Conte édifiant d’un républicain irlandais

0
129

J’ai connu des terroristes – des jeunes de la classe moyenne qui ont fait des études universitaires et qui ont posé des bombes, lancé des avertissements par téléphone et envoyé des communiqués dénonçant l’impérialisme, le capitalisme et le racisme. Bien sûr, ils ne se considéraient pas comme des terroristes. Comme beaucoup d’autres qui ont posé des bombes, ils se considéraient comme des révolutionnaires. Après un certain temps, la plupart d’entre eux sont retournés dans la classe moyenne dans laquelle ils étaient nés, ont trouvé de bons emplois en tant que professionnels, ont aidé les moins fortunés qu’eux, ont élevé des familles et soutenu des causes de gauche avec des chèques et avec des lettres et des plaidoyers aux gouverneurs et sénateurs appelant à Justice.

Oui, j’ai connu des fabricants de bombes et des rebelles avec des fusils et de la dynamite, mais je n’ai jamais connu quelqu’un comme John Crawley, un citoyen américain qui a rejoint les Marines, a appris les armes et comment les utiliser, puis a traversé l’Atlantique et a donné tout ce qu’il pouvait donner à l’Armée républicaine irlandaise (IRA), l’organisation qui cherchait à libérer l’Irlande de la domination britannique et de l’empire britannique.

Crawley raconte une grande partie de son histoire dans Le Yankee, (Melville House; 28,99 $), mais sûrement pas toute son histoire. Agir ainsi compromettrait la liberté d’anciens camarades. Les Irlandais appelaient Crawley “The Yank” parce qu’il était citoyen américain, même s’il n’aimait pas l’étiquette. Alors pourquoi a-t-il emprunté leur parole pour le titre de son livre ? Il ne dit pas. Coup sec est un récit édifiant. En effet, il est difficile d’imaginer que quelqu’un lise ces mémoires et décider de prendre les armes et de porter des coups à n’importe quel empire ou régime autoritaire. Crawley a échoué dans les missions qu’il a entreprises, y compris la contrebande d’armes et un complot fou pour faire sauter un réseau électrique en Angleterre et arrêter l’économie londonienne. Appelez-le délirant. Il a été arrêté deux fois et a purgé de longues peines de prison, qu’il décrit brièvement.

C’est en prison qu’il a lu pour la première fois Karl Marx et VI Lénine. Crawley n’était pas un soldat idéologique de fortune ou un «républicain», comme il se surnomme encore et encore, et, alors qu’il fait l’éloge de certains membres de l’IRA, il damne la plupart des dirigeants de l’IRA. Dans son récit, l’organisation est plus mythique que réelle. « Il n’y avait pas un IRA mais une douzaine d’IRA différents selon la zone et le calibre du commandant local », écrit-il. Un groupe auquel il se joint le frappe comme « un groupe non organisé de civils armés ». Les types d’actions armées qu’il approuve sont en grande partie spontanées et improvisées sans l’approbation ou l’approbation des dirigeants de l’IRA au sommet de l’organisation.

À la fin de son histoire, il est marié à une Irlandaise et élève une famille, avec l’aide d’un parent qui lui laisse une grosse somme d’argent dans son testament. Jusqu’au bout, Crawley s’accroche à ses rêves et à ses croyances fondamentales. Il veut « la démocratie, l’égalité et la fraternité », mais il sonne aussi comme un cynique. Ses expériences le conduisent à un « truisme » de George Orwell qui a apparemment observé – Crawley propose la citation sur l’avant-dernière page – que, « neuf fois sur dix, un révolutionnaire n’est qu’un grimpeur social avec un bombe dans sa poche. Crawley n’était pas un grimpeur social. Rejoindre l’IRA ne lui a apporté ni richesse ni pouvoir, bien que la publication de Le Yankee pourrait lui apporter une certaine notoriété.

Un texte de présentation sur la couverture du livre décrit Crawley comme “le Jason Bourne de l’IRA”. Ces mots pourraient stimuler les ventes, mais en aucun cas on ne peut mettre Crawley dans la même ligue que Bourne, l’agent secret apparemment indestructible qui échappe à tous les pièges qui lui sont tendus et qui triomphe de tous ses ennemis. Crawley tombe dans un piège après l’autre. La police a toujours une longueur d’avance sur lui. La prison est son destin.

Ce n’est qu’en raison de “l’accord du Vendredi Saint” qui a mis fin aux hostilités entre les forces d’occupation britanniques et les rebelles irlandais que Crawley a été libéré de prison le 22 mai 2000. Il avait purgé quatre ans d’une peine de trente-cinq ans. Est-il reconnaissant ? Il ne semble pas l’être. En prison, il s’est comporté comme un dur à cuire, surtout face aux autorités. Il s’est dit qu’on lui avait remis un billet «pour le manoir Playboy», pas du temps dans une cellule de prison. Hahaha! Dans un établissement pénitentiaire, il a été transféré d’une section qui abritait des prisonniers républicains à une autre remplie de la population générale. “C’était la première fois que je côtoyais des criminels de droit commun et je n’aimais pas ça”, écrit-il. Des commentaires comme ceux ci-dessus rendent difficile pour un lecteur d’être empathique avec Crawley qui peut ressembler à un snob. On ne lui souhaite pas de mal ou ne veut pas plus le voir puni qu’il ne l’a déjà été, mais le considérer comme un héros serait un effort d’imagination, en effet.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/16/cautionary-tale-from-an-irish-republican/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire