Les sept passages frontaliers de Gaza | Conflit israélo-palestinien

0
43

La ville de Gaza – Malgré le désengagement d’Israël de la bande de Gaza en 2005, il contrôle toujours entièrement l’entrée et la sortie de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, ainsi que le registre de la population civile de Gaza, les réseaux de télécommunications et de nombreux autres aspects de la vie quotidienne et des infrastructures.

Un blocus paralysant a commencé en juin 2007, après que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza, avec une série de restrictions sur les marchandises, le carburant et d’autres éléments de base, ainsi qu’un resserrement des déplacements à destination et en provenance de la bande de Gaza.

Les restrictions ont conduit à qualifier Gaza de « prison à ciel ouvert ». Un rapport des Nations Unies de 2011 a déclaré que le blocus était une “punition collective… en violation flagrante des droits de l’homme internationaux et du droit international”, et Israël a fait l’objet de critiques de la part de plusieurs pays et organisations de défense des droits de l’homme.

Maintenant, que vous soyez un patient cherchant un traitement médical, un couple marié essayant de se réunir, un étudiant essayant d’étudier en Cisjordanie occupée ou à l’étranger, un homme d’affaires essayant d’importer des marchandises, ou juste un habitant de Gaza essayant de partir en voyage, vous devez utiliser des passages à niveau, qui peuvent être fermés à tout moment.

La bande de Gaza est entourée de sept points de passage qui ont été désignés pour la circulation des personnes et des marchandises à l’intérieur et à l’extérieur de la bande.

Tous ne sont pas encore utilisés. Après qu’Israël a imposé le blocus en 2007, tous les points de passage ont été fermés à l’exception des points de passage de Rafah et de Beit Hanoun, qui ont été désignés pour la circulation des personnes, et du point de passage de Karem Abu Salem, qui a été désigné pour le transport de marchandises.

Israël fait valoir que les restrictions et les fermetures de plusieurs des points de passage sont nécessaires pour des raisons de sécurité, pointant du doigt des attaques qui ont déjà eu lieu dans ou à proximité des points de passage.

Israël contrôle Beit Hanoun (également connu des Israéliens sous le nom d’Erez) et Karem Abu Salem (Kerem Shalom), tandis que l’Égypte contrôle Rafah. Cela signifie que les points de passage peuvent être fermés à tout moment par les Israéliens ou les Égyptiens, laissant les Palestiniens de Gaza bloqués.

(Al Jazeera)

Le passage de Rafah :

Le point de passage de Rafah est le seul moyen de traverser entre l’Égypte et Gaza, et sert donc de lien vital entre Gaza et le reste du monde arabe, en particulier après que les forces israéliennes ont détruit l’aéroport international Yasser Arafat, le seul aéroport exploité par les Palestiniens, en 2001. .

Les restrictions au point de passage imposées par les autorités égyptiennes ne sont actuellement pas aussi strictes qu’elles l’ont été par le passé, mais les limites sur le nombre et le type de personnes autorisées à voyager se poursuivent. Cela a obligé de nombreux Palestiniens de Gaza à payer des « frais de coordination » coûteux et officieux à la partie égyptienne pour pouvoir partir pendant les jours limités où le point de passage est ouvert.

Les passagers palestiniens se plaignent également souvent du comportement du personnel de sécurité égyptien et de ce qu’ils décrivent comme des fouilles fréquemment humiliantes. Ces mesures peuvent prolonger le trajet entre Rafah et l’aéroport du Caire jusqu’à 72 heures dans certains cas.

Le point de passage de Rafah ne permet pas aux Palestiniens de Cisjordanie occupée d’entrer à Gaza.

De plus, Israël n’autorise pas les gens à retourner à Gaza via le point de passage de Beit Hanoun s’ils sont partis via Rafah. Cela met les Palestiniens de Gaza dans une situation difficile – s’ils partent par Rafah et que celle-ci ferme ensuite, ils ne pourront peut-être pas rentrer

La traversée de Beit Hanoun (Erez) :

Le point de passage de Beit Hanoun est situé au nord de la bande de Gaza et est entièrement sous contrôle israélien. C’est le seul passage frontalier qui permet aux Palestiniens de Gaza de se rendre en Cisjordanie occupée sans passer par l’Égypte ou la Jordanie, et il est contrôlé par l’armée israélienne.

Il est notoirement difficile pour les Palestiniens d’entrer et de sortir de Gaza via Beit Hanoun – personne ne traverse la frontière sans avoir obtenu l’autorisation d’Israël et sans se soumettre à de longs contrôles de sécurité.

Les permis de traverser ne sont accordés qu’à des catégories limitées de personnes, telles que les patients médicaux et leurs accompagnateurs, les titulaires d’un permis de commerçant et d’autres cas humanitaires exceptionnels.

Les délais de traitement des permis pour Beit Hanoun sont connus pour être extrêmement longs. Il est connu que les personnes cherchant un traitement médical en dehors de Gaza doivent attendre jusqu’à 50 jours ouvrables pour obtenir un permis, quelle que soit la date de leur rendez-vous médical.

Il est également très courant que les autorités israéliennes ne répondent pas aux demandes de permis, même lorsque les Palestiniens de Gaza remplissent les critères de permis de voyage. Les refus israéliens de permis sont expliqués comme étant pour des raisons de sécurité, sans autre explication donnée.

Le passage de Karem Abu Salem (Kerem Shalom) :

Karem Abu Salem est situé près du point de rencontre des frontières entre l’Égypte, Gaza et Israël et fonctionne occasionnellement comme une alternative au point de passage de Rafah. Cependant, il est principalement utilisé pour le mouvement du commerce entre la bande de Gaza et Israël.

Pendant plus d’une décennie, le passage a été le principal point de passage commercial de Gaza et le seul frontalier d’Israël. C’est aussi le seul point de passage où les marchandises cultivées ou produites à Gaza peuvent être expédiées pour être vendues en dehors du territoire.

Karem Abu Salem a d’abord été utilisé pour transporter de l’aide humanitaire à Gaza pour les deux millions d’habitants du territoire.

Cependant, à partir de 2007, Israël a interdit l’entrée d’une longue liste de marchandises à Gaza, y compris l’entrée d’articles qu’il définit comme « à double usage ». Il s’agit d’articles qui peuvent avoir un usage civil, mais qui, selon Israël, pourraient également être utilisés à des fins militaires.

Le passage d’al-Muntar (Karni) :

Al-Muntar (connu des Israéliens sous le nom de Karni) est situé à l’extrémité nord-est de Gaza et était utilisé pour transférer des marchandises entre Gaza et Israël, ainsi que pour permettre aux colons israéliens d’accéder aux colonies de Gaza avant le désengagement israélien de 2005. Lorsque le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en juin 2007, Israël a fermé le point de passage et, en 2011, il a été définitivement fermé par Israël.

Le passage d’al-Awdah (Sufa):

Le point de passage d’al-Awdah, situé dans l’est de Rafah, était l’un des plus petits points de passage de Gaza et était autrefois un point de transit pour les matériaux de construction. Il a été fermé par Israël en 2008.

Le passage d’Al-Shujaiah (Nahal Ouz) :

Le point de passage d’Al-Shujaiah (également connu sous le nom de Nahal Ouz) a été désigné pour le transport de carburant, tel que le gaz, le benzène et le carburant diesel industriel vers Gaza via des conduites souterraines. Le point de passage a été fermé par les autorités israéliennes en 2010.

Le passage d’al-Karara (Kissufim) :

Al-Karara, (également connu sous le nom de Kissufim), est situé à l’est de Khan Yunis et Deir al-Balah. Il a été fermé en 2005 après le désengagement d’Israël de Gaza et est maintenant principalement utilisé pour l’action militaire israélienne, comme point d’entrée pour les chars et les véhicules militaires lors des invasions militaires de Gaza.

Source: https://www.aljazeera.com/features/2022/6/15/the-seven-border-crossings-of-gaza

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire