Des militants demandent au Pentagone de réenquêter sur les décès au Yémen

0
181

« Pas de militaires dans le monde travaille aussi dur que nous pour éviter les pertes civiles », a récemment déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

Les experts disent que ce n’est pas vrai.

“Il fut un temps où j’aurais pu dire cela”, a déclaré à The Intercept Larry Lewis, qui a passé une décennie à analyser les opérations militaires pour le gouvernement américain sous les présidents Barack Obama et Donald Trump. «Mais ce n’est pas ce que je vois ces derniers temps. La protection civile n’est pas prioritaire. Nous ne sommes pas les meilleurs parce que nous choisissons de ne pas être les meilleurs.

La vente difficile du Pentagone intervient à la suite d’une enquête du New York Times sur une frappe aérienne de 2019 à Baghuz, en Syrie, qui a tué jusqu’à 64 non-combattants et a été masquée par une dissimulation à plusieurs niveaux. Cela fait également suite à une couverture médiatique intense d’une frappe de drones en août à Kaboul, en Afghanistan, que le Pentagone a d’abord insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une « frappe juste » avant d’admettre qu’elle a tué 10 civils, dont sept enfants.

Les révélations sur ces attaques ont suscité des appels à une surveillance accrue des frappes militaires américaines. Mardi, le groupe basé au Yémen Mwatana for Human Rights et la Columbia Law School Human Rights Clinic ont demandé au secrétaire à la Défense Lloyd Austin d’ouvrir de nouvelles enquêtes sur les attaques américaines passées au Yémen, de s’excuser pour la mort de civils que les États-Unis ont déjà reconnu avoir tués. , et fournir une compensation à leurs familles.

“Le ministère de la Défense devrait faire plus pour montrer qu’il prend la perspective de rendre des comptes pour les morts et les blessés civils avec la gravité qu’il mérite”, ont écrit Radhya Al-Mutawakel, présidente de Mwatana, et Priyanka Motaparthy de Columbia dans une lettre envoyée à Austin. et partagé exclusivement avec The Intercept. “Le récent New York Times rapport sur les décès de civils à Baghuz, en Syrie, indique de sérieuses lacunes dans la manière dont le Département a assuré la responsabilité. Ces événements ont soulevé de sérieuses inquiétudes quant à la possibilité qu’il y ait des lacunes importantes dans la façon dont l’armée a répondu aux informations faisant état de dommages civils en provenance du Yémen. »

Un rapport de Mwatana publié plus tôt cette année a examiné 12 attaques américaines au Yémen, dont 10 sont des frappes aériennes antiterroristes, entre janvier 2017 et janvier 2019. Les auteurs ont découvert qu’au moins 38 civils yéménites – 19 hommes, six femmes et 13 enfants – ont été tués. et sept autres blessés dans les attaques.

Un rapport du Pentagone de juin sur les victimes civiles a reconnu l’un de ces incidents, la mort d’un civil à Al-Bayda, au Yémen, le 22 janvier 2019. L’enquête de Mwatana a révélé que l’attaque a tué Saleh Ahmed Mohamed Al Qaisi, un homme de 67 ans. agriculteur qui, selon les habitants, n’avait aucune affiliation terroriste. Les États-Unis avaient précédemment reconnu quatre à 12 morts parmi les civils dans un autre incident relaté par Mwatana, un raid des Navy SEALs le 29 janvier 2017, qui a été révélé pour la première fois par The Intercept. Mwatana et The Intercept ont tous deux signalé un nombre de morts plus élevé. Concernant les allégations restantes, le Commandement central, qui supervise les opérations militaires américaines au Moyen-Orient, a déclaré à Mwatana dans une lettre d’avril 2021 : « L’USCENTCOM est convaincu que chaque frappe aérienne a touché ses cibles d’Al-Qaïda et rien d’autre.

Mais le Pentagone néglige les enquêtes sur les dommages civils. L’analyse de 156 pages de Mwatana sur les 12 incidents était basée sur quatre années d’enquêtes, comprenant souvent des visites de sites peu après les attaques, par des chercheurs qui ont mené près de 70 entretiens. Il s’appuyait également sur des documents gouvernementaux, des dossiers médicaux, des photographies et des vidéos. En 2017, cependant, il n’y aurait eu que deux membres du personnel à temps plein au CENTCOM chargés d’évaluer les rapports de dommages civils causés par les frappes américaines au Yémen, en Syrie et en Irak. Une analyse de 2020 de 228 enquêtes militaires américaines sur des incidents impliquant des victimes civiles a révélé que des inspections de sites n’avaient été effectuées que dans 16 % de ces enquêtes.

“L’armée américaine continue de refuser de mener des enquêtes sur les dommages civils là où elle le peut, et elle ne parle jamais aux victimes et aux témoins”, a déclaré Marc Garlasco, autrefois chef du ciblage de grande valeur au Pentagone et maintenant conseiller militaire de PAX, une organisation néerlandaise de protection civile.

Dans leur lettre à Austin, Al-Mutawakel et Motaparthy ont souligné que les enquêtes menées par les organes de presse ont réfuté les premiers rapports selon lesquels la frappe d’août à Kaboul n’a tué qu’une cible de l’État islamique. “Ce n’est qu’après un examen ultérieur de ces faits détaillés sur le terrain que le ministère de la Défense a reconnu son erreur”, ont-ils écrit. “De même, nous pensons qu’il est nécessaire d’ouvrir de nouvelles enquêtes sur les rapports de dommages civils que nous avons fournis, sur la base des enquêtes détaillées de Mwatana au Yémen.”

“L’armée américaine continue de refuser de mener des enquêtes sur les dommages causés aux civils là où elle le peut, et elle ne parle jamais aux victimes et aux témoins.”

Les dépositions de journalistes et d’ONG ont régulièrement été nécessaires pour pousser le ministère de la Défense à enquêter sur les attaques et à admettre avoir tué des civils. Par exemple, le CENTCOM a signalé qu’entre août 2014 et mars 2017, au moins 352 civils ont été tués lors d’attaques américaines en Irak et en Syrie. Mais une enquête menée en 2017 par les journalistes Azmat Khan et Anand Gopal sur près de 150 frappes aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis contre l’Etat islamique en Irak a révélé qu’une frappe de la coalition sur cinq a entraîné la mort de civils, un taux plus de 31 fois supérieur à celui reconnu par la coalition. Une enquête menée en 2019 par Amnesty International et Airwars, un groupe de surveillance des frappes aériennes basé au Royaume-Uni, a révélé que si les forces dirigées par les États-Unis ont assumé la responsabilité de 159 morts parmi les civils à Raqqa, en Syrie, plus de 1 600 civils ont été tués lors de frappes aériennes et d’artillerie. Les États-Unis reconnaissent maintenant que 1 417 civils ont été tués lors d’attaques américaines en Irak et en Syrie.

Alors que la guerre contre l’Etat islamique en Syrie touchait à sa fin en mars 2019, l’avion américain a largué trois bombes sur un champ à Baghouz, où des femmes, des enfants et peut-être un petit nombre de combattants de l’Etat islamique s’abritaient, faisant un nombre de morts qu’un L’avocat de Force chargé de déterminer la légalité des grèves, le lieutenant-colonel Dean W. Korsak, a qualifié de « choquante ».

L’armée avait déterminé en 2019 qu’au moins quatre civils avaient été tués lors de la frappe de Baghuz, mais ces décès n’apparaissaient pas dans les rapports du Pentagone sur les victimes civiles de 2019, 2020 ou 2021 au Congrès. Le CENTCOM a seulement admis que des civils avaient été tués après que le Times eut contacté le commandement avec ses conclusions. Dans un e-mail que Korsak a partagé avec la commission des services armés du Sénat, un major du bureau des enquêtes spéciales de l’armée de l’air a déclaré que les agents n’examinaient généralement les rapports de victimes civiles que lorsqu’il y avait un “potentiel d’attention médiatique élevée, une préoccupation face au tollé de la communauté locale/ gouvernement, craignent que des images sensibles ne soient diffusées.

Les circonstances entourant l’attaque de Baghuz offrent des raisons supplémentaires de scepticisme à l’égard des affirmations américaines concernant les victimes civiles. Alors que le nombre de morts était “presque immédiatement apparent” et que Korsak l’a signalé comme un crime de guerre possible, a rapporté le Times, “à presque chaque étape, l’armée a pris des mesures qui ont dissimulé la frappe catastrophique. Le nombre de morts a été minimisé. Les rapports ont été retardés, nettoyés et classés. Les forces de la coalition dirigée par les États-Unis ont rasé le site de l’explosion au bulldozer. Lundi, Austin a ordonné une enquête de haut niveau sur la grève et des enquêtes antérieures sur celle-ci.

« Le CENTCOM n’a jamais reconnu la mort ou les blessures d’un civil à la suite de ses actions au Yémen sans qu’un journaliste ou une ONG n’ait déjà largement couvert l’affaire. »

Lewis, qui a rédigé le rapport 2013 « Réduire et atténuer les pertes civiles : leçons durables » pour les chefs d’état-major interarmées, déclare qu’il est impératif pour le Pentagone de créer un processus d’examen indépendant des dommages causés aux civils. “C’est faisable parce que je l’ai fait en Afghanistan”, a-t-il déclaré à The Intercept. « Vous devez savoir que quelqu’un regarde vos devoirs. Sinon, il est facile de lui donner un demi-effort – ou pire. Et c’est ce que nous avons vu en Irak et en Syrie. Nous avons vu la même chose plus tard en Afghanistan, ainsi qu’en Somalie et au Yémen.

« Le CENTCOM n’a jamais reconnu qu’un civil soit mort ou blessé suite à ses actions au Yémen sans qu’un journaliste ou une ONG n’ait déjà largement couvert l’affaire », a déclaré Chris Woods, le directeur d’Airwars. Ses aveux n’ont fait suite qu’aux informations faisant état de décès par The Intercept et Mwatana et à une enquête d’Airwars sur une frappe qui, selon le Pentagone, a par la suite blessé deux civils.

En quatre ans, l’administration Trump a mené au moins 181 attaques au Yémen, soit presque le même nombre qu’Obama au cours de ses huit années au pouvoir. Les attaques sous Trump ont fait jusqu’à 154 morts parmi les civils, selon Airwars. Le Pentagone, cependant, affirme qu’à peine cinq civils ont été tués par les États-Unis au cours de cette période de quatre ans.

Il y a eu quatre frappes aériennes américaines présumées au Yémen pendant l’administration Biden, dont deux plus tôt ce mois-ci, selon les données fournies par Airwars à The Intercept. Le commandement central nie toute implication. « Le CENTCOM a mené sa dernière frappe antiterroriste au Yémen le 24 juin 2019 », a déclaré le commandement à The Intercept par e-mail. “Le CENTCOM n’a mené aucune nouvelle frappe antiterroriste au Yémen depuis.” La CIA n’a pas répondu avant la publication aux questions sur les frappes des agences au Yémen cette année.

Comme Al-Mutawakel et Motaparthy, Lewis dit que les États-Unis devraient réenquêter sur les allégations de victimes civiles au Yémen. Mais il ne pense pas que le Pentagone devrait s’arrêter là. “Nous avons besoin d’un examen indépendant pour l’Afghanistan, la Syrie, l’Irak, la Somalie, la Libye et, oui, le Yémen”, a-t-il déclaré à The Intercept.

Le Garlasco de PAX est allé encore plus loin, appelant à des évaluations externes des processus de ciblage et des dommages causés aux civils. « Seul un examen complet et approfondi des frappes aériennes américaines par un organisme indépendant peut fournir la distance et les recommandations appropriées pour améliorer la protection des civils », a-t-il déclaré.

« Le DOD dispose de 700 milliards de dollars, mais quelle part consacre-t-il aux dommages civils ? Pratiquement rien.

Mener des examens et réduire les pertes civiles dans les opérations militaires américaines nécessitera un leadership plus engagé – de la part du Pentagone ou du Congrès – et un financement dédié, selon les experts. “L’une des raisons pour lesquelles c’est un tel gâchis est qu’il n’y a pas de ressources”, a déclaré Lewis. « Les dommages civils sont un problème vaste, complexe et difficile. Le DOD dispose de 700 milliards de dollars, mais quelle part consacre-t-il aux dommages civils ? Pratiquement rien.

Bien qu’il reconnaisse, par exemple, avoir tué ou blessé 33 civils en 2020 et avoir réservé plus de 3 millions de dollars pour les victimes des attaques américaines, le Pentagone n’a effectué aucun paiement « à titre gracieux » aux survivants. Motaparthy a noté que malgré l’immense budget du Pentagone, l’armée prétend régulièrement qu’elle manque de ressources pour répondre rapidement aux rapports de victimes civiles.

« L’armée américaine devrait ouvrir de nouvelles enquêtes sur les dommages civils que nous avons signalés et faire un effort sérieux pour comprendre l’impact civil des opérations américaines », a déclaré Al-Mutawakel de Mwatana. “Tous les civils tués ou blessés par l’armée américaine méritent d’être reconnus, d’être amendés ou réparés, et de rendre des comptes pour les torts commis.”

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire