Détester les enfants à l’américaine

0
151

Source photo : Pabak Sarkar – CC BY 2.0

Sous prétexte de protéger les enfants, des antivaxxeurs déments, radicalisés par le vaccin covid, s’opposent désormais aux vaccinations infantiles de routine. Ainsi, ils exposeraient volontairement et sciemment les enfants à une foule de maladies mortelles, des maladies bien plus mortelles que le covid : le tétanos, avec 60 % de mortalité pour les cas graves ; un décès sur 10 par méningite (un sur cinq a des complications graves) ; et un taux de mortalité de 5 à 10 % pour la diphtérie. Et ce ne sont que les méga-tueurs. D’autres maladies, dont les vaccins contre lesquels les enfants seront «protégés», comme l’hépatite B et la rougeole, excellent également dans les départements des maladies graves et des décès.

Pourquoi un parent risquerait-il cela ? Pourquoi un parent éviterait-il les vaccins qui ont sauvé la vie d’enfants pendant des décennies ? La réponse inutile mais précise en ce sens que les gens sont fous. Plus sérieusement, je dirais que la méfiance à l’égard de la science a atteint les proportions épidémiques d’une psychose de masse. Beaucoup de ceux qui croient aveuglément que les vaccins covid les mettent plus en danger que le virus doutent également de la réalité du changement climatique. En fait, pour protéger leur produit mortel d’une juste indignation face à son rôle dans l’effondrement du climat, les sociétés pétrolières et gazières ont délibérément, pendant des décennies, jeté des calomnies sur la science et ainsi semé les graines empoisonnées d’un doute.

Et pourtant… les antivaxxeurs existent depuis longtemps. Tant que les vaccins l’ont fait, ce qui nous ramène quelques siècles en arrière à l’arrivée salvatrice du vaccin contre la variole. Ce qui est différent maintenant, c’est que les médias sociaux amplifient leur folie. Cela ne signifie pas que notre empire dysfonctionnel a besoin d’un censeur officiel ou d’un ministère de la vérité. Cette mauvaise idée ne fait qu’empirer les choses. Si des cinglés veulent parler sur Facebook et se rendre idiots en disant que le vaccin contre le tétanos appartient à un complot démocrate pédophile visant à transformer les enfants en lézards, c’est leur prérogative insensée. Retenir ce vaccin, cependant, ne devrait pas l’être.

Une autre preuve de la relation tordue de l’Amérique avec les enfants vient avec le fléau des fusillades à l’école, dans lesquelles régulièrement, des psychopathes, rendus possibles par l’incapacité démente de cette société à réglementer les armes à feu, massacrent des élèves du primaire. Cela devrait être simple. Toute société civilisée place la protection de ses jeunes en tête de liste des choses à faire. Celui qui permet l’abattage massif et régulier des bébés est profondément barbare et malade. On pourrait presque dire qu’il vénère Moloch. En fait, les fanatiques d’armes à feu le font. En insistant pour que les adolescents et même, de facto, les malades mentaux soient autorisés à acheter des AR-15, les juges, les législateurs, la NRA et d’innombrables citoyens épris d’armes à feu noient l’autel de Moloch avec le sang des enfants. Bizarrement mais à juste titre, beaucoup d’entre eux revendiquent une sorte de justification divine. Pour ceux qui se demandent quelle divinité ils vénèrent, le massacre démoniaque qu’ils tolèrent parle de lui-même.

Ensuite, il y a la projection psychologique. Ces mêmes imbéciles qui refusent de vacciner leurs gosses contre des maladies mortelles et qui permettent à des fous de massacrer des écoliers, croient que le parti politique qui pourrait tenter de contrôler ces deux abominations – les désespérés, malheureux, les Dems de Weimar – est dirigé par des buveurs de sang pédophiles. Mais les fous des armes à feu anti-vax sont ceux dont les actions et les croyances dérangées causent le carnage. Quand ils crient à propos des pédophiles et des massacres d’enfants, cela s’appelle de la projection.

Plus banalement, et donc presque totalement négligé dans les nouvelles, est le fait que 11,6 millions d’enfants sur une population d’enfants américains de 73 millions vivent dans la pauvreté. Cela ne signifie pas que les 62 millions restants profitent de l’opulence ou même de la sécurité relative de la classe moyenne. Beaucoup vivent juste au-dessus du seuil de pauvreté, vous savez, le niveau auquel la mortalité infantile fauche plein de petits cadavres. Avec 5,8 décès pour 1000 naissances vivantes, les États-Unis se classent 33e sur 36 parmi les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Cette statistique reflète très mal l’Empire d’exception et montre une fois de plus qu’aux États-Unis, les puissants, si préoccupés par le fait que les femmes portent leurs bébés à terme, se moquent bien de ce qui arrive à ces bébés une fois qu’ils sont nés. Les pays qui dépassent les États-Unis en nombre de nouveau-nés qui survivent après la naissance sont Cuba, l’UE, la Slovénie, Israël, le Japon et bien d’autres. La mortalité infantile aux États-Unis est un scandale international, mais à part quelques projets de loi tièdes du Congrès et un peu d’argent du HHS aux États en 2021, vous ne voyez aucune poussée énorme pour y faire face, car, oh, cela pourrait impliquer un problème de santé système différent de celui presque inexistant que nous avons, comme peut-être un payeur unique, et non, nous n’en parlons pas.

Enfin, dans le grand et gros centre politique américain, les tout-petits ont été négligés par les vaccins covid. Seize mois après que les adultes aient pu se faire vacciner, ces enfants ne l’avaient toujours pas. L’excuse était que le virus n’affectait pas si mal les enfants. Mais dans certains cas, c’est mortel, et dans plus c’est grave. Et qui connaît les effets sur le développement d’un long covid ?

Ce retard scandaleux semblait interminable. Ça a continué et un. Maintenant, soi-disant, cela se termine, le CDC étant sur le point d’approuver sous peu un vaccin contre le covid pour les moins de cinq ans. Mais ce report ridicule n’avait pas lieu d’être. Les essais de vaccins chez les nourrissons et les tout-petits auraient pu se dérouler en même temps que ceux des enfants plus âgés. Ils n’ont pas. Les parents désespérés n’avaient qu’à attendre et attendre. Pourquoi? Parce que les adultes américains s’occupaient d’abord d’eux-mêmes. Les enfants durent. Cela devrait être la devise du dollar. Parce que c’est ainsi que les États-Unis traitent leurs enfants.

Ainsi, bien qu’ils proclament haut et fort leur amour pour les enfants et les bébés, surtout avant leur naissance, les Américains, par leurs actes, racontent une histoire différente. L’action a plus de poids que les mots. Prenez la pénurie actuelle de préparations pour nourrissons, présentée par les comédiens de la FDA. Cela a duré des mois avant même que les médias d’entreprise ne le mentionnent. Remplacez maintenant « viande » par « préparation pour nourrissons ». Imaginez des glacières de supermarché vides là où le bœuf devrait être. Fini les burgers, les steaks, le poulet ou le poisson. Des hurlements publics d’indignation éclatent aussitôt, accusant les monstres qui ont retenu cet aliment soi-disant essentiel de nous contraindre tous au végétarisme. La droite hurle à propos d’un complot vert pour mettre fin à la sanglante entreprise d’abattage de bétail, et les conspirateurs se tournent vers les médias sociaux en comparant la privation de viande au complot visant à sauver des vies en vaccinant contre le covid. Il est difficile de douter un instant que ce geschrei public serait la réponse. Pourtant, les bébés ont manqué de nourriture et les Américains ont attendu des mois pour s’en apercevoir.

Les preuves sont là. Les États-Unis ne sont pas une société adaptée aux enfants. En fait, il présente une culture hystérique de la haine des enfants. Les Américains peuvent aimer les enfants, mais les derniers magnats capitalistes qui ont capturé notre politique ont installé un système grotesque qui est brutal pour les jeunes, qui les néglige férocement jusqu’à ce qu’un cinglé arrive avec un AR-15 et massacre une salle de classe pleine de 10- ans. Alors vous pourriez dire que notre système cesse d’ignorer les jeunes ; il les mâche et les recrache, avec ses blâmes réguliers sur la boucherie qui s’abattent impuissants contre un mur de granit de la résolution républicaine de ne rien faire.

Cette relation problématique à ses enfants énigmes la vie américaine et se manifeste de nombreuses manières particulières. À l’échelle macro, nous sommes la seule société au monde à disposer d’un véritable pipeline école-prison. Mais alors il y a omniprésent, appelez-les des micro bizarreries. Nous avons même un membre du Congrès qui a traité Big Bird de communiste. C’est peut-être parce que Big Bird ne porte pas d’arme. Quoi que cela signifie, cela révèle un empressement inconvenant à entraîner une figure d’enfance bien-aimée dans l’arène du combat politique de gladiateurs. Si vous tenez compagnie comme ça, il n’est pas surprenant que vous obteniez un pays qui, dans l’ensemble, déteste les enfants.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/17/hating-kids-the-american-way/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire