Décès de Covid aux États-Unis (plus d’un million) et en Chine (environ 5000)

0
93

Source photo : Travis Wise – CC BY 2.0

“L’histoire devrait nous juger” – et elle le fera.

En mai et juin 2022, deux étapes importantes ont été franchies dans la bataille mondiale contre Covid et ont été largement notées dans la presse, une aux États-Unis et une en Chine. Ils invitent à une comparaison entre les deux pays et leur approche de la lutte contre le Covid-19.

Le premier jalon a été franchi le 12 mai lorsque les États-Unis ont enregistré plus d’un million de décès au total (1 008 377 au 19 juin 2022, date à laquelle ceci est écrit) dus à Covid, le plus élevé de tous les pays du monde. Web MD a exprimé son sentiment dans un article intitulé : “Le nombre de morts de Covid aux États-Unis a atteint 1 million : ‘L’histoire devrait nous juger'”.

Deuxièmement, le 1er juin, la Chine est sortie de son verrouillage de 60 jours à Shanghai en réponse à une épidémie là-bas, la plus grave depuis l’épidémie de Wuhan au début de la pandémie. Le nombre total de décès en Chine continentale depuis le début de l’épidémie en janvier 2020 s’élève désormais à un total de 5226 au 19 juin 2022.

Pour mettre cela en perspective, cela représente 3042 décès par million d’habitants aux États-Unis contre 3,7 décès en Chine dus à Covid. 3042 contre 3.7 ! Si la Chine avait suivi le même parcours que les États-Unis, elle aurait connu au moins 4 millions de morts. Si les États-Unis avaient suivi le cours de la Chine, il n’y aurait eu que 1306 morts au total !

L’UE ne s’en est pas beaucoup mieux tirée que les États-Unis avec 2434 décès par million au 19 juin.

Face à ces chiffres, la réponse des médias occidentaux a trop souvent été de nier que les chiffres de la Chine étaient valides. Mais les données de la Chine ont été étayées par le nombre de décès excessifs pendant la période de la pandémie, comme l’a illustré le New York Times dans un article récent. En fait, ce sont de vieilles nouvelles. La validité des chiffres de la Chine, comme le montre le nombre de décès en excès, a été validée il y a longtemps dans une étude de février 2021 par un groupe de l’Université d’Oxford et du CDC chinois. Cela a été publié dans le prestigieux BMJ (British Medical Journal) et discuté en détail ici.

Qu’en est-il de l’économie ?

De toute évidence, la Chine a placé le sauvetage de vies au-dessus de l’avancée de l’économie avec sa “politique dynamique de zéro Covid”. Mais contrairement à ce que l’on croyait en Occident à l’époque, sauver des vies s’est également avéré être meilleur pour l’économie, comme le montrent les données suivantes de la Banque mondiale :

Au cours de la première année de la pandémie, 2020, l’économie chinoise a continué de croître, bien qu’à un rythme plus lent. En revanche, l’économie américaine s’est contractée de façon spectaculaire, retombant non seulement aux niveaux de 2019, mais aux niveaux d’avant 2018 !

Fait intéressant, l’intrigue montre également l’année où le PPA-PIB chinois a dépassé celui des États-Unis, en 2017, annonçant une nouvelle ère pour les pays du Sud.

La Banque mondiale n’a pas encore publié de données pour 2021, mais le FMI dispose de données PPA-PIB pour 2021 présentées ici. L’économie américaine a progressé de 5,97 % et celle de la Chine de 8,02 %. Contrairement aux données de la Banque mondiale présentées dans le graphique ci-dessus pour les années jusqu’en 2020, ces données pour 2021 ne sont pas corrigées de l’inflation qui, pour 2021, était de 4,7 % aux États-Unis alors que celle de la Chine était de 0,85 %. La croissance de la Chine serait donc encore plus importante que celle des États-Unis si l’inflation était prise en compte.

L’essentiel est que pendant les deux premières années de la pandémie jusqu’en 2021, la croissance de la Chine a toujours été positive et supérieure à celle des États-Unis. La politique de la Chine a non seulement sauvé des vies, mais a protégé l’économie. Gagnant-gagnant, pourrait-on dire.

La politique dynamique zéro Covid de la Chine est-elle « durable » face à la variante Omicron ? Le confinement de Shanghai.

La période du récent verrouillage de Shanghai, que nous pouvons dater du 1er avril 2022, s’est terminée le 1er juin et a été la deuxième plus grande épidémie en Chine depuis l’épidémie initiale de janvier 2020, à Wuhan. Chacun a entraîné des blocages majeurs, le premier à Wuhan a duré environ 76 jours et le second à Shanghai environ 60 jours. Le premier à Wuhan était dû à la variante originale et le second à l’Omicron beaucoup plus infectieux.

Lors du récent confinement à Shanghai, la presse occidentale a été inondée de proclamations, trop souvent accompagnées d’un Schadenfreude inconvenant, selon lesquelles la politique dynamique de la Chine Zero Covid n’était pas durable. Cela rappelle trop des décennies de prédictions selon lesquelles l’extraordinaire succès de la Chine à développer son économie au premier rang mondial en termes de PPA-PIB n’était qu’une phase passagère, un schéma de Ponzi qui n’était – quoi d’autre – « pas durable ». Récemment, la même presse s’est tue, toujours signe que la Chine a rencontré le succès. Alors quels sont les résultats ?

Le verrouillage de Shanghai a pris fin le 1er juin et depuis ce jour jusqu’au 19 juin, il y a eu non décès dus à Covid sur la partie continentale de la Chine. Les cas à l’échelle nationale sont également en baisse à 183 par jour par rapport au pic de 26 000 le 15 avril. Il s’agissait du plus grand nombre de cas en une seule journée pendant toute la période de la pandémie en Chine. À titre de comparaison, le pic aux États-Unis était de 800 000 en une seule journée.

Les verrouillages de Wuhan et de Shanghai ont exigé des sacrifices et de la patience sur une période d’environ deux mois pour chacun. Cependant, ces difficultés sont généralement exagérées en Occident et fondées sur des anecdotes des pires des difficultés rencontrées. Un tel journalisme sordide a atteint le fond dans un article du NYT assimilant les travailleurs de la santé chinois à Adolph Eichmann !

Comme antidote à ce genre de hit et pour se faire une idée de la vie dans les villes qui étaient confinées lors de l’épidémie de Wuhan, le compte rendu de mars 2020 de Peter Hessler dans le New Yorker, “Life on Lockdown in China”, est éclairant et dissipera de nombreuses idées fausses. Hessler vivait et enseignait à Chengdu, Sichuan, à l’époque.

Pour le moment, l’approche de la Chine a réussi, même si nous ne pouvons pas dire ce que l’avenir nous réserve. Mais les mesures de santé publique qui ont si bien fonctionné en Chine continentale ne doivent pas être rejetées à la légère et encore moins faire l’objet d’attaques mesquines. De telles mesures pourraient être un moyen de sauver des millions de vies lors de la prochaine variante ou de la prochaine pandémie.

Les États-Unis ont besoin d’un tribunal populaire sur la gestion du Covid-19.

Revenant aux États-Unis, que dit-il lorsque les États-Unis, l’un des pays les plus riches du monde, dépensant plus de 1 000 milliards de dollars par an pour son budget de « sécurité nationale », n’ont pas pu rassembler les moyens de faire face à Covid-19 et ont mis fin avec plus de morts que n’importe quelle autre nation sur terre? La gestion de la pandémie par la Chine montre certainement qu’un résultat complètement différent est possible. Le nombre de morts aux États-Unis n’était pas un acte naturel inéluctable.

Cela étant, ne devrait-il pas y avoir un tribunal populaire pour enquêter sur les responsables du gouvernement américain au cours des trois administrations ? Cela, et non un badigeon officiel, est certainement nécessaire ? Et ne faut-il pas infliger une peine appropriée à un crime contre l’humanité ? Le million de morts ne méritent rien de moins.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/05/covid-deaths-in-the-us-over-1-million-and-china-about-5000/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire