Contes de mystère et d’imagination à Skopje

0
53

Le vote de défiance du 11 novembre contre le gouvernement de Zoran Zaev a été stoppé après une journée extrêmement difficile faute de quorum. Des événements extraordinaires au cours de la journée ont inclus la «disparition» d’un député critique. Cela signifie que malgré les troubles politiques de cette semaine, rien ne change au sommet à Skopje pour le moment. On ne sait pas quand le vote sera reprogrammé.

Regardez les élections en Bulgarie

Tous les regards sont désormais tournés vers les dernières élections bulgares (la troisième tentative cette année) prévues pour le 14 novembre, avec des rumeurs et des scénarios tourbillonnant autour de la capitale macédonienne du Nord qui, avec un Zaev affaibli en place, une sorte d’accord, essentiellement tout accord que Sofia propose , sera signé et la voie vers l’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE sera libérée du veto de longue date de la Bulgarie. C’est peut-être bien plus que ce qui est réellement possible puisque de nombreux États membres de l’UE sont désormais opposés à un élargissement rapide, mais c’est le scénario actuel proposé.

Preuve d’une intervention étrangère dans le vote

L’histoire des manœuvres politiques du 11 novembre pourrait un jour faire un bon film, mais nous n’avons probablement pas vu le dernier chapitre. La veille du vote, il apparaissait que le parti nationaliste de droite (VMRO-DPMNE) et ses alliés avaient réuni les 61 voix nécessaires pour renverser le gouvernement Zaev dans les 120 sièges du parlement du pays. Mais au final, le manque de 61 députés physiquement au Parlement a permis l’annulation du vote de défiance en raison d’un simple manque de quorum (60 présents 61 nécessaires). Le parti SDSM de Zaev et ses alliés, avec près de 59 voix, ont fait en sorte que ses députés ne soient pas présents, ce qui a habilement empêché le quorum faute d’un député de plus.

La partie mystérieuse de cette histoire implique un député albanais de souche, Kastriot Rexhepi, qui avait précédemment déclaré avec son petit parti (BESA) qu’il ne soutiendrait plus le gouvernement de Zaev. D’une manière ou d’une autre, quelqu’un encore non identifié a réussi à l’influencer pour qu’il s’absente du parlement et envoie un message sur Facebook expliquant sa nouvelle position.

Rexhepi a déclaré dans son message sur Facebook : « Pour le bien des processus et au milieu des signaux forts de nos partenaires stratégiques, les États-Unis et les pays de l’UE, que j’ai reçus de représentants diplomatiques de haut rang, j’ai décidé de ne pas assister à la session. Il faudra des années et un certain nombre de diverses demandes de loi sur la liberté d’information/de divulgation pour récupérer la correspondance diplomatique classifiée des ambassades occidentales afin d’identifier les interlocuteurs de Rexhepi au cours de la semaine précédente. Rexhepi conserverait des relations professionnelles étroites avec l’ambassade des Pays-Bas à Skopje, où il était autrefois employé.

Les députés de Skopje ont, dans le passé, lors d’un certain nombre de votes critiques, changé de position à la dernière minute, même si c’est généralement après l’appel d’un inspecteur des impôts du gouvernement qu’une mystérieuse transformation se produit (quelque chose que les ambassades occidentales à Skopje ne commentent jamais, bien qu’elles plaident constamment pour processus politiques plus ouverts et démocratiques). À l’occasion, un ambassadeur étranger a également fait pression sur des députés récalcitrants avant des votes clés, tels que la ratification de l’accord Prespes de 2018 avec la Grèce.

BESA ne prend pas toutes ces machinations pour s’asseoir. Après la non-présentation de Rexhepi au parlement, la porte-parole de BESA, Arianit Hoxha, a accusé les partis au pouvoir d’avoir utilisé « des menaces, des chantages et d’autres formes d’influence » pour déjouer le vote.

« BESA continuera le combat […] La coopération avec l’opposition se poursuivra jusqu’au prochain [opportunity to] renverser ce régime », a-t-il déclaré.

Ce qui frappe cependant, c’est l’absence de commentaires de l’armée d’ONG pro-démocratie à Skopje et dans la région sur les machinations du 11 novembre, car garder leur candidat préféré au pouvoir est essentiel pour elles.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici