Coopté : la mission malavisée de l’ONU au Xinjiang

0
42

Le haut responsable des droits de l’homme de l’ONU s’est récemment rendu dans la province du Xinjiang en Chine, dans l’espoir de persuader les dirigeants de Pékin d’arrêter l’internement d’environ 1,5 million de Ouïghours et d’autres musulmans chinois dans l’une des plus grandes catastrophes des droits de l’homme au monde.

C’était une mission tout à fait erronée.

Appelez cela un génocide culturel, un crime contre l’humanité ou (comme je préfère) un génocide, la répression dans la province du Xinjiang est une politique bien documentée du gouvernement chinois autorisée par l’ordre spécifique du président et chef du parti communiste Xi Jinping.

En plus de toutes les preuves antérieures de crimes contre les Ouïghours, telles que les témoignages et les documents présentés à la fin de l’année dernière au tribunal ouïghour de Londres, nous avons maintenant quelque chose d’inédit : des données piratées, connues sous le nom de “dossiers de la police du Xinjiang”, qui contiennent des images de plus de 5 000 Ouïghours emprisonnés, des feuilles de calcul de la police et des documents confidentiels de deux comtés du Xinjiang.

Les données, issues des réseaux internes de la police, prouvent que les soi-disant camps de rééducation sont en fait des centres d’internement, et que les hauts dirigeants chinois sont directement responsables de leur création dans le cadre d’une campagne de masse visant à éradiquer la culture ouïghoure. Les photographies nous donnent également un aperçu des conditions auxquelles les détenus sont confrontés dans les centres.

Comme le dit le Dr Adrian Zenz, une autorité de premier plan sur les camps, « Nous avons des images d’exercices de police réels montrant comment la police menotte les détenus, les enchaîne, les fait partir, puis les place même dans l’inquiétant fauteuil du tigre pour les interroger. ”

Une mission ratée

Michelle Bachelet, la haute-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, siège depuis de longs mois à un rapport sur la politique chinoise au Xinjiang. De nombreux observateurs, en particulier des membres des communautés ouïghoures d’outre-mer et des organisations de défense des droits de l’homme, ont attendu son rapport avec impatience.

Plutôt que de le relâcher, Bachelet a passé six jours en Chine, dont deux au Xinjiang, à l’invitation du gouvernement de Xi Jinping. Bien qu’au départ, son bureau ait suggéré que le voyage était une enquête, à la fin, elle a nié cela, affirmant que son objectif principal était «des discussions directes. . . en vue d’aider la Chine à remplir ses obligations en vertu du droit international des droits de l’homme.

Dans un récit public, elle a félicité les dirigeants chinois pour leur coopération, a loué ses réalisations sociales et économiques et a assuré à tous qu’elle avait soulevé des problèmes troublants de droits de l’homme avec de hauts responsables chinois.

Considérant les antécédents de Bachelet en tant que victime de la torture à l’époque de Pinochet au Chili, elle était sûrement consciente que visiter un pays sous régime autoritaire est un piège potentiel. Elle n’avait aucun contrôle réel sur l’élément le plus important d’un tel voyage : l’ordre du jour.

En effet, Bachelet a déclaré qu’elle était “incapable d’évaluer toute l’ampleur” des soi-disant centres d’enseignement professionnel au Xinjiang – c’est-à-dire les centres d’internement – mais qu’elle était “assurée” qu’ils avaient été “démantelés”. Elle s’est entretenue avec des groupes de la société civile, des juristes et des autorités judiciaires, tous sans aucun doute triés sur le volet pour refléter les opinions du parti-État.

Elle a également déclaré avoir soulevé un certain nombre de questions préoccupantes avec le gouvernement chinois, telles que “des allégations de recours à la force et de mauvais traitements” de prisonniers et “l’application de mesures de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation” aux musulmans chinois. Elle a “encouragé” le gouvernement chinois à veiller à ce que ces mesures soient conformes au droit international des droits de l’homme. (La Chine a signé mais pas ratifié le Pacte des Nations Unies relatif aux droits civils et politiques, comme elle l’a souligné.) Et elle a fait quelques remarques critiques sur les questions des droits de l’homme au Tibet et à Hong Kong.

Dans l’ensemble, son voyage s’est avéré être un coup de propagande pour Pékin. La visite était une expérience classique du village de Potemkine dans laquelle les autorités ont tenu Bachelet à l’écart des victimes d’abus et ont présenté un faux front pour cacher les conditions réelles. Bien sûr, elle ne pouvait pas “évaluer toute l’ampleur” des camps d’internement. Elle n’avait pas non plus le moindre moyen d’examiner d’autres aspects de la politique chinoise, tels que le travail forcé, la séparation des familles et le déploiement du travail pénitentiaire dans d’autres provinces.

Avec peu de choses à dire sur l’ampleur de la répression, elle ne pouvait pas contester le récit officiel de la Chine qui justifie ses abus au nom du contre-terrorisme. Même si les Chinois sont censés avoir accepté de maintenir un dialogue sur les Ouïghours, soyez assurés qu’un tel dialogue sera tout aussi unilatéral s’il se produit.

Pas d’excuses

On pourrait excuser la décision de Mme Bachelet de se rendre en Chine au motif qu’elle pourrait présenter les préoccupations de la communauté mondiale concernant les Ouïghours directement aux dirigeants chinois. Elle l’a fait, mais pas d’une manière qui ait le moindre espoir d’améliorer la vie des Ouïghours, qu’ils soient ou non internés.

En tant que représentante de la communauté mondiale, et apparemment candidate au poste de secrétaire général de l’ONU – bien qu’à la suite de ce voyage, elle ait décidé de ne pas briguer un second mandat à la tête du HCR -, elle n’aurait pas dû se mettre en position d’être utilisée par un régime qui réussit parfaitement à cacher ce qu’il ne veut pas que les étrangers, ou même son propre peuple, voient.

D’ailleurs, que peut-on apprendre en deux jours de visite guidée au Xinjiang ? Imaginez accepter une invitation de Vladimir Poutine pour évaluer les crimes de guerre en Ukraine en passant deux jours en Crimée.

Ce voyage a été une gêne à la fois personnelle et institutionnelle, symbolisée par la présentation à Bachelet d’un livre de réflexions de Xi sur la protection des droits de l’homme à la fin de sa visite. Elle aurait dû donner aux Chinois les dossiers de la police du Xinjiang en retour. Avant de prendre sa retraite, elle devrait publier le rapport sur la politique chinoise.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/21/co-opted-the-uns-misguided-mission-to-xinjiang/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire