Des colons israéliens volent les terres des agriculteurs palestiniens en Cisjordanie occupée | Conflit israélo-palestinien

0
151

Les agriculteurs de Cisjordanie occupée sont confrontés quasi quotidiennement aux incursions et à la violence des colons israéliens, au point qu’ils vivent dans la peur de se voir voler leurs maisons et leurs terres, disent-ils.

À cela s’ajoute la violence dont ils sont témoins dans les zones urbaines voisines, comme la ville de Jénine et le camp de réfugiés, sur lesquels l’armée israélienne a intensifié ses raids, tuant 10 personnes et en blessant 20 en seulement une semaine.

Selon le ministère de la Santé, au moins 237 Palestiniens ont été tués et environ 2 850 autres blessés par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée depuis le 7 octobre.

Le fermier Ayman Assad, 45 ans, et sa famille peuvent clairement entendre les attaques depuis leur maison située à seulement 2 km du camp et ils ont fait de ces dernières semaines un cauchemar pour lui, sa femme et ses cinq enfants.

« Les enfants ont constamment peur et ils ne jouent plus dehors, c’est trop dangereux », a-t-il déclaré à Al Jazeera.

“On entend les attaques contre le camp de réfugiés, les explosions et les coups de feu.”

Assad a déclaré que ses enfants ne vont plus à l’école car même s’ils osaient s’y rendre, l’armée israélienne bloque de nombreuses routes dans la région. Tous les cours ont été mis en ligne.

La plus grande inquiétude à l’heure actuelle est que son élevage de poulets, situé plus loin dans la zone C de Cisjordanie, soit attaqué par des colons israéliens alors qu’il est incapable de le défendre. « J’ai peur que mes terres soient volées. »

Oliveraies en Cisjordanie [Al Jazeera]

La Palestine est connue pour ses olives, son huile d’olive et ses légumes, qui sont exportés partout. Les oliviers, en particulier, sont un symbole important de l’attachement des Palestiniens à leur terre.

La Cisjordanie est occupée par Israël depuis 1967. Depuis, environ 700 000 colons israéliens se sont installés illégalement sur le territoire palestinien. et y volent, attaquent et détruisent des oliveraies, des terres agricoles et des propriétés depuis des années.

Mais ces incursions se sont intensifiées ces dernières semaines, alors que les forces israéliennes et les colons organisent des raids armés tandis que les Palestiniens sont confinés chez eux sous couvre-feu, a déclaré Abbas Milhem, directeur de l’Union des agriculteurs palestiniens (PAFU) à Ramallah. La ferme de sa propre famille figurait parmi les personnes visées.

« Une deuxième guerre se déroule en Cisjordanie »

Il y a un peu plus de deux semaines, des colons israéliens armés ont envahi la ferme de Milhem, ont tiré en direction des personnes travaillant à la récolte et ont volé des olives.

L’une des ouvrières de la ferme, Iman Abdallah Jawabri, 45 ans, récoltait des olives avec une équipe comprenant son mari lorsque cinq colons sont arrivés.

« Ils ont tiré vers nous comme s’ils voulaient nous faire peur, puis lorsqu’ils se sont approchés, ils ont pris nos téléphones pour nous empêcher de les prendre en photo. Puis ils ont dit à toutes les femmes de partir et ont commencé à frapper les hommes, les forçant à s’asseoir par terre sous les oliviers.

« Nous (les femmes) les regardions toujours de loin. Après cela, ils ont pris toutes nos olives et nous ont forcés à partir.

La ferme est désormais sous contrôle militaire bien qu’elle se trouve dans la zone B de Cisjordanie, où l’Autorité palestinienne contrôle techniquement les affaires civiles. Les Milhem et leurs ouvriers n’ont pas pu rentrer.

« Les agriculteurs ont peur d’être abattus s’ils le font », a expliqué Iman.

« J’ai plusieurs petits-enfants et j’ai peur pour l’avenir, mais je remercie aussi Dieu pour ce que nous avons et je prie pour la population de Gaza », a-t-elle ajouté.

« Il y a une deuxième guerre en Palestine qui se déroule en Cisjordanie occupée », a déclaré Milhem. « Il est également crucial de comprendre comment cela affecte les agriculteurs de Cisjordanie occupée. »

Il a ajouté qu’il ne pouvait pas rendre visite à sa mère vieillissante à Jénine parce que les forces israéliennes avaient bloqué de nombreuses routes.

« J’ai aussi peur lorsque mes fils sortent la nuit et je les appelle constamment pour savoir s’ils vont bien », a-t-il déclaré.

Les ruches incendiées de la ferme de Salah Awwad
Les ruches incendiées par les colons israéliens dans la ferme de Salah Awwad [Courtesy of Salah Awwad]

“Ils ont des armes, je n’ai que mes mains”

Selon Human Rights Watch, les forces de sécurité israéliennes ont tué plus de Palestiniens en Cisjordanie occupée entre le 1er janvier et le 6 octobre de cette année que n’importe quelle année depuis 2005, lorsque les Nations Unies ont commencé à enregistrer des décès. Cela a accru les craintes des Palestiniens pour leur sécurité et celle de leurs familles, en plus de leurs craintes pour leurs moyens de subsistance.

Ne pouvant plus se déplacer en Cisjordanie pour travailler depuis le 7 octobre en raison de la multiplication des raids et des couvre-feux imposés par les forces israéliennes et les colons armés, les Palestiniens sont confrontés à une crise.

Selon l’ONU, la pauvreté a augmenté de 20 pour cent et le produit intérieur brut a diminué de 4,2 pour cent depuis le 7 octobre.

Milhem a déclaré que les exportations ont complètement cessé et que près de 50 pour cent des olives n’ont pas été récoltées en raison des restrictions imposées par l’armée israélienne sur les mouvements des Palestiniens.

Un autre agriculteur palestinien, Salah Awwad, 28 ans, a perdu sa maison et ses terres à Wadi Tahta, dans le sud de la Cisjordanie occupée, en août. Les colons ont envahi ses terres, ont déversé du benzène autour de sa propriété et y ont incendié, détruisant ses ruches.

Ils se sont emparés des terres et Awwad a été contraint de fuir avec sa famille de huit enfants. Après quelques jours, dit-il, il a pu récupérer ses 100 moutons, mais il ne peut plus retourner sur ses terres.

Depuis le 7 octobre, les conditions dans sa nouvelle maison à Sha’ab Tariq, à 9 km de là, se sont détériorées et désormais ses moyens de subsistance sont en jeu : il n’est pas autorisé à laisser paître ses moutons, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

« Les colons encerclent ma maison et ils ne me laissent pas travailler », a-t-il déclaré. « J’ai peur d’être abattu, car ils portent des armes. Que puis-je faire? Ils ont leurs armes ; Je n’ai que mes mains.

Awwad a ajouté que si la vie était difficile avant le début de la guerre, les prix ont maintenant fortement augmenté, en particulier pour les agriculteurs. Le prix du fourrage pour ses moutons a augmenté de plus d’un tiers depuis le 7 octobre.

« Personne ne nous regarde, seulement Dieu », a-t-il déclaré. “Mais je ne bougerai plus, même s’ils essaient de me forcer.”

Source: https://www.aljazeera.com/features/2023/11/26/israeli-settlers-steal-palestinian-farmers-land-in-occupied-west-bank

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire