Créer un précédent pour une politique industrielle pacifique

0
36

La semaine dernière, Biden a invoqué la loi sur la production de défense (DPA) pour accélérer la production d’infrastructures nationales d’énergie propre. Cette loi, adoptée à l’origine en 1950 en réponse à la guerre de Corée, prévoit un soutien à la production nationale de matériaux jugés essentiels à la défense nationale. Comme invoqué la semaine dernière, le DPA prévoit désormais des investissements dans la fabrication nationale de cinq technologies d’énergie verte (énergie solaire, pompes à chaleur, isolation des bâtiments, hydrogène et composants de réseau) et renonce aux tarifs solaires. Cette décision est une étape importante non seulement pour le soutien fédéral américain à une transition vers l’énergie verte, mais aussi pour exploiter le précédent créé par la politique industrielle de défense pour investir dans la paix, la durabilité et les besoins humains au lieu de la guerre.

La politique industrielle, ou politique qui encourage le développement économique et soutient la fabrication nationale, a longtemps été considérée comme socialiste et donc taboue aux États-Unis. Cependant, comme le souligne depuis longtemps la chercheuse Miriam Pemberton, les États-Unis maintiennent en fait une politique industrielle de défense cohérente et robuste. Le ministère de la Défense a de nombreuses mesures politiques positives pour soutenir la croissance d’un secteur de la défense nationale sain, y compris des contrats d’approvisionnement massifs ; des investissements considérables dans la recherche et le développement (R&D) liés à la défense ; et la force motrice de l’industrie de la défense, un budget militaire qui représente la plus grande partie du budget discrétionnaire fédéral et augmente chaque année (avec 813 milliards de dollars demandés pour l’exercice 2023).

Les mouvements pour la justice climatique et environnementale plaident depuis longtemps pour que la politique industrielle soutienne la transition vers une énergie propre qui sera nécessaire si nous voulons éviter les pires impacts du changement climatique. L’héritage bien financé de la politique industrielle de défense démontre que cette forme de soutien législatif et financier aux industries nationales (telles que l’énergie verte) est tout à fait possible tant qu’il y a une volonté politique.

Le soutien politique à une politique industrielle axée sur l’environnement et le social devra être obtenu différemment du soutien politique à l’industrie de la défense. Les fabricants d’armes et les profiteurs de guerre dépensent des sommes considérables en lobbying et en contributions aux campagnes, ce qui leur rapporte de beaux profits. Pour chaque dollar dépensé en lobbying par Lockheed Martin en 2020, il a reçu 5 803 dollars des contrats du DOD. Les industries travaillant pour servir la planète et ses communautés n’ont pas le type de fonds – ou, peut-être, les valeurs – pour rendre ce modèle réalisable pour elles.

En effet, le manque de volonté politique de répondre aux besoins humains et la volonté de soutenir l’industrie de la défense sont la raison de l’échec de la dernière initiative en faveur d’une politique industrielle axée sur la communauté et l’environnement. Après la fin de la guerre froide, la forte réduction des dépenses de défense a créé un dividende de la paix que le président Clinton a promis d’investir dans les travailleurs et les communautés perdant le travail axé sur la défense. Les programmes de transition des travailleurs et le Bureau d’ajustement économique, tous financés par le gouvernement fédéral, ont non seulement aidé les individus à trouver un nouvel emploi, mais ont également aidé les communautés à développer des opportunités économiques alternatives. Bien que cette itération de la politique industrielle en temps de paix n’ait pas pleinement réussi – 81% du dividende est allé au déficit fédéral et les sociétés de défense ont reçu des subventions – l’objectif de transition pacifique était là, et cette fois pourrait être différent.

La crise climatique s’aggrave et il devient de plus en plus clair qu’une transition énergétique des combustibles fossiles vers l’énergie verte est nécessaire pour un avenir vivable. L’utilisation par Biden de la loi sur la production de défense pour soutenir l’énergie verte indique la possibilité d’utiliser le précédent de la politique industrielle de défense pour investir à la place dans des secteurs durables et porteurs de vie. À une époque où de nombreux Américains sont aux prises avec l’inflation, la dette et les difficultés persistantes causées par le COVID, cette décision nous montre ce qui pourrait être possible si nous traitons le changement climatique avec l’urgence nécessaire et accordons la priorité à la création d’emplois manufacturiers locaux durables.

Et ce n’est que la pointe de l’iceberg. À quoi cela ressemblerait-il d’aller au-delà de la loi sur la production de défense et de déplacer un financement substantiel du budget du Pentagone vers la transition vers les énergies renouvelables, comme l’exige la loi sur la sécurité et l’indépendance énergétiques de 2022 ? Et si le financement de la R&D et les contrats d’approvisionnement étaient plutôt accordés au développement de l’énergie verte – en particulier aux projets énergétiques démocratiques et communautaires comme le projet solaire de Kayenta ? Il existe une énorme quantité de ressources, de financements et d’infrastructures que nous pouvons investir dans la paix, la durabilité et les besoins humains – il s’agit simplement de changer nos priorités.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/15/setting-the-precedent-for-a-peace-industrial-policy/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire