’orientent de plus en plus vers une guerre de religion.

Par conséquent, il est difficile d’imaginer que le gouvernement de Bennett puisse survivre de manière réaliste jusqu’en 2025. En fait, il est assez rare dans la politique israélienne qu’une coalition gouvernementale ait rempli son mandat complet de quatre ans. Pourtant, l’instabilité politique historique d’Israël s’aggrave. En fait, le gouvernement de Bennett est le résultat d’un processus politique angoissant qui a vu les électeurs israéliens voter lors de quatre élections générales différentes en seulement deux ans.

Peut-être que ce qui maintient la coalition de Bennett ensemble, bien que de manière précaire, est l’image menaçante de Netanyahu, l’actuel chef de l’opposition, regardant sinistrement de l’autre côté des allées de la Knesset en attendant la bonne occasion de bondir. Certains analystes israéliens affirment même que la défection de la députée Salmane a été largement provoquée par les abus et l’intimidation qu’elle a reçus du parti Likoud de Netanyahu, qui la considérait comme une traîtresse à leur programme de droite.

Indépendamment du sort du gouvernement Bennett, la crise politique d’Israël se poursuivra indéfiniment, et il y a des raisons à cela.

Bien que la droite israélienne ait dominé la politique du pays pendant de nombreuses années, en particulier depuis 1996, elle reste grincheuse et opportuniste. Le besoin constant de nourrir l’appétit insatiable de la puissante circonscription de droite du pays continue de pousser les partis de droite israéliens encore plus à droite. Ils sont simplement unis autour de valeurs telles que la suprématie raciale et religieuse des Juifs israéliens, leur haine des Palestiniens et des Arabes, le désir d’étendre les colonies juives illégales et le rejet de toute solution de médiation qui assurerait aux Palestiniens leurs droits humains fondamentaux.

La gauche en Israël n’est franchement pas une gauche du tout. Il est reconnu comme tel, en grande partie à cause de son héritage de « processus de paix », qui s’est éteint avec l’assassinat du ministre du Travail Yitzhak Rabi, en 1995. Fait révélateur, Rabin n’était pas un pacifiste, mais l’un des dirigeants les plus militants et les plus violents d’Israël. Cependant, l’association erronée, liant tout dirigeant israélien au « processus de paix », a automatiquement classé cet individu comme un « gauchiste ». Selon l’analyste israélien Oz Aruch, cela s’appliquait également à Ariel Sharon. Le nom du tristement célèbre premier ministre israélien et général d’armée est associé au massacre de Sabra et Chatila, ainsi qu’à d’autres épisodes horribles.

Sans véritable idéologie et sans « processus de paix », ni même la volonté de s’y engager, la gauche israélienne est devenue sans objet.

Il en va de même pour le centre qui, par définition, est le camp politique qui occupe l’espace entre la droite et la gauche. Alors que la droite est en constante redéfinition et que la gauche n’a pas de base idéologique solide, le centre israélien s’est avéré tout aussi désespéré. Le résultat des élections d’avril 2019, lorsque la coalition centrale Kakhol lavan a obtenu 35 sièges, aurait dû être un moment décisif pour le centre politique d’Israël. Cela a finalement abouti à zéro et a finalement conduit à l’effondrement de Kakhol lavan lui-même.

Pendant que cela se passe en Israël, le corps politique palestinien s’est lentement réanimé. Bien que les partis arabes palestiniens en Israël restent divisés et que les groupes palestiniens dans les territoires occupés n’aient pas encore trouvé leur terrain d’entente, les communautés palestiniennes, en particulier les jeunes générations, ont articulé un nouveau discours politique. Avec des dirigeants de base, ils coordonnent leurs actions de Jérusalem occupée à Gaza, du Naqab à la Cisjordanie et aux communautés palestiniennes en Israël même.

Pour la première fois depuis de nombreuses années, Israël se trouve dans une position où il n’est plus le seul parti qui façonne les événements ou détermine les résultats dans le pays. Par conséquent, l’instabilité politique israélienne va s’aggraver. À l’opposé, les Palestiniens deviennent enfin un facteur dans la politique israélienne et, grâce à leur résistance populaire, peuvent se mobiliser pour faire pression sur Israël, comme cela a été le cas ces dernières années.

Israël est maintenant confronté au dilemme d’ignorer ce nouveau facteur palestinien, à ses risques et périls, ou d’accepter le fait inéluctable qu’Israël ne pourra jamais jouir de la stabilité tant que les Palestiniens resteront occupés, confinés et opprimés.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/25/constantly-on-the-verge-of-collapse-how-palestinians-became-a-factor-in-israeli-politics/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire