Culture de l’espoir : 2022 et les marges de la victoire en Palestine

0
308

Photo de Latrach Med Jamil

Une autre année critique pour la Palestine s’est terminée. Alors que 2022 a produit la même chose en termes d’occupation militaire israélienne et d’augmentation de la violence, elle a également introduit de nouvelles variables dans la lutte palestinienne – aux niveaux national, régional et international.

La Palestine, la guerre et les Arabes

La guerre russo-ukrainienne qui a débuté en février a poussé de nombreuses entités politiques, y compris des Palestiniens, à prendre parti ou, du moins, à déclarer une position. Bien que l’Autorité palestinienne (AP) et divers partis politiques palestiniens aient insisté sur leur neutralité, la déviation de la Russie du paradigme politique dirigé par les États-Unis au Moyen-Orient a ouvert de nouvelles marges à explorer pour les Palestiniens.

Le 4 mai, une délégation de dirigeants du Hamas a rencontré des responsables russes à Moscou et, quelques mois plus tard, le chef de l’AP Mahmoud Abbas a défié Washington en tenant une réunion avec le président russe Vladmir Poutine à Astana, au Kazakhstan. Malgré la colère des États-Unis contre Abbas, Washington ne pouvait pas faire grand-chose pour riposter contre les dirigeants palestiniens, compte tenu des équilibres géopolitiques délicats au Moyen-Orient et dans le monde.

Les nouveaux espaces politiques créés par le conflit mondial ont également apporté une plus grande cohésion à la position arabe sur la Palestine, telle qu’énoncée dans une déclaration de l’organisation panarabe, la Ligue arabe, au Caire le 29 novembre. Ahmed Aboul Gheit a insisté sur la quête arabe de une paix juste et fait l’éloge de la “Déclaration d’Alger” du mois précédent. Le 12 octobre, 14 groupes politiques palestiniens se sont réunis en Algérie, ont signé un accord de réconciliation basé sur la fin de la division par des élections présidentielles et législatives.

Cela faisait partie d’un élan d’un an où les gouvernements arabes ont revitalisé leur position de soutien aux Palestiniens, à la fois financièrement et politiquement en finançant l’agence pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, ou en soutenant la Palestine aux Nations Unies.

Le 3 octobre, les représentants arabes à l’ONU ont présenté la résolution A/C 1/77 L.2, exhortant Israël à se débarrasser de ses armes nucléaires et à placer “toutes ses installations nucléaires sous les garanties complètes de l’Agence internationale de l’énergie atomique”. La résolution a été approuvée à une écrasante majorité par l’Assemblée générale des Nations Unies le 28 octobre.

ONU : « L’année la plus meurtrière »

Bien qu’aucune action réelle n’ait été entreprise par l’ONU pour punir Israël pour son occupation militaire et ses violations des droits des Palestiniens, plusieurs initiatives et résolutions de l’ONU ont continué à démontrer la centralité de la Palestine dans l’agenda international.

En août dernier, les « experts de l’ONU » ont condamné « l’escalade des attaques d’Israël contre la société civile palestinienne en Cisjordanie occupée », déclarant que ces actions s’élèvent à une répression sévère des défenseurs des droits de l’homme et sont illégales et inacceptables ».

En octobre, Francesca Albanese, la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé depuis 1967, a soumis un rapport à l’AGNU, dans lequel elle a conclu que la réalisation du droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination nécessite démantèlement du régime de colonisation et d’apartheid israélien.

Le 30 novembre, l’AGNU a également adopté une résolution pour marquer la Journée de la Nakba, qui commémore l’expulsion forcée de centaines de milliers de Palestiniens de leurs terres en 1948.

Hélas, aucune de ces déclarations n’a modifié la nature violente de l’attitude d’Israël envers les Palestiniens. Le 29 octobre, l’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a déclaré que 2022 était en passe d’être “l’année la plus meurtrière” pour les Palestiniens en Cisjordanie occupée depuis que l’ONU a commencé à suivre les décès en 2005.

La violence israélienne et la fosse aux lions

Israël a tué plus de 200 Palestiniens en Cisjordanie occupée et à Gaza depuis le début de 2022, dont 47 enfants. Seuls quelques-uns d’entre eux ont fait la une des médias grand public. Cependant, le monde a encore manifesté son indignation après le meurtre de sang-froid de la célèbre journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh le 11 mai, alors qu’elle couvrait les événements tragiques de Jénine. De nombreux appels à une enquête impartiale ont finalement convaincu le FBI d’ouvrir une enquête criminelle sur le meurtre d’Abu Akleh.

La tuerie israélienne a été motivée par deux raisons : premièrement, la montée de la résistance armée dans le nord de la Cisjordanie, et deuxièmement, la scène politique chaotique d’Israël.

La poursuite des attaques israéliennes contre Jénine, Naplouse et d’autres villes et camps de réfugiés de Cisjordanie a entraîné la formation d’un nouveau groupe armé palestinien connu sous le nom de Lions’ Den. Contrairement à d’autres groupes, le mouvement basé à Naplouse était non fractionnel, ce qui a créé de nouveaux espaces pour l’unité nationale entre tous les Palestiniens, indépendamment de leurs origines politiques ou idéologiques.

Le gouvernement israélien a rapidement riposté contre la fosse aux lions. Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a déprécié l’appel du groupe le 13 octobre, annonçant « Finalement, nous mettrons la main sur les terroristes », estimant leur nombre à 30 combattants. “Nous trouverons comment les atteindre et nous les éliminerons”, a déclaré Gantz. L’évaluation israélienne s’est avérée fausse alors que la brigade a continué de croître, se transformant en d’autres brigades à Jénine, Al-Khalil (Hébron) et d’autres régions de Cisjordanie.

Le meurtre du combattant palestinien Oday Tamimi lors d’un affrontement près de la colonie juive illégale de Maale Adumim le 19 octobre a encore accentué l’audace de la nouvelle génération de résistants palestiniens. De plus, l’exécution télévisée d’Ammar Mufleh dans la ville de Huwara le 2 décembre a également illustré la volonté d’Israël de bafouer le droit international pour mettre fin à la rébellion armée en cours en Palestine occupée.

La violence israélienne est également directement liée à la propre crise politique de Tel-Aviv. Bien que Benjamin Netanyahu ait été évincé par une alliance improbable entre diverses forces politiques israéliennes, dirigée par l’ancien Premier ministre Naftali Bennett en juin 2021, le Premier ministre israélien le plus ancien devrait faire son retour.

Bennett a démissionné de son poste le 20 juin, laissant la direction à son partenaire de coalition, Yair Lapid. De nouvelles élections, les cinquièmes en trois ans, ont eu lieu le 1er novembre. Cette fois-ci, la coalition de droite de Netanyahu a gagné avec une marge confortable, introduisant dans le gouvernement israélien déjà extrémiste des personnalités notoires telles que Bezalel Smotrich et Itamar Ben-Gvir, connus pour leur violence l’action et la rhétorique contre les Palestiniens.

Alors que Washington avait indiqué le 2 novembre qu’il ne travaillerait pas directement avec Ben-Gvir, l’ambassadeur américain en Israël, Thomas Nides, a semblé renverser cette position en déclarant que « personne ne blesse les liens indissolubles entre Israël et les États-Unis ». .”

Gardant à l’esprit que l’augmentation de la violence en Cisjordanie était le résultat direct de la nature militante du gouvernement Bennet-Lapid alors qu’il s’efforçait de démontrer sa ténacité contre la résistance palestinienne, le nouveau gouvernement devrait être encore plus violent, ouvrant la voie pour une confrontation plus large à la fois en Cisjordanie et à Gaza.

La brève mais meurtrière guerre israélienne contre la bande de Gaza assiégée le 5 août a entraîné la mort d’au moins 46 Palestiniens et en a blessé au moins 360, selon les estimations de l’ONU. Malgré la dévastation résultant de la guerre, cela aurait pu être bien pire, car tous les groupes palestiniens n’ont pas pris part aux combats et Israël semblait désireux de mettre fin à ses hostilités avant qu’un conflit prolongé n’entraîne un lourd tribut politique. Netanyahu, lui aussi, est susceptible de recourir à la guerre contre Gaza, s’il a besoin de détourner l’attention des difficultés politiques futures ou de maintenir ses partenaires de droite au pas.

Culture de l’espoir

Malgré la violence de l’occupation israélienne et les difficultés de l’isolement et du siège, la culture palestinienne a continué de prospérer avec des artistes, des cinéastes, des athlètes, des intellectuels et des enseignants palestiniens qui continuent de laisser leur empreinte sur la scène culturelle en Palestine, au Moyen-Orient et dans le monde.

En mai, Mohammed Hamada, un haltérophile de 20 ans originaire de la bande de Gaza, est devenu le premier athlète palestinien à remporter des médailles d’or et de bronze aux championnats du monde d’haltérophilie organisés à Héraklion, en Grèce.

En septembre, l’ingénieur système américano-palestinien Nujoud Fahoum Merancy a été nommé l’un des chefs de file des missions Artemis, un programme de la NASA qui vise à envoyer des astronautes sur la Lune.

La résistance palestinienne et les réalisations culturelles sont constamment stimulées par une solidarité internationale croissante avec la Palestine. Grâce à l’American Friends Service Committee (AFSC), la multinationale General Mills a annoncé en juin qu’elle se désengageait entièrement d’Israël. Ce fut l’une des nombreuses autres réalisations attribuées au mouvement de boycott dirigé par la Palestine, qui comprenait d’autres entreprises, universités et églises.

Cependant, rien n’est comparable au flux incessant de solidarité manifesté par les fans de football arabes et internationaux lors de la Coupe du monde de Qatar 2022, qui a débuté le 30 novembre. Bien que l’équipe nationale de football de Palestine ne se soit pas qualifiée pour l’événement sportif le plus important au monde, le drapeau de La Palestine était le plus visible parmi tous les autres drapeaux internationaux. L’emblématique Kufiyeh palestinien était également orné par des milliers de fans, dont des dirigeants mondiaux, des dignitaires et des célébrités.

2022 a été une nouvelle année de tragédie et d’espoir pour les Palestiniens. C’est cet espoir, porté par de nombreuses petites victoires, qui rend possible la lutte pour la liberté palestinienne. On souhaite que 2023 soit une meilleure année.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/01/05/culture-of-hope-2022-and-the-margins-of-victory-in-palestine/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire