Deux États de l’UE pourraient mettre fin à leur coopération sur l’Ukraine — RT World News

0
208

Varsovie veut que le Hongrois Orban soutienne sa position anti-russe avant que le partenariat ne puisse se poursuivre

Le vice-Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski, l’un des principaux politiciens de la nation d’Europe de l’Est, a déclaré vendredi que la coopération avec la Hongrie ne serait pas possible à moins que le Premier ministre Viktor Orban ne s’aligne sur Kiev. Avant le conflit en Ukraine, la Pologne et la Hongrie étaient de fidèles alliés.

Kaczynski a déclaré dans une interview à la radio qu’il avait un « sans équivoque négatif » opinion du refus d’Orban de durcir sa position vis-à-vis de la Russie suite à l’offensive militaire de cette dernière contre l’Ukraine.

“Quand Orban dit qu’il ne peut pas voir ce qui s’est passé à Bucha, il faut lui conseiller de consulter un ophtalmologiste”, Kaczynski, faisant référence au refus d’Orban de blâmer la Russie pour le meurtre de civils dans la ville ukrainienne de Bucha. La Russie a fermement rejeté les allégations, affirmant que les forces ukrainiennes avaient organisé une “provocation grossière et cynique” et a exigé une enquête de l’ONU sur l’incident.

Le parti Fidesz d’Orban a remporté une victoire écrasante aux élections du week-end dernier, et Orban a ensuite déclaré que son pays “L’alliance avec la Pologne doit être consolidée car nous ne pouvons pas rester seuls dans cette tempête.”




Ce serait un “bonne chose, à condition que Viktor Orban change”, Kaczynski a déclaré, avant d’avertir que “nous ne pouvons pas coopérer comme nous l’avons fait dans le passé si cela continue.”

La Pologne et la Hongrie sont normalement des alliés fidèles. Les deux sont dirigés par des gouvernements conservateurs, et l’UE a menacé de retenir des fonds pour leurs politiques, y compris les critiques ouvertes du parti polonais Droit et Justice à l’égard de “L’idéologie LGBT” et la position intransigeante d’Orban sur l’immigration et la répression des ONG financées par l’étranger.

Cependant, les deux pays diffèrent nettement dans leurs relations avec la Russie. Varsovie a soutenu plusieurs séries de sanctions de l’UE contre Moscou depuis que la Crimée a rejoint la Fédération de Russie en 2014, et a appelé les États-Unis à accroître leur présence militaire en Pologne. À l’inverse, depuis sa première élection en 2010, Orban a renforcé les liens bilatéraux avec Moscou, rejetant la pression de l’UE pour sanctionner la Russie en 2014 et rencontrant le président Vladimir Poutine à Moscou en février pour discuter de la sécurité énergétique et de la production du vaccin russe Spoutnik-V. en Hongrie. Le déclenchement du conflit en Ukraine a encore aggravé cette fracture.

Le président polonais Andrzej Duda a déclaré que la diplomatie avec la Russie était une perte de temps. Varsovie a envoyé des armes et tenté de transférer des avions de chasse à Kiev, tandis que Kaczynski est allé encore plus loin, exigeant davantage de troupes de l’OTAN en Europe de l’Est et déclarant la volonté de son pays d’accueillir des armes nucléaires américaines. Cette dernière proposition a rencontré “profonde préoccupation” par Moscou, a déclaré mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

La Hongrie, en revanche, a refusé d’envoyer des armes à Kiev et a interdit le transfert d’armes à travers sa frontière avec l’Ukraine. Alors qu’Orban a demandé à Moscou de cesser les opérations militaires en Ukraine, le dirigeant hongrois s’est opposé à de nouvelles sanctions de l’UE et s’est engagé à continuer d’acheter du gaz russe – et a décidé de le payer en roubles, comme l’a exigé le président russe Vladimir Poutine.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire