En sortant : Pourquoi le gouvernement israélien est-il sur le point de tomber ? | Nouvelles explicatives

0
140

La coalition au pouvoir en Israël a annoncé lundi qu’elle dissoudrait le parlement, ou la Knesset, la semaine prochaine, ce qui signifie que le gouvernement sera dissous et que le pays organisera des élections pour la cinquième fois en trois ans.

Voici un aperçu de la raison pour laquelle cela se produit et de ce qui vient ensuite.

Le gouvernement israélien s’effondre – encore une fois ?

Le gouvernement israélien – un mélange de huit partis dont la droite, des centristes et un parti représentant les citoyens palestiniens d’Israël – est fragile depuis sa prise de fonction il y a un peu plus d’un an.

Le Premier ministre Naftali Bennett, avec son partenaire de coalition, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, a formé la coalition en juin 2021 après deux ans d’impasse politique, mettant fin au record de 12 ans au pouvoir de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Mais les contradictions au sein de la coalition ont atteint leur paroxysme, et la décision de lundi est intervenue après des semaines de spéculations selon lesquelles la coalition était sur le point de disparaître.

La principale chose qui les unissait était l’opposition à Netanyahu, mais finalement cela n’a pas été suffisant pour les garder ensemble.

Qu’est-ce qui a poussé la coalition à bout ?

Avec une majorité parlementaire très mince et des divisions sur des questions politiques majeures telles que l’État palestinien, l’occupation de la Cisjordanie par Israël et les questions concernant la religion et l’État, l’alliance a commencé à se fracturer lorsqu’une poignée de membres ont fait défection.

En avril, la coalition a perdu sa majorité au parlement israélien de 120 sièges lorsqu’un membre du parti de droite Yamina de Bennett, Idit Silman, a annoncé son départ.

Au cours des dernières semaines, un autre filet de défections et de rébellions a laissé la coalition de Bennett sans la capacité d’adopter des lois, soulevant des questions quant à combien de temps elle peut survivre.

La Liste arabe unie a également menacé de se retirer pour protester contre les attaques israéliennes contre les Palestiniens dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa, ainsi que contre la poursuite des raids en Cisjordanie occupée qui ont tué des Palestiniens.

Bennett avait déjà mis en garde contre un éventuel effondrement plus tôt ce mois-ci après que Nir Orbach, un autre membre du parti Yamina, ait déclaré qu’il cesserait de voter avec la coalition gouvernementale.

La goutte qui a fait déborder le vase est survenue il y a deux semaines lorsqu’un projet de loi étendant le droit civil israélien aux colons de Cisjordanie occupée a été rejeté au parlement.

La loi sur les colons, qui devrait normalement bénéficier d’un large soutien au parlement et qui a été renouvelée à plusieurs reprises au cours des 50 dernières années, a échoué en raison du climat de plus en plus âpre entre le gouvernement et l’opposition, cette dernière choisissant de voter contre une loi qu’elle soutient afin de affaiblir davantage le gouvernement.

Au final, les contradictions au sein de la coalition gouvernementale se sont révélées trop insurmontables, d’autant plus que le gouvernement disposait de très peu de marge de manœuvre au parlement, et d’une opposition déterminée à le renverser.

Que ce passe t-il après?

Le parlement israélien se réunira mardi pour présenter un projet de résolution pour sa dissolution et pour la tenue d’élections anticipées.

Si le parlement est dissous, comme prévu, Bennett se retirera pour être remplacé par Lapid en tant que Premier ministre par intérim jusqu’à ce que de nouvelles élections puissent avoir lieu, dans le cadre de l’accord qu’ils avaient conclu avec la coalition.

Certains observateurs politiques pensent qu’il reste une chance qu’un gouvernement alternatif puisse être formé sans aller à une autre élection, car les partis de droite israéliens des deux côtés de la division gouvernement-opposition seront sous pression pour s’unir, compte tenu de la majorité de droite au parlement.

De nombreux Israéliens en ont assez des élections, et la perspective d’une autre avant la fin de l’année pourrait conduire à plus d’apathie.

Cependant, si le pays se dirige vers de nouvelles élections générales, elles devront se tenir dans les 90 jours suivant la dissolution du parlement, la date possible du 25 octobre étant déjà avancée.

Le nouveau vote pourrait préparer le terrain pour un retour au pouvoir de Netanyahu.

Netanyahu a déclaré qu’il reprendrait ses fonctions. « Je pense que les vents ont changé. Je le sens », a-t-il déclaré.

Le camp de Netanyahu courtise désormais des membres individuels de la Knesset, ainsi que des partis entiers, dans le but de les faire démissionner.

Les sondages d’opinion ont prévu que le Likud radical de Netanyahu émergera à nouveau comme le plus grand parti unique. Mais on ne sait toujours pas s’il serait en mesure de rassembler le soutien requis d’une majorité de législateurs pour former un nouveau gouvernement.

En fin de compte, cela se résumera à savoir si Netanyahu, qui continue d’être accusé de corruption et qui est une figure extrêmement controversée de la politique israélienne, même à droite, sera capable de convaincre suffisamment de politiciens de le soutenir à nouveau.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/21/on-the-way-out-why-is-israels-government-about-to-fall

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire