Des enfants parmi les morts alors que l’Iran voit de grandes manifestations et grèves | Nouvelles

0
7

Téhéran, Iran – Au moins deux enfants figurent parmi plus d’une douzaine de personnes tuées lors de la dernière vague de manifestations à travers l’Iran, qui a eu lieu le jour anniversaire d’une précédente série de manifestations il y a trois ans.

De nombreuses villes à travers l’Iran ont vu des scènes chaotiques mardi et mercredi, les deux premiers des trois jours de manifestations et de grèves qui ont été appelées en ligne pour marquer les manifestations de novembre 2019, lorsque des centaines de personnes ont été tuées au milieu d’une panne d’Internet.

L’incident le plus meurtrier a eu lieu mercredi soir à Izeh, dans la province du Khouzistan, dans le sud-ouest du pays, où au moins sept personnes ont été tuées dans un incident que certains utilisateurs en ligne ont imputé à l’État et que les autorités ont imputé à des assaillants inconnus.

Les autorités iraniennes ont déclaré que deux “terroristes” à moto ont ouvert le feu sur une foule à l’aide d’un fusil d’assaut, tuant sept personnes – dont deux garçons âgés de neuf et 13 ans – et en blessant neuf, dont deux dans un état critique.

Ali Dehghani, le chef du pouvoir judiciaire du Khouzistan, a déclaré que trois personnes avaient été arrêtées pour être à l’origine de ce qu’il a qualifié d'”émeutes” à Izeh.

Au moins six autres personnes ont été tuées dans la province centrale d’Ispahan. Trois manifestants figuraient parmi les morts et les autorités ont déclaré que deux membres des forces paramilitaires Basij avaient été tués après que des assaillants à moto aient ouvert le feu sur eux et se soient enfuis. Un troisième agent de sécurité est également décédé.

Un membre du Basij et sept policiers auraient également été blessés à la suite de la fusillade.

Pendant ce temps, mardi, au moins trois manifestants ont été tués lors de manifestations qui ont éclaté mardi dans trois villes distinctes, selon des organisations de défense des droits humains basées à l’étranger.

Les médias d’État ont rapporté que trois membres des forces de sécurité ont également été tués lors des événements de mardi. Des vidéos circulant en ligne mardi et mercredi ont montré des manifestations et des grèves dans des dizaines de villes à travers l’Iran, dont Gorgan, Tabriz, Arak, Sanandaj, Mashhad, Kerman, Shiraz et Bandar Abbas.

Dans la capitale, Téhéran, des vidéos sont apparues pour montrer des manifestations dans de nombreux quartiers, y compris à Shahrak-e Gharb dans la partie ouest de la métropole.

Les manifestants ont fermé les rues entourant la place Sanat mardi après-midi, scandant “liberté, liberté” et des slogans anti-establishment.

Plusieurs vidéos montraient des troubles dans les stations de métro souterraines de Téhéran, avec des tirs des forces de sécurité et des personnes tombant et piétinées alors qu’elles tentaient de courir dans la panique.

Une autre vidéo, qu’Al Jazeera n’a pas pu vérifier, montrait des policiers entrant dans des wagons de train et frappant des navetteurs avec des matraques.

Des vidéos de magasins fermés circulent sur les réseaux sociaux depuis de nombreuses villes. De nombreuses entreprises privées, y compris des cafés et des galeries, avaient annoncé des fermetures de mardi à jeudi sur leurs comptes de médias sociaux, sans citer publiquement les grèves comme raison.

Mais les médias affiliés à l’État ont remis en question les grèves et leur portée, publiant régulièrement des vidéos des principaux marchés qui montrent des gens faisant du shopping.

Ils ont également affirmé que des gangs organisés avaient tenté de forcer la fermeture de magasins dans certains endroits, dont le Grand Bazar de Téhéran, que le chef de la police de la capitale s’est rendu jeudi pour assurer le calme.

Au moins cinq personnes ont été condamnées à mort dans des affaires liées aux manifestations, selon la justice iranienne. Des centaines de personnes ont été tuées lors des manifestations, selon des organisations de défense des droits de l’homme basées à l’étranger, mais les autorités iraniennes n’ont pas publié de décompte officiel.

Les manifestations ont commencé peu de temps après la mort, le 16 septembre, de Mahsa Amini, une femme de 22 ans qui a été arrêtée par la police des mœurs iranienne pour avoir prétendument non respecté le code vestimentaire des femmes du pays, en détention.

“Tous les démons se sont rassemblés”

Les médias d’État ont publié jeudi un discours inédit qui aurait été prononcé par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, le mois dernier, dans lequel il ne mentionne pas directement les manifestations mais loue les membres des forces de sécurité qui ont été “martyrisés”.

“Un martyr de la sécurité sacrifie sa vie pour la sécurité et la tranquillité du peuple, et tous ces sacrifices sont une manifestation de toutes les valeurs éthiques qui résident dans les martyrs et le martyre”, a-t-il déclaré.

Le guide suprême, ainsi que d’autres hauts responsables, ont accusé à plusieurs reprises les rivaux de l’Iran, en particulier les États-Unis, d’avoir orchestré les manifestations dans le but de briser l’Iran.

Dans un discours prononcé jeudi, Hossein Salami, le commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), a répété cette affirmation, affirmant que les États-Unis, Israël, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et l’Arabie saoudite « sont venus la guerre contre Dieu et les martyrs ».

“Tous les démons du monde se sont rassemblés” contre l’Iran dans un “complot majeur”, a-t-il déclaré devant un auditoire à Qom.

Sanctions, résolutions de l’ONU

Les États-Unis, l’Union européenne, le Royaume-Uni et le Canada ont imposé une série de sanctions en matière de droits de l’homme à l’encontre de responsables et d’entités iraniens en relation avec leur réponse aux manifestations, Téhéran répondant par ses propres sanctions.

Le dernier en date est survenu mercredi lorsque les États-Unis ont mis sur liste noire six hauts responsables des chaînes de télévision d’État iraniennes, les accusant de diffuser des aveux forcés et d’agir comme “un outil clé dans la campagne de répression et de censure massive du gouvernement iranien contre son propre peuple”.

Pendant ce temps, le président français Emmanuel Macron au cours de la semaine dernière a qualifié à plusieurs reprises les manifestations de «révolution» et les dirigeants allemands ont dénoncé les responsables iraniens tout en soutenant les manifestations.

L’Allemagne et l’Islande ont également présenté une demande pour une session spéciale du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur les manifestations, qui devrait se tenir la semaine prochaine.

Mercredi, la Troisième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies a approuvé une résolution censurant l’Iran pour sa réponse aux manifestations, que le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné comme un exemple d'”iranophobie”.

Dans un cas distinct de tensions persistantes entre l’Iran et l’Occident, les États-Unis et l’E3 ont également présenté un projet de résolution censurant l’Iran pour coopération insuffisante avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui pourrait être adopté cette semaine.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/11/17/children-among-dead-as-iran-sees-large-protests-strikes

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire