Les racines de la catastrophe – CounterPunch.org

0
93

Source photographique : Hossam el-Hamalawy – CC BY 2.0

Dans mes présentations publiques sur le thème Palestine-Israël, on me demande fréquemment d’identifier la force la plus responsable de la catastrophe à laquelle nous assistons aujourd’hui à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem. Le public est surpris lorsque je dis que la source est facilement identifiable : c’est le sionisme.

Le sionisme est l’idéologie politique qui a émergé dans l’Europe du XIXe siècle parmi une petite minorité de Juifs déterminés à établir une patrie juive. Vingt-deux congrès sionistes ont été convoqués entre 1897 et 1946. Theodor Herzl (1860-1904), journaliste viennois et fondateur du mouvement sioniste moderne, a commencé le processus de mise en œuvre de sa vision d’une utopie juive lors du premier congrès sioniste à Bâle, en Suisse. en août 1897.

Confiant dans sa réussite, Herzl annonça fièrement : « J’ai fondé l’État juif à Bâle ». Il a contribué à bâtir une campagne qui a transformé un mouvement populaire visant à créer une patrie pour les Juifs en un mouvement politique qui a détruit la patrie des Palestiniens.

Pour comprendre le massacre des Palestiniens par Israël et les friches qu’ils créent à Gaza, il est fondamental de discerner le plan que les fondateurs d’Israël ont élaboré pour créer leur patrie juive ; ce qu’ils appelaient Eretz-Israël.

Les premiers dirigeants sionistes ont été explicites sur ce qu’ils considéraient comme des projets de « transfert » visant à réaliser une « majorité juive » en Palestine. Yosef Weitz (1890-1972), connu comme « l’architecte du transfert », a été directeur du puissant département de colonisation des terres du puissant Fonds national juif. En tant que chef de ce qu’il considérait comme des comités de transfert, Weitz a mis en œuvre des plans sionistes de longue date visant à « transférer » (nettoyage ethnique) et à déposséder les Palestiniens de leurs maisons, de leurs terres et de leurs entreprises. Son journal du 12 décembre 1940 est révélateur : Il doit être clair qu’il n’y a pas de place dans le pays pour les deux peuples… Si les Arabes le quittent, le pays deviendra vaste et spacieux pour nous…. La seule solution est une Terre d’Israël… sans Arabes. Il n’y a pas de place ici pour les compromis… Il n’y a pas d’autre moyen que de transférer les Arabes d’ici vers les pays voisins, et de les transférer tous, sauf peut-être [a few].»

Weitz a également parlé d’élargir les frontières de « l’État juif » pour inclure des zones au Liban et en Syrie. Lors d’une réunion le 22 juin 1941 avec le président du Fonds national juif, Menachem Ussishkin (1863-1941), Weitz écrivait : « La terre d’Israël n’est pas petite du tout, si seulement les Arabes étaient expulsés et si ses frontières étaient élargies. un peu; au nord jusqu’au Litani [River in Lebanon], et à l’est, y compris les hauteurs du Golan. . . . tandis que le [Palestinian] Les Arabes soient transférés vers le nord de la Syrie et de l’Irak. . . . A partir de maintenant, nous devons élaborer un plan secret basé sur le retrait du [Palestinian] Arabes d’ici. . . [and] . . . pour l’inclure dans les cercles politiques américains. . . . aujourd’hui, nous n’avons pas d’autre alternative. . . . Nous ne vivrons pas ici avec des Arabes. (Expulsion des Palestiniens, 134-135)

L’histoire de la Palestine est l’une des histoires les plus intentionnellement déformées de notre époque. La guerre européenne de 1914-1918, l’effondrement et la dissection de l’Empire ottoman (vers 1300-1923), le manque de gouvernement civil dans le monde arabe, l’orgueil des empires européens, les intrigues, le zèle et la violence sionistes, tout cela a donné naissance à et la croissance d’Israël. Né dans l’illégitimité, Israël est depuis lors embourbé dans la violence et dans une idéologie religieuse mythique.

Les Palestiniens, ébranlés par l’effondrement des Ottomans, n’étaient pas préparés à lutter contre l’empiétement britannique et les vagues d’émigrés juifs qui gagnaient progressivement en influence et en contrôle politique sur la Palestine. Le soulèvement d’al-Buraq/Mur Occidental d’août 1929 marque un tournant dans le mouvement antisioniste et anticolonial en Palestine. Il s’agissait du premier soulèvement et affrontement à grande échelle entre Arabes, Juifs et forces du mandat britannique.

Alors qu’Israël tente d’effacer les Palestiniens de leur patrie, il est important de réfléchir aux injustices historiques et de souligner également le fait que musulmans, juifs et chrétiens vivaient ensemble pacifiquement en Palestine avant l’importation forcée du sionisme européen au cœur du Moyen-Orient. .

Depuis 450 avant JC, les Arabes vivaient dans une région géographique située entre la mer Méditerranée et le Jourdain. Les racines palestiniennes sont profondément ancrées dans la terre sur laquelle ils vivent depuis des siècles, bien avant la période ottomane et l’avènement du colonialisme sioniste après la Première Guerre mondiale. Selon les archives du gouvernement palestinien, A Survey of Palestine, 1946, Volume I, page 144, en 1914, la population palestinienne s’élevait à 689 000 personnes ; dont 534 300 étaient des Arabes musulmans ; 70 000 Arabes chrétiens ; et 84 700 Juifs, qui résidaient pour la plupart pour des raisons religieuses dans quatre villes : Jérusalem, Safed, Tibériade et Hébron. Il y avait aussi des sionistes venus s’installer dans des colonies agricoles, en grande partie sous le généreux patronage du baron Edmund James de Rothschild (1845-1934), membre français de la famille bancaire Rothschild et fervent partisan du sionisme. Pendant des siècles, la tolérance religieuse et la tranquillité étaient la règle et l’animosité l’exception dans la Palestine présioniste.

Le monde prend conscience des conséquences mortelles des décisions passées et des jugements portés aujourd’hui à travers le même prisme impérial et arrogant.

Depuis 17 ans, les habitants de Gaza ont dû se réveiller chaque matin – s’ils survivaient aux bombardements aériens israéliens de 2006, 2008, 2012, 2014, 2021, 2022 – soumis aux caprices d’une puissance étrangère déterminant s’ils auront le droit. les éléments de base de la vie : nourriture, médicaments, électricité et eau potable. Ils ont dû faire face à l’humiliation quotidienne de dépendre de l’aide extérieure parce qu’Israël restreint l’entrée des marchandises dans la bande de Gaza. Incapables de planifier et ne voyant aucun espoir pour l’avenir, certains habitants déterminés de Gaza ont passé leurs journées non pas à l’école ou dans un emploi rémunérateur, mais à creuser des tunnels pour résister et échapper à leur emprisonnement sans fin.

Les mythes des nobles Israéliens se contentant de se défendre, du guerrier circonspect et de l’agresseur civilisé ne correspondent pas à l’horrible images de destruction venant de Gaza.

Il est évident que l’objectif du régime israélien est de rendre Gaza inhabitable. Selon l’Observatoire Euro-Med des Droits de l’Homme, l’impact de la campagne de bombardements israéliens a eu l’équivalent de deux bombes nucléaires. Ils ont également documenté l’utilisation par Israël de bombes à fragmentation et de bombes au phosphore, des armes interdites au niveau international. De plus, Israël est engagé dans un effort génocidaire visant à tuer ou à expulser de force plus de deux millions de Palestiniens vivant à Gaza. De hauts responsables israéliens ont ouvertement exprimé leur intention génocidaire. Le ministre de la Défense Yoav Gallant, par exemple, a qualifié les habitants de Gaza d’« animaux humains », lorsqu’il a ordonné un siège complet de l’enclave.

La déclaration de Gallant est une expression de ce qu’Israël pense des Arabes palestiniens et, implicitement, de tous les Arabes. La guerre génocidaire menée par Israël les a mis en garde. S’ils n’exigent pas la fin immédiate du massacre de leurs compatriotes arabes, ils resteront à jamais au service des intérêts américains et israéliens. Depuis trop longtemps, le monde arabe s’est montré obséquieux et docile envers les intérêts étrangers. Ils ont maintenant l’occasion de se débarrasser de cette image.

Israël a survécu grâce au gouffre sans fond des dollars américains. Il serait incapable de mener sa guerre génocidaire à Gaza sans le matériel militaire, les renseignements, l’assistance diplomatique des États-Unis et, par conséquent, le pétrole qui alimente sa machine de guerre. Il est temps pour le monde arabe d’utiliser sa formidable arme pétrolière pour mettre fin au carnage. Et de la même manière qu’Israël utilise son puissant lobby aux États-Unis pour rassembler les politiciens américains, le monde arabe doit utiliser un lobby pétrolier pour faire de même.

Ce dont le monde est actuellement témoin à Gaza est une progression du plan systématique tracé il y a un siècle par des théoriciens sionistes comme Herzl, Ben Gourion, Weitz, Ussishkin pour créer un Israël « sans Arabes ». À l’instar des fondateurs d’Israël, qui ont refusé de reconnaître les Palestiniens, les qualifiant plutôt d’Arabes, les extrémistes actuels d’Israël poursuivent la stratégie du « transfert » (nettoyage ethnique). L’intention du régime peut être entendue dans les déclarations du ministre extrémiste des Finances israélien, Bezalel Smotrich, qui a nié en mars 2023 l’existence d’un peuple palestinien, alors qu’il appelait quelques jours auparavant à l’effacement de Huwara, une ville palestinienne de Cisjordanie occupée.

Jusqu’au 7 octobre, la brutalité et les projets expansionnistes d’Israël étaient en grande partie cachés au public américain. La campagne militaire du Hamas a mis à nu les desseins impériaux et historiques débridés de Tel Aviv et de Washington. La conscience du monde a été émue et le Moyen-Orient a été modifié à jamais.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/11/10/the-roots-of-catastrophe/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire