Droit au retour, la Nakba est de retour sur l’agenda palestinien

0
152

Source photo : Matt Hrkac – CC BY 2.0

La Nakba est de retour à l’agenda palestinien.

Pendant près de trois décennies, on a dit aux Palestiniens que le Nakba– ou Catastrophe – est une chose du passé. Cette vraie paix exige des compromis et des sacrifices, par conséquent, le péché originel qui a conduit à la destruction de leur patrie historique devrait être entièrement retiré de tout discours politique « pragmatique ». Ils ont été invités à passer à autre chose.

Les conséquences de ce changement de récit ont été désastreuses. Renier le Nakba, l’événement le plus important qui a façonné l’histoire palestinienne moderne, a entraîné plus qu’une division politique entre les soi-disant radicaux et les pragmatiques supposés épris de paix, comme Mahmoud Abbas et son Autorité palestinienne. Il a également divisé les communautés palestiniennes en Palestine et dans le monde autour de lignes politiques, idéologiques et de classe.

Suite à la signature des accords d’Oslo en 1993, il est devenu clair que la lutte palestinienne pour la liberté était entièrement redéfinie et recadrée. Ce n’était plus un combat palestinien contre le sionisme et le colonialisme israélien qui remonte au début du XXe siècle, mais un “conflit” entre deux parties égales, avec des revendications territoriales tout aussi légitimes qui ne peuvent être résolues que par des “concessions douloureuses”.

La première de ces concessions a été de reléguer la question centrale du « droit au retour » pour les réfugiés palestiniens qui ont été chassés de leurs villages et de leurs villes en 1947-48. Ce Palestinien Nakba a ouvert la voie à « l’indépendance » d’Israël, qui a été déclarée sur les décombres et la fumée de près de 500 villages et villes palestiniens détruits et incendiés.

Au début du « processus de paix », Israël a été invité à honorer le droit au retour des Palestiniens, bien que symboliquement. Israël a refusé. Les Palestiniens ont alors été poussés à reléguer cette question fondamentale à des « négociations sur le statut final », qui n’ont jamais eu lieu. Cela signifiait que des millions de réfugiés palestiniens – dont beaucoup vivent encore dans des camps de réfugiés au Liban, en Syrie et en Jordanie, ainsi que dans les territoires palestiniens occupés – ont été complètement écartés de la conversation politique.

S’il n’y avait pas la poursuite des activités sociales et culturelles des réfugiés eux-mêmes, insistant sur leurs droits et enseignant à leurs enfants à faire de même, des termes tels que la Nakba et le droit au retour aurait été complètement retiré du lexique politique palestinien.

Alors que certains Palestiniens ont rejeté la marginalisation des réfugiés, insistant sur le fait que le sujet est politique et pas seulement humanitaire, d’autres étaient prêts à passer à autre chose comme si ce droit n’avait aucune importance. Divers responsables palestiniens affiliés au « processus de paix » aujourd’hui disparu ont clairement indiqué que le droit au retour n’était plus une priorité palestinienne. Mais aucun ne s’est approché de la façon dont le président de l’AP Abbas, lui-même, a défini la position palestinienne dans une interview de 2012 avec la chaîne israélienne 2.

« La Palestine est maintenant pour moi la frontière de 67, avec Jérusalem-Est comme capitale. C’est maintenant et pour toujours… C’est la Palestine pour moi. Je suis [a] réfugié, mais je vis à Ramallah », a-t-il déclaré.

Abbas avait complètement tort, bien sûr. Qu’il veuille ou non exercer son droit au retour, ce droit, selon la résolution 194 de l’Assemblée générale des Nations unies, est tout simplement « inaliénable », ce qui signifie que ni Israël, ni les Palestiniens eux-mêmes, ne peuvent le nier ou y renoncer.

Sans parler du manque d’intégrité intellectuelle consistant à séparer la réalité tragique du présent de sa principale cause profonde, Abbas manquait également de sagesse politique. Son « processus de paix » piétinant et en l’absence de toute solution politique tangible, il a simplement décidé d’abandonner des millions de réfugiés, les privant de l’espoir même de voir leurs maisons, leurs terres ou leur dignité restaurées.

Depuis lors, Israël, avec les États-Unis, a combattu les Palestiniens sur deux fronts différents : l’un, en leur refusant tout horizon politique et, l’autre, en tentant de démanteler leurs droits historiquement consacrés, principalement leur droit au retour. La guerre de Washington contre l’agence pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, relève de cette dernière catégorie car le but était – et reste – la destruction des infrastructures juridiques et humanitaires mêmes qui permettent aux réfugiés palestiniens de se considérer comme un collectif de personnes en quête de rapatriement, de réparations et de Justice.

Pourtant, tous ces efforts continuent d’échouer. Bien plus important que les concessions personnelles d’Abbas à Israël, le budget en constante diminution de l’UNRWA ou l’échec de la communauté internationale à restaurer les droits des Palestiniens, est le fait que le peuple palestinien s’unifie, une fois de plus, autour du Nakba anniversaire, insistant ainsi sur le droit au retour des sept millions de réfugiés en Palestine et chattat – Diaspora.

Ironiquement, c’est Israël qui a involontairement réunifié les Palestiniens autour du Nakba. En refusant de concéder un pouce de Palestine, sans parler de permettre aux Palestiniens de revendiquer n’importe quelle victoire, un État à eux – démilitarisé ou non – ou de permettre à un seul réfugié de rentrer chez lui, les Palestiniens ont été contraints d’abandonner Oslo et ses nombreuses illusions. L’argument autrefois populaire selon lequel le droit au retour était tout simplement « irréalisable » n’a plus d’importance, ni pour les Palestiniens ordinaires ni pour leurs élites intellectuelles ou politiques.

En logique politique, pour que quelque chose soit impossible, il faudrait qu’une alternative soit réalisable. Cependant, avec la réalité palestinienne qui s’aggrave sous l’approfondissement du système colonialiste et de l’apartheid israélien, les Palestiniens comprennent maintenant qu’ils n’ont d’autre choix que leur unité, leur résistance et le retour aux fondamentaux de leur lutte. L’Intifada Unitaire de mai dernier a été l’aboutissement de cette nouvelle prise de conscience. De plus, le Nakba les rassemblements et les événements de commémoration de l’anniversaire dans toute la Palestine historique et dans le monde le 15 mai ont encore contribué à cristalliser le nouveau discours que le Nakba n’est plus symbolique et le droit au retour est la revendication collective et fondamentale de la plupart des Palestiniens.

Israël est désormais un État d’apartheid au sens propre du terme. L’apartheid israélien, comme tout système de séparation raciale de ce type, vise à protéger les acquis de près de 74 ans de colonialisme débridé, de vol de terres et de domination militaire. Les Palestiniens, que ce soit à Haïfa, à Gaza ou à Jérusalem, le comprennent maintenant parfaitement et ripostent de plus en plus comme une seule nation.

Et depuis le Nakba et le nettoyage ethnique subséquent des réfugiés palestiniens sont le dénominateur commun derrière toutes les souffrances palestiniennes, le terme et ses fondements sont de retour au centre de toute conversation significative sur la Palestine, comme cela aurait toujours dû être le cas.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/27/right-of-return-nakba-are-back-on-palestinian-agenda/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire