Dix ans de trop : le bilan épouvantable du parti travailliste en matière de réfugiés

0
232

En juin, alors que la bêtise d’une poignée de milliardaires entraînait leur mort à bord d’OceanGate Titan submersibles, les gouvernements et les médias du monde ont consacré une quantité incroyable de ressources pour les trouver. Pendant ce temps, des centaines de réfugiés se sont noyés en Méditerranée sous les yeux des garde-côtes grecs, ce qui s’ajoute aux 20 000 décès enregistrés lors de la traversée depuis 2014.

Les souffrances et les décès de réfugiés se sont normalisés dans le monde entier, un processus dans lequel l’Australie joue un rôle important. Il y a dix ans, le 19 juillet 2013, le Premier ministre travailliste Kevin Rudd a annoncé qu’aucun demandeur d’asile arrivant en Australie par bateau ne serait jamais autorisé à s’installer ici de façon permanente. Bien que l’Australie soit l’un des pays les plus riches du monde, des milliers de réfugiés ont été déversés dans des pays tiers plus pauvres, en particulier la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La « solution PNG » était une escalade d’une guerre contre les réfugiés menée depuis des décennies, avec le soutien des deux principaux partis.

Le prédécesseur de Rudd, Julia Gillard, avait rouvert les célèbres centres de détention offshore à Nauru et sur l’île de Manus en PNG. La solution PNG a fait de ces camps de concentration la destination de tous les réfugiés arrivant par bateau. Le gouvernement libéral de Tony Abbott, élu la même année, s’est emparé des initiatives travaillistes et les a élargies à l’« opération Sovereign Borders », qui a utilisé la marine pour refouler des bateaux transportant des réfugiés dans les eaux australiennes.

Les camps offshore sont devenus un enfer sur terre où les demandeurs d’asile se sont fait voler des années de leur vie, souffrant d’une extrême négligence et d’abus sans aucun espoir de libération. En 2016, le Gardien a publié des documents divulgués, surnommés “les dossiers de Nauru”, détaillant plus de 2 000 cas “d’agressions, d’abus sexuels, de tentatives d’automutilation, de maltraitance d’enfants” dans le système de détention australien. C’était “une image de dysfonctionnement et de cruauté routiniers”. Les installations étaient sordides. Certains enfants ont passé la majeure partie de leur enfance enfermés – des adolescents sont devenus des adultes sans jamais voir le monde extérieur. De nombreux détenus ont été poussés au suicide. D’autres sont morts après s’être vu refuser des soins médicaux vitaux.

Il y avait de fréquentes violences de la part des gardes et des habitants, dont au moins un meurtre. Reza Berati, un Kurde iranien, a été battu à mort par des gardes en 2014 lors de manifestations de détenus. Un autre réfugié a survécu en se faisant trancher la gorge. Scott Morrison, qui était ministre de l’Immigration à l’époque, essayé de détourner la responsabilité du gouvernement australien, tandis que célébrant en même temps le succès du régime frontalier. Chaque décès de réfugié en détention était le résultat des conditions barbares consciemment établies par les gouvernements australiens successifs.

Le camp de l’île de Manus a fermé ses portes en 2017 après que la Cour suprême de PNG l’a jugé illégal, mais les réfugiés se sont toujours vu refuser l’entrée en Australie. Des centaines de détenus sont restés fermes et ont résisté aux tentatives du gouvernement australien de se débarrasser d’eux. Le le gouvernement a répondu en coupant l’électricité, l’eau et d’autres services au camp, en essayant d’affamer les réfugiés et de les faire déménager dans des logements encore pires – tout cela pendant que Peter Dutton mentait dans les médias, accusant les réfugiés d’avoir vandalisé leur logement d’origine. Ils ont finalement été expulsés de force par la police et l’armée de PNG, mais les actions scandaleuses des deux gouvernements, ainsi que la résistance audacieuse des réfugiés, ont attiré des milliers de personnes dans les rues d’Australie pour se montrer solidaires des victimes du siège.

Aujourd’hui, plus de 14 000 demandeurs d’asile sont bloqués en Indonésie, incapables de rejoindre l’Australie bien qu’ils aient été officiellement reconnus comme réfugiés par les Nations Unies. Beaucoup restent emprisonnés dans des centres de détention à travers l’Australie, et le gouvernement continue d’expulser des réfugiés vers des pays où ils sont persécutés. Les réfugiés qui parviennent à se rendre ici, comme ceux qui ont été libérés de l’enfermement dans les hôtels de Melbourne et de Brisbane entre 2021 et 2022, ont été laissés dans l’incertitude avec des visas de transition temporaires. Ces visas offrent peu de droits et sont révisés tous les six mois, laissant les réfugiés dans une incertitude constante.

L’Australie a été un pionnier international de la barbarie en matière de traitement des demandeurs d’asile.

Aux États-Unis, Donald Trump a adopté des politiques d’immigration brutales, dont beaucoup se sont poursuivies sous Joe Biden. En 2017, Trump a ri avec l’ancien Premier ministre Malcolm Turnbull lors d’un appel téléphonique divulgué : “Vous êtes pire que moi !”

Le gouvernement britannique tente actuellement de mettre en œuvre un programme, inspiré de la détention offshore australienne, qui expulserait les réfugiés tentant d’entrer au Royaume-Uni vers le Rwanda, ou les enfermerait sur des bateaux-prisons flottants. Le Premier ministre britannique Rishi Sunak est apparu à côté du slogan “Arrêtez les bateaux”, utilisé pour la première fois par Tony Abbott lors des élections de 2013.

L’extrême droite européenne – de Nigel Farage du Parti de l’indépendance du Royaume-Uni au Parti national démocrate néonazi d’Allemagne – cite « la solution australienne » comme un modèle auquel leurs propres pays devraient aspirer.

Certains partisans des réfugiés ont tenté de minimiser le rôle du parti travailliste dans la destruction de la vie des réfugiés, arguant que le Parti libéral a été le principal architecte de terribles politiques d’immigration, et que si nous soutenons le parti travailliste contre la pression des libéraux et de la presse Murdoch, ils ‘ Je finirai par faire ce qu’il faut. Pourtant, cette attitude ignore le rôle que les travaillistes ont joué dans la construction du régime frontalier australien et dans l’alimentation du feu de la politique anti-réfugiés.

Les camps offshore sur l’île de Manus et Nauru ont été initialement ouverts par le Premier ministre libéral John Howard, mais le terrain a été jeté par les gouvernements ALP précédents. Le gouvernement de Bob Hawke ouvert le premier centre de détention à terre en 1991, et Paul Keating a introduit la détention obligatoire peu après. Ils ont cherché à diffuser un “signal clair … que la migration vers l’Australie ne peut pas être réalisée simplement en arrivant dans ce pays et en s’attendant à être autorisée à entrer dans la communauté”, comme l’a dit le ministre de l’Immigration de Keating, Gerry Hand en 1992.

Après avoir battu le Parti libéral aux élections de 2007, les travaillistes ont fermé les camps offshore pendant quelques années. Mais l’objectif fondamental de la « protection des frontières » est resté, et avec la solution de la PNG, les travaillistes sous Rudd sont allés plus loin que les libéraux n’étaient jamais allés.

Alors qu’ils étaient dans l’opposition de 2013 à 2022, les travaillistes ont pris la parole lors de moments de brutalité, comme le meurtre de Reza Berati ou le siège de Manus, pour marquer des points politiques contre les libéraux. Mais les députés travaillistes se sont toujours avérés voter avec le gouvernement pour la détention offshore obligatoire et, à partir de 2015, pour les refoulements de bateaux. En 2019, la sénatrice travailliste Kristina Keneally a critiqué les libéraux de droite lorsqu’elle a prononcé un discours alarmiste sur les “gens de l’avion”, affirmant que le gouvernement avait “perdu le contrôle des frontières dans nos aéroports”.

Désormais au pouvoir, l’ALP a délivré des visas permanents aux réfugiés arrivés avant 2013. Mais elle a refusé la protection des 12 000 réfugiés arrivés après l’annonce de Rudd. En février, la ministre de l’intérieur, Claire O’Neil, a maintenu la position de son parti engagement continu à l’opération Sovereign Borders, et le gouvernement albanais a adopté une loi étendant l’utilisation de Nauru pour la détention offshore avec le soutien des libéraux, de One Nation et du United Australia Party.

Les travaillistes peuvent se chamailler avec les libéraux sur les détails exacts de l’approche répressive de l’Australie envers les demandeurs d’asile, mais les deux partis sont également attachés au système d’immigration oppressif, déshumanisant et parfois meurtrier.

Tout parti politique cherchant à diriger le capitalisme australien doit défendre certains principes fondamentaux de l’État capitaliste. L’un d’entre eux est le nationalisme – l’idée que tous les Australiens, quelle que soit leur classe sociale, ont quelque chose de fondamental en commun qui nous sépare du reste du monde. Cette idée aide à masquer le fait que les riches et les puissants sont ceux qui aggravent nos vies, en rejetant le blâme sur les étrangers. Les migrants et les réfugiés vous prennent votre travail et vous empêchent d’acheter une maison, disent-ils. Cela fait des réfugiés, qui ont dû fuir les États auxquels ils « appartiennent », l’un des groupes les plus opprimés de notre société. Ils sont des cibles faciles pour les politiciens qui cherchent à attiser la haine raciste pour les aider à gagner des élections, à construire leur propre pouvoir et à préserver la légitimité de leur système.

Pourtant, l’oppression des réfugiés peut aussi provoquer une résistance inspirante. En 2002, des partisans des réfugiés se sont rendus dans le désert pour protester devant le centre de détention de Woomera en Australie-Méridionale, aidant plusieurs réfugiés à s’échapper lors d’une évasion massive. Ceux qui sont piégés à Manus et à Nauru ont fréquemment protesté contre leur situation, incitant des milliers de personnes à manifester en solidarité dans les rues des grandes villes australiennes. Lorsque certains de ces réfugiés ont été transférés pour des raisons médicales dans des prisons hôtelières à Melbourne et à Brisbane, des manifestations à l’intérieur et à l’extérieur des hôtels ont eu lieu quotidiennement et hebdomadairement.

Une campagne de masse a soutenu la famille des réfugiés tamouls Priya et Nades, qui ont été enlevés de leur domicile par les forces frontalières australiennes en 2018. Le refus héroïque de Priya de laisser le gouvernement les expulser vers le Sri Lanka, ainsi que le travail des militants de leur ville natale de Biloela, Queensland, et du Conseil des réfugiés tamouls, a obtenu un soutien public massif pour la famille. Après des années de diabolisation et d’abus de la part de Peter Dutton, ils ont obtenu des visas permanents l’année dernière.

Les gouvernements libéraux et travaillistes ont fait des concessions au fil des ans, libérant certains réfugiés tout en maintenant le système dans son ensemble. La campagne pour libérer Priya, Nades et leurs enfants montre qu’il est possible de construire une solidarité de masse avec les réfugiés, malgré des décennies de haine de la part des politiciens et des médias.

Grâce au gouvernement travailliste Rudd, des milliers de réfugiés attendent depuis dix longues années de se voir accorder leurs droits fondamentaux. Le gouvernement d’Albanese refuse de le faire. Mais nous devons continuer à nous battre pour ces personnes, ainsi que pour les nombreuses autres personnes qui souhaitent chercher la sécurité en Australie, quel que soit le parti au pouvoir.

Source: https://redflag.org.au/article/ten-years-too-long-labor-partys-appalling-record-refugees

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire