COP27 : encore du bla, bla, bla

0
14

La conférence sur le climat de l’ONU COP27 se déroule en Égypte, qui est un choix approprié pour une conférence sur le climat – une dictature militaire soutenue par l’argent du pétrole de l’Arabie saoudite. Et cela se reflète dans le résultat.

La conférence de l’année dernière, la COP26 à Glasgow, a été précédée en grande pompe. Le monde a été assuré que cela n’allait pas simplement être, selon les mots de l’activiste climatique Greta Thunberg, simplement plus de « bla, bla, bla ». Mais comme l’illustre le dernier rapport de l’ONU sur le climat, les gouvernements du monde ne sont même pas en voie d’atteindre leurs engagements de la COP21 Paris à partir de 2015, sans parler des nouveaux engagements pris à Glasgow.

Celle de l’ONU Rapport sur l’écart d’émissions 2022 calcule que, même en tenant compte des annonces politiques découlant de la COP26, la planète se dirige toujours vers un réchauffement de 2,8℃ d’ici la fin du siècle. Et de nombreuses politiques climatiques ne valent pas le papier sur lequel elles sont écrites. Le Land Gap Report produit par l’Université de Melbourne a récemment calculé que les terres nécessaires à l’ampleur de la plantation d’arbres et de la régénération forestière engagées par les gouvernements depuis 2015 seraient d’environ 1,2 milliard d’hectares, soit bien plus que ce qui est disponible pour de tels programmes. Le slogan de la conférence de cette année, « ensemble pour la mise en œuvre », reflète peut-être une certaine prise de conscience par les organisateurs de la conférence de cet écart béant entre les engagements et la réalité.

A la COP27, les promesses ont jusqu’à présent été beaucoup plus limitées. Avec la crise énergétique persistante en Europe et les tensions impériales croissantes entre les deux plus grands pollueurs du monde, les États-Unis et la Chine, la tendance est au recul par rapport aux engagements antérieurs et à la relance des industries pétrolières et gazières. Le nombre de lobbyistes des industries pétrolières et gazières à la conférence de cette année « est supérieur à [that of] communautés de première ligne », selon le groupe Kick Big Polluters Out, et est en hausse de 25 % par rapport à la COP26.

Juste un jour avant le début de la COP27, l’administration Biden se vantait de son expansion de la production de combustibles fossiles. “Sous le président Biden, la production de pétrole et de gaz naturel a augmenté, et nous sommes sur la bonne voie pour atteindre la production la plus élevée de l’histoire de notre pays l’année prochaine”, indique le communiqué. Et selon le Gardien, Le Premier ministre britannique Rishi Sunak devrait signer un important accord gazier avec les États-Unis à son retour de la conférence.

Avec le changement de gouvernement en Australie, l’un des plus grands exportateurs de charbon et de gaz au monde essaie de mettre une couche de peinture verte. Mais l’engagement du gouvernement albanais à une réduction de 43 % le place bien en deçà de la réduction de 75 % annoncée par le Conseil sur le climat. des estimations sont nécessaires pour limiter le réchauffement à 2℃.

La montée des tensions impérialistes dans le Pacifique laisse la classe dirigeante australienne se sentir vulnérable. Voulant renforcer son emprise sur les nations insulaires du Pacifique, qui comptent également parmi les premières victimes de la catastrophe climatique, le gouvernement ne fait plus que du bout des lèvres aux préoccupations climatiques. Le Premier ministre Anthony Albanese espère accueillir l’événement COP31 en Australie “avec le pacifique”. La principale préoccupation de l’Australie n’est pas l’environnement, mais le fait que les nations insulaires du Pacifique pourraient chercher ailleurs de l’aide et un soutien militaire.

La logique de la position a été exposée par le ministre des relations internationales et du Pacifique, Pat Conroy, à l’ABC : « C’est très important que nous agissions sur les priorités et que nous écoutions les priorités du Pacifique, si nous ne le faisons pas, cela créer un vide que d’autres pays, avec des intentions moins favorables à l’Australie, combleront ».

La question des pertes et des dommages causés par le changement climatique, et de qui paie, a également été une question importante à la COP27. Le fait même que ce soit à l’ordre du jour a été un sujet de discussion, étant donné que pendant des années, de grands pollueurs comme l’Australie ont fait pression pour qu’il ne soit pas abordé. Mais les inondations dévastatrices au Pakistan, ainsi que l’ampleur et le coût du nettoyage, ont rendu le problème difficile à ignorer.

Il y a peu de chances que des accords de financement concrets soient conclus. Premièrement, l’ordre du jour exclut les questions de responsabilité et d’indemnisation. Des pays comme l’Allemagne espèrent plutôt un système de type “assurance”, dans lequel les parties contribuent à un pool de fonds qui peuvent être utilisés pour verser des indemnisations en cas de dommages. Certains autres pays privilégient un modèle d’aide humanitaire. Dans ces deux modèles, l’idée que les grands émetteurs devraient être particulièrement responsables est minimisée.

Deuxièmement, les engagements actuels de financement climatique pris pour l’atténuation et l’adaptation lors des conférences précédentes ont pris beaucoup de retard. Selon La nature, malgré des engagements de 100 milliards de dollars par an pris lors de la COP15 en 2009, plus de 80 % du financement se présente sous la forme de prêts pour des projets dont les financiers s’attendent à un retour.

Le gouvernement australien hésite à s’engager sur ce point, indiquant plutôt son propre financement climatique et son aide au développement dans le Pacifique comme une alternative. Conroy, s’adressant à ABC, a insisté sur le fait que les discussions à la COP27 étaient fondées sur le fait que la responsabilité n’était pas discutée.

Certains médias l’ont surnommée la « COP africaine » parce qu’elle se déroule en Afrique, qu’elle discute des pertes et des dommages et qu’elle est censée répondre à certaines des préoccupations des pays africains. Mais la réalité est que les puissances européennes et d’autres puissances mondiales se tournent avec nostalgie vers les vastes réserves de pétrole et de gaz de l’Afrique comme une solution à leurs problèmes énergétiques. Et de nombreuses classes dirigeantes africaines sont prêtes à rendre service. L’Union africaine cherchait à présenter une position unifiée à la COP27 qui mettait l’accent sur l’expansion des industries gazières africaines. Le gouvernement égyptien, à peine une semaine avant la conférence, louait son industrie gazière en pleine croissance et ses projets de doubler ses exportations.

Le capitalisme est incapable d’apporter des solutions à la crise climatique. Tant que les principales motivations des gouvernements seront motivées par les besoins de la concurrence capitaliste, ils continueront de s’enliser dans l’action réelle. Ces conférences mondiales sur le climat n’offrent aucune voie d’avenir au mouvement écologiste. Comme l’a dit Greta Thunberg lors du récent lancement de son livre, « les COP ne vont pas entraîner de changements majeurs. À moins bien sûr que nous les utilisions comme une opportunité de mobilisation, ce que nous devons essayer de faire, et faire prendre conscience aux gens de l’arnaque et réaliser que ces systèmes nous font défaut ».

Source: https://redflag.org.au/article/cop27-yet-more-blah-blah-blah

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire