Cette guerre ne concerne pas le Hamas

0
130

Israël et ses défenseurs affirment que la campagne de bombardements et l’invasion terrestre de Gaza visent à « détruire le Hamas ». Mais ce n’est pas la première fois qu’Israël mène une telle campagne : l’histoire de l’État sioniste est celle d’une guerre permanente contre les Palestiniens. Israël a commis d’innombrables agressions contre les Palestiniens bien avant la formation du Hamas en 1987.

Pendant le Nakba de 1948 qui a fondé Israël – un processus de nettoyage ethnique et de génocide qui a forcé un million de Palestiniens à fuir vers la Cisjordanie et Gaza, ainsi que vers les pays arabes voisins, comme le Liban, la Syrie, la Jordanie et l’Égypte – les paramilitaires sionistes étaient censés être empêcher la barbarie d’un nouvel Holocauste d’avoir lieu.

Les dirigeants sionistes ont mis en garde contre un deuxième Holocauste perpétré par les Palestiniens (qui se défendaient contre les forces colonisatrices), et les milices sionistes ont reçu pour instruction de leurs supérieurs de comparer les villageois palestiniens aux nazis. “[T]Il s’agissait d’un stratagème de relations publiques délibéré pour garantir que, trois ans après l’Holocauste, les soldats juifs ne se décourageraient pas lorsqu’on leur ordonnerait de nettoyer, tuer et détruire d’autres êtres humains », écrit l’historien d’origine israélienne Ilan Pappé dans Le nettoyage ethnique de la Palestine.

Dans la période qui a précédé la guerre israélienne de 1967 contre les armées combinées d’Égypte, de Jordanie et de Syrie, les États arabes étaient présentés comme une menace pour la sécurité des frontières d’Israël – une crise existentielle qui aboutirait à ce que les Juifs d’Israël soient « chassés vers le pays ». mer”.

La réalité était que l’establishment israélien avait toujours refusé d’accepter les frontières établies à la fin de 1948 (la « Ligne verte » ou les « frontières de 1967 », comme on les appelle aujourd’hui). L’establishment israélien a provoqué ses voisins arabes dans une guerre dont ils savaient qu’Israël gagnerait – en leur fournissant une couverture pour une expansion ultérieure et en expulsant davantage de Palestiniens de leurs terres – en battant leurs armées combinées en six jours.

Pendant ce temps, Israël s’est emparé de la Cisjordanie du Jourdain, y compris Jérusalem-Est, la bande de Gaza, les hauteurs du Golan en Syrie et le désert du Sinaï jusqu’au canal de Suez. Ils ont également forcé 325 000 autres Palestiniens sur les 900 000 de Cisjordanie à fuir vers la Jordanie.

Tout au long des années 1970, la « défense d’Israël contre le terrorisme » a été la principale justification invoquée pour toute une série d’atrocités commises en Cisjordanie, à Gaza et dans les camps de réfugiés palestiniens des pays voisins, comme la Jordanie et le Liban, où l’OLP (OLP) OLP) et une grande partie de la diaspora palestinienne ont été localisées.

Avant le Hamas, l’OLP était la cible déclarée de ces campagnes contre le « terrorisme » en raison de son engagement dans la lutte armée pour libérer la Palestine. Pendant ce temps, les Frères musulmans palestiniens (l’organisation qui a précédé le Hamas) ont été promus par l’establishment israélien comme une alternative modérée à l’OLP.

Pendant la guerre civile jordanienne de 1970-71, Israël a fourni aux forces armées jordaniennes des munitions et d’autres fournitures utilisées pour massacrer plus de 3 000 Palestiniens dans les camps de réfugiés sous prétexte de combattre l’OLP.

Pendant la guerre civile libanaise, l’armée israélienne a envahi le Liban à plusieurs reprises dans le cadre de campagnes dont elle prétendait qu’elles visaient à éliminer l’OLP. Sa troisième invasion, en 1982, a entraîné la destruction massive de Beyrouth-Ouest, au cours de laquelle 19 000 Libanais et Palestiniens ont été tués et plus de 30 000 civils ont été blessés. Cela comprenait le massacre de 3 000 à 3 500 Palestiniens dans le camp de réfugiés de Sabra et Chatila, perpétré par la Phalange libanaise (une organisation paramilitaire fasciste) sous la supervision de l’armée israélienne.

Il y a ensuite l’engagement supposé d’Israël en faveur de la « paix » depuis le début des années 1990 jusqu’à nos jours. Le « processus de paix » impliquait l’OLP renoncer son engagement dans la lutte armée pour libérer la Palestine en échange d’un mini-État palestinien dans les territoires occupés. En réalité, le processus de paix était la continuation de la guerre et de l’occupation par d’autres moyens.

Pendant ce temps, Israël a maintenu une siège permanent sur Gaza et a utilisé le prétexte des représailles du Hamas pour mener des offensives répétées contre l’enclave. Israël a également étendu les colonies illégales dans le Cisjordanie occupée dans une guerre au ralenti de dépossession des terres et de nettoyage ethnique. L’invasion de Gaza et l’intensification de la terreur dans le banque de l’Ouest Il s’agit d’une accélération de ces processus de nettoyage ethnique et de dépossession sous couvert de « destruction du Hamas ».

Israël a donné de nombreux noms différents aux cibles de ses campagnes : partisans de l’Holocauste, terroristes, OLP, Hamas. Mais il n’y a jamais eu qu’une seule cible : l’ensemble de la société palestinienne.

Source: https://redflag.org.au/article/war-not-about-hamas

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire