Elon Musk pourrait empirer les choses, mais Twitter était déjà mauvais

0
48

Pour entendre les classes de bavardage libérales le dire au cours de la semaine dernière, l’achat de Twitter par Elon Musk n’est pas seulement une mauvaise nouvelle – c’est apocalyptique.

“Une prise de contrôle de Musk pourrait véritablement être une étape importante vers l’effondrement de la démocratie”, a commencé un tweet. Elisabeth Warren intervint que l’accord était “dangereux pour notre démocratie”.

“Nous pouvons voir rétrospectivement que Twitter a mis le dernier clou dans le cercueil pour la possibilité de lutter contre le changement climatique”, a déclaré un autre tweet. Encore un autre déploré que se connecter à Twitter avant Musk donnait l’impression de faire la fête dans une discothèque berlinoise “au crépuscule de l’Allemagne de Weimar”.

Pour récapituler : la démocratie est morte, le changement climatique est imparable, l’enfer est vide et tous les démons viennent sur Twitter parce que l’homme le plus riche du monde l’a acheté.

Mais le véritable marché du diable est celui que nous avons obtenu lorsque nous avons migré notre discours public vers les plateformes de médias sociaux. Les spéculations sur les changements que Musk pourrait défendre sur Twitter couvrent le vrai problème : l’indignation induite par des algorithmes, qui transforme nos pensées et notre attention en une marchandise.

Si tout le discours « la fin est proche » semble un peu mélodramatique, c’est une caractéristique principale, pas un bug, du site que notre Edgelord Empereur Elon possède maintenant.

Ces dernières années, divers concepteurs de plateformes de médias sociaux ont admis que leurs systèmes créent une dépendance et que les algorithmes qui médiatisent notre expérience et décident du contenu que nous voyons exploitent des « déclencheurs » négatifs dans notre cerveau. Selon l’étude académique intitulée “Angry by Design”, les sites choisissent de diffuser plus loin et plus rapidement des messages négatifs et émotionnels.

En conséquence, Twitter fonctionne principalement sur les clics de peur, d’indignation et de haine. Ce n’est pas exactement une déclaration révélatrice. Savoir que les médias sociaux sont nuls fait partie de l’ambiance ambiante du discours. Pourtant, de vastes pans de la population ne semblent pas en avoir assez de faire rage à la fois à l’intérieur de la machine et contre elle.

Les chiffres ne mentent pas. Notre temps passé à consommer des médias numériques a augmenté pendant les verrouillages COVID et n’a pas encore complètement retrouvé les niveaux d’avant 2019. On estime que le temps passé devant les écrans a dépassé huit heures par jour, soit environ la moitié de notre vie éveillée. L’Américain moyen passe plus de deux heures par jour sur les réseaux sociaux, ce qui est plus que ce que beaucoup d’entre nous passent à parler face à face. La distinction entre un monde « en ligne » et « hors ligne » perd elle-même son sens.

C’est pourquoi je remets en question l’une des hypothèses sous-jacentes que les libéraux ont adoptées à propos de la liberté d’expression. Ils affirment que l’engagement de Musk en faveur de la liberté d’expression sur Twitter se traduira par un tsunami croissant de nouveaux discours de haine, de désinformation et de harcèlement inondant nos fils d’actualité. Leur affirmation semble être que les mauvais discours émanent d’individus qui sont méchants dans le monde hors ligne et que leur méchanceté se propage en ligne. Twitter doit les garder à l’écart afin de préserver l’intégrité de notre discours public. Musk ne veut pas faire cela, il pourrait donc devenir responsable d’une marée montante de fascisme.

Mais que se passe-t-il si c’est à l’envers ? Peut-être que l’architecture numérique incitant à la haine des médias sociaux est au moins partiellement responsable de la déformation de nos pensées et de notre communication plutôt que l’inverse.

En 2018, le New York Times a publié une histoire accablante sur le rôle spécifique de Facebook dans la promotion de la violence sectaire au Sri Lanka. Le Council on Foreign Relations a publié un rapport sur la haine suscitée par les médias sociaux qui s’infiltre dans la violence réelle, et cela a entraîné une augmentation de la violence chez les adolescents américains. C’est la preuve, peut-être, que le contraire de ce que pensent les libéraux est vrai : plutôt que d’éloigner les personnes malveillantes des plateformes numériques, nous devons peut-être éloigner les personnes des plateformes numériques afin qu’elles ne deviennent pas mauvaises.

La vérité est que Twitter était déjà conçu pour attiser la colère, susciter l’indignation et accroître le tribalisme politique avant qu’Elon Musk ne l’achète, car cela permet aux utilisateurs de rester en ligne plus longtemps et chaque minute qui regarde un écran est monétisable. Le problème n’est donc pas l’engagement de Musk envers la liberté d’expression. C’est la motivation lucrative des plateformes privées qui existent pour le discours public.

La liberté d’expression n’est pas gratuite en ligne. Pas vraiment. Twitter est une entreprise qui vaut des milliards, et le public est à la fois le client et le produit, avec ou sans Musk.

La semaine dernière encore, Twitter appartenait à une confédération de capitalistes. Son principal actionnaire était le groupe Vanguard, une société d’investissement avec 7 000 milliards de dollars d’actifs, soit environ vingt-cinq fois plus que la fortune de Musk. La deuxième plus grande était Kingdom Holding, une société contrôlée par le prince milliardaire saoudien Alwaleed bin Talal. L’année dernière, un procès a révélé comment Twitter était complice de la répression du prince héritier Mohammed ben Salmane contre les dissidents et les critiques du régime.

Le fait de mélanger différents milliardaires à la direction fera-t-il une grande différence ?

La réponse est probablement non, tout comme le Poste de Washington n’a pas fondamentalement changé après que le milliardaire technologique de Musk, Jeff Bezos, l’ait acheté. Mais la Silicon Valley doit être ravie que ce soit la seule question que nous posions en ce moment digne d’intérêt. Quelques entreprises Big Tech, y compris des sociétés de médias sociaux, ont dépensé 70 millions de dollars pour faire pression sur le gouvernement fédéral en 2021. Face à un cycle d’indignation concernant la liberté d’expression en ligne, le discours de Washington sur la rupture des monopoles très lucratifs de Facebook et Twitter sur l’économie de l’attention a été en sourdine.

Les entreprises technologiques bénéficient de la conviction que le principal problème de leurs produits est que certaines personnes ne les utilisent pas correctement. Cela conduit inévitablement à une discussion sur les mods éclairés chargés de récompenser le bon discours et de punir le mauvais discours.

Perdu dans tout le bruit autour de Musk se trouve une discussion plus approfondie sur la construction de réseaux de médias sociaux démocratiques à partir de zéro, ceux qui pourraient favoriser une interaction humaine plus positive ou constructive, et en fait nourrir nos meilleurs anges au lieu de nos démons les plus sombres. Mieux encore, nous pourrions parler de reconquérir la sphère publique vidée du monde physique, où la liberté d’expression est plus libre.

Au lieu de cela, c’est comme si le “site de l’enfer”, comme on le surnomme souvent, était destiné à rester à jamais l’épicentre de la communication humaine, et nous sommes capables de peu plus que de nous chamailler pour savoir qui mérite d’être expulsé de la plate-forme par ailleurs incontestée. Il semble que les utilisateurs de Twitter soient collectivement liés à Prometheus, éternellement condamnés à taper sur nos machines à misère 280 caractères à la fois alors que le logo de l’oiseau Twitter dévore notre foie tous les jours.

Et si vous êtes d’accord, merci de retweeter ceci.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire