Le syndicat des infirmières augmente sa revendication salariale sous la pression de la base

0
55

Les membres de l’Association des infirmières et sages-femmes de la Nouvelle-Galles du Sud à travers l’État ont voté branche par branche pour réaffirmer leur engagement à lutter pour une augmentation de salaire d’au moins 7%, au mépris des responsables syndicaux.

Lors d’une réunion de masse le 29 juin, les membres du syndicat ont d’abord rejeté la proposition des responsables syndicaux d’accepter le plafond salarial de 3 % du gouvernement pour l’année prochaine. Un amendement proposé par les membres de la base, qui sont également socialistes, demandait que la demande salariale soit portée à au moins 7% pour suivre l’inflation. Les membres ont voté de justesse pour accepter l’amendement et, en représailles, les responsables syndicaux se sont organisés pour relancer le vote branche par branche – une méthode de vote qui favorise les responsables.

Après la réunion de masse, les dirigeants syndicaux ont envoyé un e-mail à tous les membres affirmant qu’ils devraient accepter l’offre salariale actuelle de 3 % – une réduction de salaire significative en termes réels – au motif que la Commission des relations professionnelles ne renverserait probablement pas le plafond salarial du gouvernement. L’offre salariale de 3 % est bien inférieure au taux d’inflation et inférieure aux 4,75 % revendiqués par le syndicat au début de la campagne syndicale.

Les infirmières et les sages-femmes ont une fois de plus rejeté cet argument. Comme l’a dit un membre du syndicat Drapeau rouge: “Une majorité de membres ont voté en faveur de cet amendement car ils savent que les pressions du coût de la vie continueront d’augmenter, et les infirmières méritent tellement mieux que de voir leur salaire réduit en termes réels au cours de la prochaine année”.

La crise du coût de la vie figurait en bonne place dans les arguments de la base pour maintenir une demande de rémunération plus élevée. Un nouveau rapport modélisé par les syndicats du secteur public montre que les infirmières, les ambulanciers paramédicaux et les enseignants de la Nouvelle-Galles du Sud font face à des réductions de salaire réel de plus de 7 200 $ par an si le plafond salarial reste en place. Les travailleurs sont confrontés à des hausses de prix généralisées, les prix de l’énergie augmentant de 141 % cette année et les hausses de taux d’intérêt augmentant les remboursements hypothécaires moyens de 351 $ par mois. Combiné avec l’énorme stress que subissent les travailleurs de la santé en raison de la pandémie et du manque de ressources à long terme des hôpitaux, il n’est pas étonnant que les infirmières et les sages-femmes aient envie de faire la grève pour une augmentation de salaire appropriée.

Contrairement aux espoirs des responsables syndicaux, la marge de soutien à la modification de la revendication salariale à 7 % a été impressionnante lors du nouveau vote branche par branche. À la succursale de l’hôpital Royal Prince Alfred, 73 % des membres ont voté pour, 75 % ont voté pour à l’hôpital Prince of Wales, 71 % à Sutherland et 64 % à Shellharbour. Là où des syndicalistes de base actifs ont fait campagne parmi leurs collègues, le vote a été le plus élevé.

Après trois jours distincts de grève à l’échelle de l’État jusqu’à présent dans cette campagne, la pression pour augmenter la revendication salariale est bien plus que des mots et des sentiments. Mais pour gagner la revendication des 7%, une action de grève plus sérieuse sera nécessaire.

Les infirmières et les sages-femmes savent que le gouvernement ne concédera pas une augmentation de salaire de 7 % et une amélioration des conditions sans combat et sans le soutien des autres travailleurs du secteur public. Signe positif, dans un e-mail adressé aux membres après le nouveau vote, les responsables syndicaux ont appelé les sections à se préparer à de nouvelles actions à l’échelle de l’État. En tant que délégué de l’hôpital Prince of Wales, qui a également mené la pression pour augmenter la demande de rémunération, a déclaré: «Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est d’une grève soutenue pour gagner cela. Nos grèves plus tôt dans l’année ont poussé le gouvernement à augmenter légèrement son plafond salarial – nous devons maintenir cela jusqu’à ce qu’il supprime le plafond salarial et nous donne l’augmentation de salaire que nous méritons ».

Les infirmières et les sages-femmes ont voté pour cette revendication salariale à un moment où les travailleurs du secteur public de tous les secteurs mènent des actions revendicatives. Les fonctionnaires et les cheminots de la Nouvelle-Galles du Sud ont tous déclenché une grève distincte. Les enseignants du public et certains enseignants du privé ont déclenché une grève conjointe pour la toute première fois. Tous ces travailleurs sont confrontés à des plafonds salariaux du gouvernement de l’État qui sont en réalité des réductions de salaire. L’appel des infirmières et des sages-femmes à une augmentation de salaire de 7 % devrait encourager les militants de ces syndicats à faire valoir leurs revendications et à intensifier les grèves.

«Nous savons que le gouvernement ne nous accordera pas cette augmentation de salaire sans une riposte soutenue et nous aurons donc besoin de grèves dans tout le système de santé. Mais nous avons aussi besoin de grèves dans tout le secteur public – les infirmières ne sont pas les seules à se faire avoir par ce gouvernement », a soutenu un autre membre du syndicat.

Une action de grève conjointe dans tout le secteur public, englobant les infirmières, les enseignants, les travailleurs du secteur public et les cheminots constituerait une escalade significative qui ferait monter la pression sur le gouvernement pour qu’il supprime le plafond.

En tant que plus grand syndicat de l’État, les infirmières et les sages-femmes peuvent créer un précédent important. Selon les mots d’une infirmière de base :

«Le gouvernement de l’État n’a aucun intérêt à payer un salaire décent aux infirmières et aux sages-femmes et est déterminé à faire payer partout la crise aux travailleurs du secteur public. Il faut absolument que le mouvement syndical ne transige pas sur la question des salaires, et fasse monter les enchères. Les infirmières, les sages-femmes, les enseignants, les conducteurs de train et tout le monde doivent organiser des grèves plus longues et plus militantes qui perturbent les activités habituelles du gouvernement de l’État.

« Surtout, nous devons organiser des grèves communes dans différentes industries. En fin de compte, nous devons jeter les bases d’une grève générale dans le secteur public qui rend le gouvernement de l’État trop effrayé pour réduire un autre centime du salaire des travailleurs ou saper davantage nos conditions.

Source: https://redflag.org.au/article/nurses-union-raises-pay-claim-under-pressure-rank-and-file

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire