Douleurs menstruelles : les femmes du Myanmar luttent contre l’hygiène menstruelle | Nouvelles sur les conflits

0
39

Un an après que le Myanmar a éclaté en guerre civile provoquée par un coup d’État militaire en février 2021, plus d’un demi-million de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays et des millions de personnes n’ont pas accès à la nourriture de base et aux besoins médicaux.

Pour les femmes, les difficultés sont aggravées par le défi de gérer leurs menstruations.

« Je dois utiliser une serviette hygiénique toute la journée et toute la nuit. Je l’utilise jusqu’à ce que le sang déborde et parfois, j’utilise un chiffon quand je n’ai pas du tout de serviettes », a déclaré Sandar, de la région de Sagaing, au nord-ouest du pays.

Au cours de l’année écoulée, Sandar a dû fuir son village à de nombreuses reprises, dormant sous une bâche dans la forêt ou se réfugiant dans des écoles et des monastères à proximité. La crise l’a non seulement rendue difficile pour obtenir des serviettes hygiéniques, mais aussi pour trouver suffisamment d’eau pour se laver ou laver ses sous-vêtements – la laissant physiquement mal à l’aise, embarrassée et à risque d’infection.

“Je ne me sens pas en confiance pour me promener ou m’approcher d’autres personnes lorsque j’ai mes règles”, a-t-elle déclaré. Al Jazeera a utilisé des pseudonymes pour Sandar et les autres femmes dans cet article en raison du risque de représailles militaires pour celles qui parlent aux journalistes. “Je ne me sens pas sûre que les gens remarquent une odeur et je demande constamment à d’autres femmes de vérifier mon dos pour des taches de sang.”

À tout moment, 800 millions de personnes dans le monde ont leurs règles. Même dans les meilleures circonstances, l’expérience peut causer de l’inconfort et du stress à de nombreuses femmes, mais pour celles qui vivent dans la pauvreté ou dans des situations troublantes telles que les conflits, les menstruations peuvent avoir des implications beaucoup plus graves pour leur santé, leur sécurité et leur bien-être.

Maggie Schmitt, chercheuse en santé publique à l’Université de Columbia Programme Genre, transitions adolescentes et environnement (GATE)qui travaille avec l’International Rescue Committee depuis 2015 pour mener des recherches mondiales sur les menstruations dans les situations d’urgence humanitaire, a déclaré à Al Jazeera que les femmes et les filles déplacées sont souvent non seulement confrontées à la pauvreté menstruelle ou à des difficultés pour se procurer des produits menstruels, mais n’ont souvent pas accès à ces produits. ainsi que des toilettes et des installations sûres, privées et propres pour se changer et se laver.

[JC/Al Jazeera]

La peur des taches de sang due à des produits menstruels insuffisants peut empêcher les femmes et les adolescentes de participer à leurs activités quotidiennes, y compris le travail et l’école, tandis que l’incapacité de se laver avec du savon et de l’eau propre ou de changer de produits menstruels les rend vulnérables aux infections, souvent avec un traitement médical limité options.

“Il faut accorder plus d’attention aux besoins menstruels des personnes en transit, y compris les filles et les femmes qui se déplacent d’un endroit à l’autre à la recherche de sécurité et de refuge”, a déclaré Schmitt.

Au Myanmar, les combats et l’instabilité généralisés ainsi que les attaques de l’armée contre les zones résidentielles et les camps de déplacés ont gravement affecté la capacité des femmes à subvenir à leurs besoins fondamentaux pendant leurs menstruations. Des femmes du Myanmar ont déclaré à Al Jazeera que le fait d’être constamment en mouvement empêchait leur accès à des serviettes hygiéniques et à de l’eau potable, et ont déclaré qu’elles avaient peu d’intimité.

Ils ont ajouté que les serviettes hygiéniques dépassaient de plus en plus leur budget. Le prix des produits de base a grimpé dans tout le pays en raison de la hausse des prix du carburant, des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et de la baisse de la valeur de la monnaie du Myanmar, le kyat.

Dans les zones touchées par le conflit, les articles de base sont également rares car les combats ont fermé les marchés locaux et rendu plus difficile la livraison des marchandises aux magasins. L’armée a également bloqué le transit de fournitures essentielles – dans le cadre d’une stratégie de longue haleine connue sous le nom de «quatre coupes» qui vise à priver les groupes de résistance armés de leur base de soutien.

Pendant ce temps, quelque 1,6 million de personnes au Myanmar ont perdu leur emploi en 2021 en raison de la pandémie et du coup d’État, et le conflit armé a empêché de nombreux agriculteurs et journaliers de travailler. En décembre dernier, les Nations Unies prévoyaient qu’au début de cette année, près de la moitié de la population du Myanmar vivrait avec moins d’un dollar par jour, soit deux fois plus qu’il y a cinq ans.

“J’ai peur que les hommes voient mon sang”

Sandar, qui a 27 ans, a fui son village dans le canton de Kani de la région de Sagaing pour la première fois en avril dernier. C’était moins de trois mois après le coup d’État et la résistance armée commençait tout juste à émerger dans les zones rurales après que l’armée eut abattu des centaines de manifestants non violents.

La région de Sagaing, dans le nord-ouest du Myanmar, a été l’une des premières zones où les civils ont riposté avec des armes. Alors que sa résistance armée s’est intensifiée, l’armée a riposté en attaquant et en incendiant des villages et en commettant des massacres – y compris dans le canton de Kani, où les corps d’au moins 40 hommes ont été retrouvés en juillet, la plupart avec des blessures de torture.

Pour éviter de rencontrer des soldats, les villageois de tout l’État se cachent fréquemment dans les zones boisées, les monastères et les écoles, attendant des jours ou des semaines avant de risquer de rentrer chez eux.

Dans le village de Sandar, il n’y a plus qu’un seul magasin qui vend des serviettes hygiéniques, mais il manque parfois. Même si des serviettes sont disponibles, le coût a à peu près doublé depuis le coup d’État, et Sandar et sa famille n’ont aucun revenu. Elle est en grève de son poste d’enseignante depuis plus d’un an dans le cadre d’un mouvement national de désobéissance civile, tandis que sa famille n’a pas pu trouver de travail comme journalière en raison du conflit.

“Ma famille donne la priorité aux dépenses en nourriture et en produits de première nécessité, donc lorsque nous sommes à la maison, nous n’utilisons normalement pas de serviettes. On reste juste dans nos chambres, et nos htameins [sarongs] sont ruinés » par le sang menstruel, dit-elle.

Lorsque Sandar doit fuir vers la forêt, il n’y a souvent pas d’approvisionnement en eau à proximité pour se baigner. Les villageois doivent chercher une ferme, qui a un puits et est à l’abri des soldats, mais il n’y a pas assez d’eau pour tout le monde, alors Sandar ne se baigne qu’environ une fois tous les trois jours. “Nous donnons la priorité à l’eau potable plutôt qu’à la baignade”, a-t-elle déclaré.

La situation de l’eau est meilleure dans les monastères et les écoles, mais les conditions sont surpeuplées et les hommes et les femmes partagent les installations pour dormir, se laver et les toilettes.

“Quand j’ai mes règles pendant le vol, je ne me baigne que la nuit parce que j’ai peur que des hommes ou d’autres personnes voient mon sang”, a déclaré Sandar. « Nous n’avons pas d’endroit privé pour changer de serviettes ou de vêtements parce qu’il y a beaucoup de personnes déplacées qui vivent ensemble au même endroit. Je change normalement mes serviettes la nuit quand tout le monde dort.

Sans endroit où se débarrasser discrètement des serviettes hygiéniques usagées, Sandar les transporte parfois jusqu’à ce qu’elle puisse rentrer chez elle. Elle manque également d’un endroit privé pour sécher ses sous-vêtements, alors elle les suspend sous d’autres vêtements et les remet souvent alors qu’ils sont encore humides. “Je souffre d’irritations cutanées et d’une sensation inconfortable tous les mois”, a-t-elle déclaré.

Les femmes du sud-est du Myanmar, près de la frontière thaïlandaise, décrivent des problèmes similaires.

Une illustration d'une femme regarde sous une bâche des hommes assis autour d'un feu de camp
[JC/Al Jazeera]

La région a connu des combats incessants au cours de l’année écoulée, déplaçant plus de 230 000 personnes, dont beaucoup ont désespérément besoin d’eau, de bois de chauffage et de nourriture.

La crise est particulièrement grave dans l’État de Kayah, où plus de la moitié de la population est désormais déplacée et où l’armée a bombardé la capitale ainsi que des camps de déplacés et des églises.

Htee Meh, qui était étudiante à l’université avant la pandémie et le coup d’État, a fui son village en mai dernier en raison des combats. Depuis, elle se déplace d’un endroit à l’autre, dormant chez d’autres personnes ou dans la forêt, parfois sans aucun abri. Bien qu’elle ait souvent été trempée la nuit pendant la saison des pluies, cela fait maintenant sept mois que la saison sèche a commencé et elle a du mal à trouver de l’eau propre pour se baigner.

« Les puits s’assèchent. Lorsque nous sommes dans la forêt, nous devons nous baigner dans le même étang avec des buffles et des vaches, et nous avons des irritations cutanées et des éruptions cutanées », a-t-elle déclaré. “Il y a des ruisseaux et des criques qui sont plus proches, mais on n’ose pas aller s’y baigner car on pourrait être plus facilement pris pour cible par les militaires.”

Elle a également décrit un manque d’intimité. “Nos tentes temporaires n’ont pas de portes ni de chambres appropriées”, a-t-elle déclaré. “Lorsque nous devons changer de serviettes hygiéniques, nous demandons à des personnes comme des membres féminins de la famille ou des amies de regarder dehors.”

En plus de cela, elle manque souvent de protections hygiéniques. “Parfois, il n’y a pas de serviettes hygiéniques du tout à cause des routes bloquées”, a-t-elle déclaré. “À l’heure actuelle, [people] ne peut pas travailler à cause des combats constants… Même si nous voulons aller acheter [pads]il est très dangereux de se déplacer et les prix de l’essence sont très élevés aussi.

Ne voulant pas gaspiller un chiffon, elle se passe parfois de tout produit menstruel. “Cela rend mes sous-vêtements très sales et inconfortables”, a-t-elle déclaré. “Il n’y a pas d’eau pour laver mes sous-vêtements ou mes vêtements, donc quand j’ai mes règles, je ne suis pas sûre de me promener ou de parler à d’autres personnes déplacées.”

Financement participatif des besoins sanitaires

Plusieurs groupes travaillent à distribuer des serviettes hygiéniques aux personnes déplacées, mais les femmes interrogées par Al Jazeera ont déclaré que peu ou pas de serviettes leur sont parvenues.

Une volontaire, basée dans le sud-est du Myanmar, qui a financé des dons pour acheter et distribuer des produits sanitaires, a déclaré qu’elle et d’autres volontaires sont confrontés à des risques constants lorsqu’ils voyagent pour atteindre les personnes déplacées, qui se réfugient pour la plupart dans des zones reculées.

Illustration d'une femme allongée pour se reposer à cause de douleurs menstruelles
[JC/Al Jazeera]

L’approvisionnement en serviettes est également difficile, a-t-elle dit, car la plupart des magasins locaux sont fermés en raison du conflit. Cependant, lorsqu’elle commande des serviettes à Yangon, la livraison est souvent retardée. Elle a ajouté que les femmes hésitent souvent à demander des serviettes hygiéniques par embarras car la plupart des bénévoles impliqués dans la distribution de l’aide sont des hommes.

Dans la région de Sagaing, Sandar a soulevé une préoccupation similaire. “Les hommes sont ceux qui gèrent la plupart des camps de déplacés, et les femmes sont timides pour parler des menstruations”, a-t-elle déclaré. “Les responsables du camp ou les responsables oublient aussi normalement de s’occuper des besoins des femmes comme des serviettes.”

Un nombre important de femmes ont rejoint des groupes révolutionnaires armés, vivant dans des camps d’entraînement éloignés et se déplaçant dans la jungle et la forêt. Gloria, 19 ans, a déclaré qu’il était difficile de gérer ses règles depuis qu’elle a pris les armes contre l’armée en février à Moebye, dans l’État de Shan.

« Parfois, nous ne pouvons même pas changer nos serviettes hygiéniques en une journée. Je dois utiliser le même tampon aussi longtemps qu’il peut tenir », a-t-elle déclaré. “Parfois, quand je n’ai pas de serviettes hygiéniques, je ne peux pas faire grand-chose et je reste à l’abri et je dors.”

Elle est l’une des 10 femmes environ dans une unité de plus de 100 hommes, et bien que les femmes campent séparément et aient leurs propres latrines, elles partagent une zone de baignade avec les hommes. Il n’y a qu’un pain de savon et de l’eau rare, donc Gloria se baigne environ deux fois par mois.

Lorsqu’elle se rend en première ligne, elle passe généralement des journées entières dans les mêmes vêtements et sous-vêtements. Elle brûle ou enterre ses serviettes usagées ou les transporte dans son sac, et avec seulement de l’eau potable disponible, elle ne peut pas se baigner du tout.

Pourtant, elle avance.

“J’ai des crampes menstruelles. Je dois aussi porter des armes et des sacs lourds tout en essayant de suivre le rythme de marche des autres camarades », a-t-elle déclaré. “Je continuerai malgré toutes ces difficultés parce que je veux la démocratie.”

Cet article a été soutenu par une subvention d’ARTICLE 19 dans le cadre de Voices for Inclusion, un projet financé par le ministère néerlandais des Affaires étrangères.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/28/women-myanmar

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire