Des scientifiques demandent à l’EPA de prendre des mesures audacieuses

0
69

Image de Callum Shaw.

Les scientifiques travaillent sur un plan pour aller au-delà de la loi sur la réduction de l’inflation (“IRA”) récemment signée par le président Biden, qui est censée lutter contre le réchauffement climatique, qui, à son tour, déchire la planète, morceau par morceau. Il y a plus d’informations sur cette pétition très importante déposée par des scientifiques à suivre ci-dessous, y compris une demande de signatures de soutien.

Pendant ce temps, même si l’IRA regorge de bonnes choses pour lutter contre le réchauffement climatique, ce n’est probablement pas suffisant pour éteindre la chaleur. Après tout, la loi sur la réduction de l’inflation est la troisième ou la quatrième itération de Biden’s Build Back Better $3.5T mentionné en bonne place dans un article de The Economist du 21 juilletSt2022 : La politique climatique américaine est en lambeaux – Manchin a sabordé à lui seul les plans BBB de Biden pour 3,5 billions de dollars.

Il y a une véritable tragédie derrière la version allégée du BBB 3,5 T $ de Biden. Même si la loi sur la réduction de l’inflation de quelques centaines de milliards est un gros chiffre, y compris les déductions fiscales, elle est remise en question par un système climatique mondial capricieux qui semble être en panne et totalement détraqué.

La planète s’est transformée en une machine à chaleur. Il n’y a pas que l’Amérique qui étouffe. Selon la NASA et la National Oceanic & Atmospheric Administration, la planète dans son ensemble emprisonne la chaleur deux fois plus vite qu’il y a 15 ans. C’est plus que menaçant; c’est une urgence absolue nécessitant les gros canons.

Plus préoccupant encore, alors que la planète s’assèche, d’importants réservoirs tombent en panne, des pannes de courant surviennent, des rivières s’assèchent et des dizaines de milliers de personnes se bousculent pour trouver de l’eau. Cela se produit en ce moment bien avant plusieurs années de construction de la loi sur la réduction de l’inflation.

L’immensité et la portée de cette menace climatique existentielle s’imposent enfin au public alors que les pays matures développés sont réduits au statut de tiers-monde, les gens faisant la queue avec des bouteilles et des cruches attendant des camions d’eau, par exemple, plus de 200 villes et villages en France et en Italie sont à court d’eau. Les réservoirs locaux sont à sec. Ils sont partis!

Cette illustration dystopique se répand dans le monde entier. La vraie question est de savoir s’il reste suffisamment de temps pour aller de l’avant avec la loi sur la réduction de l’inflation. Il doit être rapidement accéléré avec un financement considérablement plus important. De plus, ce même projet de loi sur le climat fait également la promotion des combustibles fossiles. Il y a quelque chose d’inquiétant et d’insoutenable là-dedans.

Alors que le monde entier est sous le choc des extrêmes du réchauffement climatique, les États-Unis ont l’obligation morale de jouer un rôle de chef de file. Il a causé plus de réchauffement climatique que tout autre pays. Personne n’a émis plus de CO2 que l’Amérique.

« Les États-Unis ont émis plus de 400 milliards de tonnes métriques de dioxyde de carbone dans l’atmosphère depuis la naissance de la révolution industrielle. Cela fait des États-Unis de loin le plus grand contributeur aux émissions mondiales de dioxyde de carbone, ayant produit près de deux fois plus d’émissions que le deuxième plus grand émetteur, la Chine. (La source: Émissions cumulées de CO2 provenant de la combustion de combustibles fossiles dans le monde 1750-2020, par paysStatista.com)

Les climatologues, pleinement conscients des dangers du réchauffement climatique rampant, demandent maintenant au gouvernement de prendre des mesures plus fortes que la loi sur la réduction de l’inflation pour réduire les émissions aux États-Unis et servir d’exemple au monde.

Un groupe distingué d’universitaires et de climatologues, dont James Hansen, Dan Galpern et Donn Viviani de la Climate & Restoration Initiative, demandent à l’EPA de réglementer les gaz à effet de serre. Cela a le potentiel d’être une approche puissante à des fins d’atténuation. Espérons que leur plan obtiendra un large soutien du public.

Ils ont déposé un document juridique auprès de l’EPA indiquant que les émissions de gaz à effet de serre présentent un danger pour le climat et devraient être réglementées en vertu de la loi sur le contrôle des substances toxiques de 1976 (“TSCA”), la même loi qui a été utilisée pour arrêter les CFC ou les chlorofluorocarbures détruisant l’atmosphère. l’ozone, également supprimé par le Protocole de Montréal en 1987. Le TSCA a été utilisé en 1978 sur les CFC, qui sont en fait des gaz similaires aux gaz fossiles comme le CO2. Il s’agit d’une distinction et d’un précédent importants, qui justifient l’utilisation de TSCA aujourd’hui pour la protection de l’environnement atmosphérique.

Bien sûr, c’est un fait bien établi que sans une réglementation stricte pour arrêter les CFC, le contact le plus proche de la civilisation avec l’annihilation totale aurait anéanti la vie complexe, y compris les humains. Les molécules d’ozone à 10-20 miles dans la stratosphère sont absolument essentielles pour bloquer le rayonnement UVC, qui emballe la force d’une torche de soudeur. Autrement dit, sans les molécules d’ozone, la vie sur Terre cesserait, point final. Tout cela donne un exemple parfait pour TSCA en tant que mécanisme idéal pour arrêter également les gaz à effet de serre comme le CO2. Il s’agit de préserver les forces de vie de la planète.

La vidéo suivante explique la pétition à l’EPA telle qu’elle a été entreprise par le Climate Emergency Forum :

Veuillez signer la pétition pour soutenir la soumission du Dr James Hansen à l’EPA pour Éliminer progressivement la pollution par les gaz à effet de serre pour restaurer un climat stable et sain. Votre signature est importante. Un formulaire de signature soutenant la pétition de Hansen est trouvé en recherchant la page Web suivante : Initiative de protection et de restauration du climat.

Le document juridique déposé par Hansen, et al, fait valoir que les émissions de gaz à effet de serre, comme le CO2, présentent un danger pour le climat et sont donc éligibles à une réglementation en vertu de la loi qui permet à l’EPA d’initier des exigences de surveillance pour les entreprises et d’appliquer des contrôles stricts sur les substances. abuser de. TSCA a déjà été utilisé pour arrêter ou restreindre l’amiante, le plomb dans la peinture et les PCB.

Parce que la loi couvre les substances qui “présentent un risque déraisonnable de préjudice pour la santé ou l’environnement”, Hansen pense que la TSCA peut être utilisée pour éliminer progressivement les émissions de gaz à effet de serre, qui sont scandaleusement subventionnées dans la loi sur la réduction de l’inflation avec des dispositions pour l’expansion des combustibles fossiles aux côtés politiques d’atténuation du changement climatique. L’ironie de ces deux questions conflictuelles approuvées côte à côte est à couper le souffle, en fait, stupéfiante au-delà de toute croyance. Qui est le premier ?

De plus et surtout, TSCA incarne un langage juridique très fort qui permet à l’EPA d’aller jusqu’à l’interdiction de (1) la production, (2) l’importation, (3) la transformation (4) la distribution (5) l’utilisation commerciale et (6) l’élimination. de substances nocives. Bref, c’est complet.

Ainsi, TSCA est un outil très solide avec une base juridique solide pour la décarbonisation. De plus, la TSCA prévoit que l’EPA utilise d’autres autorités ou d’autres agences pour atteindre ses objectifs.

Il est important de noter qu’il n’y a pas d’ambiguïté dans le langage sous-jacent à la TSCA, donc différent du langage de la Clean Air Act qui a récemment été négativement jugé par les suprêmes d’extrême droite. En fait, le langage de l’article six de la TSCA est parfaitement clair : lorsqu’il existe des substances chimiques ou des mélanges qui présentent un risque de préjudice pour la santé de l’environnement, l’agence doit agir en fonction d’une gamme complète d’exigences définies par le Congrès pour éliminer ce risque. risque.

Sur la base de la date de dépôt de la pétition Hansen en juin 2022, l’EPA doit répondre, conformément à la loi, d’ici la mi-septembre 2022. Votre signature en tant qu’approbation sera significative. Les agences gouvernementales respectent une démonstration de force des signatures du public.

Rechercher la page Web : Initiative de protection et de restauration du climat pour trouver l’accès à un formulaire de signature prédéfini qui prend deux minutes à remplir. Faire de ta journée une réussite!

Post-scriptum: People vs. Fossil Fuels, une coalition nationale de plus de 1 200 organisations des 50 États, a récemment remis une pétition avec plus de 500 000 signatures à la Maison Blanche appelant Biden à déclarer une urgence climatique, ce qui débloquerait de nouveaux fonds pour les besoins urgents l’adaptation au climat dans les communautés durement touchées et utiliser des mesures exécutives pour arrêter l’expansion des combustibles fossiles. (Mère Jones, 10 août 2022)

Source: https://www.counterpunch.org/2022/08/19/scientists-petition-epa-to-take-bold-steps/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire