Le secrétaire d’État américain Blinken se rendra en Afrique alors que les tensions avec la Chine et la Russie s’intensifient

0
120

Le secrétaire d’État Antony Blinken et son équipe se rendront en Afrique subsaharienne du 7 au 12 août pour effectuer des visites dans trois pays : l’Afrique du Sud, la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda. Cette visite intervient à un moment critique compte tenu de la pandémie mondiale et de la guerre en Ukraine, qui a profondément touché l’ensemble du continent africain. Dans l’ensemble, l’objectif de Blinken est de s’appuyer sur sa visite de novembre dernier et de favoriser des relations plus étroites entre les pays africains et les États-Unis – pour accélérer les progrès sur les intérêts mutuels afin que les deux parties puissent s’épanouir ensemble dans un environnement mondial complexe. Ce contexte comprend à la fois une concurrence intense entre les puissances avancées et émergentes et la capacité renforcée des pays africains à contribuer à la résolution des défis mondiaux.

Pour faire avancer la relation, Blinken annoncera la stratégie américaine de Biden pour l’Afrique subsaharienne. De plus, le lancement de la stratégie lors de la visite de dirigeants en Afrique est une étape importante dans les relations des États-Unis avec les pays africains et envoie un message fort de respect en reconnaissant que « les pays africains sont des acteurs géostratégiques et des partenaires essentiels sur les questions les plus urgentes de notre époque ». Un deuxième objectif clé de la visite sera d’améliorer les relations bilatérales en se concentrant sur les problèmes urgents dans les trois pays qu’il visite, les problèmes qui auront des effets profonds sur le continent en général, ainsi que sur les relations entre les États-Unis et ces pays spécifiques. .

Cette visite de haut niveau intervient également à un moment où les pressions économiques, sanitaires et géopolitiques actuelles se transforment en un moment unique qui réalignera probablement les priorités et les actions futures. Les pays africains continuent de subir de graves chocs économiques alors qu’ils tentent à la fois de se remettre des perturbations du COVID-19 et de gérer les crises induites par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Alors que les exportations agricoles et alimentaires des deux pays ont cessé, la guerre en Ukraine menace les chaînes d’approvisionnement alimentaire déjà fragiles en Afrique. La guerre a également provoqué d’autres tensions géopolitiques : Blinken se rendra en Afrique quelques jours seulement après la visite du ministre russe des Affaires étrangères Lavrov dans quatre pays d’Afrique (Ouganda, République du Congo, Éthiopie et Égypte) – un voyage visant à étendre la présence de la Russie en l’Afrique tout en se disputant un soutien pendant la guerre. La visite de Blinken intervient également dans le sillage de l’annonce par l’administration Biden du Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique qui se tiendra à Washington, DC en décembre 2022. La visite de Blinken est façonnée par le désir de Washington de rassurer les pays et les dirigeants africains sur le fait qu’ils sont des partenaires importants, chacun des pays de l’itinéraire offrant une toile de fond unique et une opportunité de transformer la relation des États-Unis avec l’Afrique.

Afrique du Sud

La première étape de Blinken sera l’Afrique du Sud, l’un des partenaires les plus importants des États-Unis dans la région, notamment en matière de santé, d’éducation, d’environnement et d’économie numérique. Au cours de sa visite, Blinken dirigera la délégation américaine au dialogue stratégique États-Unis-Afrique du Sud, qui se concentre sur “les priorités communes, notamment la santé, les infrastructures, le commerce et l’investissement, et le climat”.

L’Afrique du Sud est le plus grand partenaire commercial des États-Unis en Afrique et accueille plus de 600 entreprises américaines, dont beaucoup ont leur siège social dans le pays. L’Afrique du Sud contribue à 25% de tous les revenus américains du continent et reçoit systématiquement le plus d’investissements directs étrangers (IDE) des États-Unis. Environ la moitié des entreprises africaines d’une valeur d’un milliard de dollars ou plus se trouvent en Afrique du Sud, qui est une porte d’entrée pour accéder à d’autres marchés africains. Au-delà de ces implications économiques, l’Afrique du Sud a une grande importance géopolitique. Sur le continent, c’est la puissance régionale dominante de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et, avec le Nigéria et l’Égypte, l’une des trois plus grandes économies du continent, représentant plus de 50 % des dépenses combinées des consommateurs et des entreprises. . L’Afrique du Sud joue également un rôle clé dans la prise de décision liée à l’Union africaine et a été l’un des pays fondateurs du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, aujourd’hui l’Agence de développement de l’Union africaine.

L’Afrique du Sud a jusqu’à présent maintenu une relative neutralité vis-à-vis de la guerre contre l’Ukraine, probablement en raison du soutien de Moscou à la lutte de libération de l’ANC contre le gouvernement de l’apartheid. Ces relations sont susceptibles d’être un sujet de discussion lors de la visite de Blinken étant donné la pression que les puissances occidentales, les organisations non gouvernementales et les militants des droits de l’homme exercent sur le pays pour condamner la Russie.

La visite de Blinken, et en particulier son leadership dans le dialogue à venir en Afrique du Sud, renforcera le fait que cette relation bilatérale est une priorité pour les États-Unis et soulignera à nouveau le rôle central de l’Afrique du Sud dans la sous-région et sur le continent dans la promotion active d’une plus grande intégration commerciale et de la prospérité à l’échelle du continent. .

République démocratique du Congo (RDC)

Depuis l’Afrique du Sud, Blinken se rendra en RDC pour discuter de sujets d’intérêt commun, notamment la réalisation de la paix dans la région des Grands Lacs, le soutien des relations économiques futures par le commerce et l’investissement, la promotion des droits de l’homme et des libertés et la lutte contre la corruption. La RDC est le plus grand pays d’Afrique subsaharienne par sa superficie et abrite une immense richesse en ressources (environ 24 000 milliards de dollars de ressources minérales inexploitées), un potentiel hydroélectrique important et une grande biodiversité. Cependant, malgré ces avantages, la RDC a toujours été et continue d’être sujette à l’instabilité politique, aux conflits violents et aux crises humanitaires.

Le groupe rebelle du Mouvement du 23 mars (M23) est apparu après la fin de la Seconde Guerre du Congo en 2003 et a continué à terroriser les communautés jusqu’à sa défaite en 2013 par l’armée congolaise et les casques bleus de l’ONU. D’autres groupes armés sont apparus depuis et provoquent des violations généralisées des droits de l’homme et une violence extrême. La richesse en ressources de la RDC a alimenté la violence dans la région, car les groupes armés maintiennent souvent leurs opérations en pillant des mines et en collaborant avec des contrebandiers. On estime que la seule région orientale compte plus de 100 groupes armés actifs différents. En conséquence, des millions de personnes ont fui la violence ces dernières années : il y a actuellement 4,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur de la RDC et plus de 800 000 réfugiés de la RDC dans d’autres pays. La faiblesse de la gouvernance a accéléré le conflit armé, car les dirigeants ne contrôlent pas l’ensemble du territoire.

Pendant ce temps, environ 60 millions de Congolais, soit environ 73 % de la population, vivaient avec moins de 1,90 dollar par jour en 2018. Il sera essentiel pour les États-Unis et la RDC de trouver une solution pour la paix et la stabilité alors que la violence continue des rebelles groupes a réussi à retarder les efforts de développement. Malgré ces obstacles, les efforts récents de l’État tels que les réformes du secteur public et l’enseignement primaire gratuit indiquent un potentiel pour une nouvelle relation entre l’État et ses citoyens. Les États-Unis devraient reconnaître ces changements et travailler à renforcer la capacité de l’État tout en veillant à ce que les élections prévues pour 2023 soient démocratiques et sûres.

Notamment, les conflits évoqués ci-dessus sont des facteurs contribuant à la faible implication des États-Unis dans la grande industrie minière du pays, ce qui est une opportunité économique manquée. Abritant 70 % du cobalt mondial, 60 % du coltan mondial et en tant que quatrième producteur de cuivre, la RDC est en mesure d’assurer la prospérité de son peuple et du continent en général. Étant donné que le cobalt et le coltan sont des minéraux clés pour les technologies propres, la dotation de la RDC en ces ressources naturelles présente une opportunité importante pour les investisseurs américains. Ainsi, alors que la RDC travaille vers une plus grande paix et stabilité, les États-Unis devraient également travailler pour mieux se positionner en tant qu’acteur clé dans ce secteur minier. Cependant, jusqu’à présent, la Chine a dominé le secteur des technologies de l’énergie propre, une tendance qui se poursuivra si ses tentatives pour sécuriser l’accès à ces minerais en RDC réussissent. En fait, selon le New York Times, “les Américains n’ont pas réussi à protéger des décennies d’investissements diplomatiques et financiers au Congo, où le plus grand approvisionnement mondial en cobalt est contrôlé par des sociétés chinoises soutenues par Pékin”. La domination actuelle de la Chine dans ce secteur ne devrait pas conduire les États-Unis à céder, mais plutôt à créer et à mettre en œuvre de manière plus agressive un modèle d’accélération des investissements en RDC dans le secteur minier et au-delà.

Au cours de son voyage, Blinken devrait en profiter pour entamer une conversation sur la manière dont les États-Unis pourraient encourager les sociétés minières à créer également de la valeur localement en RDC, soutenant ainsi le développement durable à long terme. De tels partenariats seraient bénéfiques pour les deux parties, car la création de valeur locale aidera la RDC à diversifier ses exportations et son économie, offrant des opportunités d’investissement encore plus grandes dans d’autres domaines clés et conduisant à un avantage concurrentiel qui surpassera les modèles d’investissement purement extractifs des concurrents. Blinken devrait également profiter de l’occasion pour discuter des principaux défis de la RDC à l’investissement global, qui comprennent la corruption, la médiocrité des infrastructures et un système de taxation arbitraire.

Rwanda

Le dernier arrêt de Blinken sera au Rwanda pour discuter du maintien de la paix, du rôle du Rwanda dans la réduction des tensions en RDC et des préoccupations persistantes en matière de droits humains. Le Rwanda est devenu un acteur important aux niveaux sous-régional et continental ainsi qu’au niveau international. Après un génocide qui a presque détruit le pays, et dans le contexte de l’incapacité de la communauté internationale à les protéger, les Rwandais ont créé un exemple réussi de relèvement grâce à la capacité de l’État à fournir efficacement des biens et des services et à une diplomatie proactive de maintien de la paix sur le continent. Le président Paul Kagame était considéré comme un allié stable des États-Unis lorsqu’il a été nommé pour la première fois en 2000 et il a réussi à assouplir les obstacles aux affaires, ce qui a entraîné une augmentation des investissements étrangers américains. Il s’est également montré disposé à augmenter les missions de maintien de la paix, ce qui complète la récente réticence des États-Unis à s’impliquer directement dans de telles activités, préférant plutôt offrir à des pays comme le Rwanda un soutien en échange de leurs efforts de maintien de la paix (d’autant plus que le Rwanda fournit un personnel important pour ces missions).

Malgré ces tendances positives, tout le voyage de Blinken à Kigali ne sera pas facile : les tensions entre le Rwanda et la RDC concernant l’activité accrue du groupe rebelle M23 basé en RDC (qui, selon Kinshasa, est soutenu par Kigali – ce que Kigali nie) ces derniers mois, avec environ 170 000 personnes déplacées dans les violences début juillet. Dans le même ordre d’idées, Blinken aura probablement un certain nombre d’autres questions sensibles à discuter avec Kagame. En fait, le sénateur Bob Menendez (D-NJ), qui préside la commission des relations étrangères du Sénat américain, a écrit le mois dernier une lettre appelant à un examen de l’approche américaine au Rwanda, soulevant de récentes préoccupations en matière de droits humains. Blinken lui-même a mentionné qu’il discutera de ces préoccupations, y compris la “détention injustifiée du résident permanent légal des États-Unis, Paul Rusesabagina”, ainsi que des priorités communes telles que le maintien de la paix.

La visite de Blinken pourrait également mettre en évidence le grand potentiel d’expansion des opportunités économiques mutuellement bénéfiques entre les États-Unis et le Rwanda. Malgré un petit marché, le Rwanda est une destination importante pour les investissements étrangers américains, grâce à ses efforts réussis pour créer un environnement commercial propice. Kagame a développé des relations avec des dirigeants de sociétés multinationales souhaitant investir en Afrique de l’Est, conduisant de grandes entreprises telles que Volkswagen, Starbucks et Visa à ouvrir des usines, acheter des matières premières et investir dans la croissance financière au Rwanda. Les opportunités d’investissement et d’affaires augmenteront probablement, au profit du Rwanda et des États-Unis (et, bien sûr, du continent), avec une mise en œuvre réussie de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA).

Ainsi, au cours de sa visite, Blinken visera probablement à harmoniser les forces du Rwanda – maintien de la paix, efficacité de l’État, son environnement favorable aux entreprises – et s’efforcera de surmonter ses défis en matière de responsabilité et de droits de l’homme, afin qu’il puisse étendre sa portée en tant qu’acteur essentiel. pour les autres pays du continent.

Dans l’ensemble, alors que Blinken ne visitera que trois pays et que l’accent sera mis sur l’avancement des relations bilatérales américaines avec l’Afrique du Sud, la RDC et le Rwanda, ces visites font partie des efforts de l’administration pour revitaliser les relations américano-africaines. Ce qui importe en fin de compte, au-delà de l’annonce de la stratégie américaine pour l’Afrique subsaharienne, c’est que les États-Unis alignent concrètement les objectifs, les voies et les moyens d’agir et de mettre en œuvre cette stratégie pour le bénéfice mutuel et à long terme de l’Afrique et de la États-Unis.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire