Encore loin de la paix en Ethiopie

0
116

Le conflit qui dure depuis un an en Éthiopie, opposant le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) et ses alliés au gouvernement éthiopien, a fait des milliers, voire des dizaines de milliers de victimes sur le champ de bataille. Toutes les parties belligérantes ont perpétré de graves atteintes aux droits humains. Dans la catastrophe humanitaire massive causée par le conflit, 5,2 millions de personnes dans le nord de l’Éthiopie ont été confrontées à la faim et ont manqué de fournitures de base pendant un an alors que le gouvernement cherchait délibérément à étrangler la région du Tigré et que la violence entravait l’acheminement de l’aide. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées et ont souffert dans les régions d’Amhara et d’Afar. La guerre a tiré dans les pays voisins et sa persistance menace la stabilité des régions de la Corne de l’Afrique et de la mer Rouge. Pourtant, malgré un engagement diplomatique intense, notamment de la part des États-Unis, de l’Union africaine et des pays européens, la dynamique du conflit a été principalement motivée par les circonstances du champ de bataille.

Le dernier renversement de fortune militaire a permis au gouvernement éthiopien, sévèrement assiégé jusqu’en novembre, de repousser le TPLF dans le Tigré. La décision du 21 décembre du Premier ministre Abiy Ahmed d’arrêter la contre-offensive des Forces de défense nationale éthiopiennes (ENDF) aux frontières du Tigré laisse espérer que la diplomatie internationale, renforcée par un régime de sanctions créé par les États-Unis, pourrait enfin aider à encourager une fin négociée de la conflit. Mais l’espoir est mince, avec divers nuages ​​menaçants qui pèsent sur toute perspective d’un règlement négocié rapide et durable. Il reste encore à voir si les récentes décisions d’Abiy reflètent une nouvelle prise de conscience qu’un certain accommodement politique avec le TPLF est nécessaire, un espoir de paix pour le vainqueur, ou simplement un stratagème tactique – et en vain – pour éviter les sanctions économiques américaines.

L’arrière-plan

Depuis 2018, les tensions ethniques et la concurrence pour les ressources et le pouvoir de l’État se sont intensifiées en Éthiopie, alors que le pays cherchait à s’éloigner de trois décennies de régime autoritaire du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF), qui était dominé par l’ethnie tigrée. minorité. Élu Premier ministre en 2018, Abiy, un Oromo, a eu du mal à conjurer les griefs refoulés de groupes ethniques longtemps réprimés, notamment les Oromo et les Amhara, et les demandes d’une redistribution économique plus rapide. Avec des tensions entraînant des violences ethniques, des assassinats et des déplacements internes, Abiy a répondu par des mesures autoritaires et une attitude de confrontation envers les dirigeants politiques du Tigré, cherchant à les poursuivre pour les crimes de l’EPRDF.

À leur tour, les dirigeants du Tigré ont commencé à saboter le gouvernement d’Abiy. Après qu’Abiy ait reporté unilatéralement les élections d’août 2020 en Éthiopie, en utilisant la pandémie de COVID-19 comme justification, les dirigeants du Tigré sont allés à l’encontre de ses ordres et ont organisé des élections en septembre 2020. Craignant la réponse du gouvernement fédéral, les dirigeants du Tigré ont saisi les dépôts militaires locaux.

Espérant un écrasement rapide du TPLF et un message dissuasif fort aux autres groupes ethniques, Abiy a répondu par la force militaire et a demandé l’aide de l’Érythrée, un ennemi de longue date du TPLF.

Le champ de bataille oscille

Depuis novembre 2020, la guerre du Tigré a vu des revers de fortune spectaculaires pour les deux principaux belligérants. Malgré les succès initiaux de l’ENDF, les forces capables du Tigré sont devenues de plus en plus puissantes. De graves violations des droits de l’homme perpétrées contre la population du Tigré par l’ENDF et les forces érythréennes ont contribué à enraciner l’insurrection du Tigré.

En juin 2021, les ENDF ont été mis en déroute dans le Tigré et Abiy leur a ordonné de quitter le Tigré, déclarant un cessez-le-feu unilatéral. Mais les forces du Tigré ont rapidement pénétré dans les régions voisines d’Afar et d’Amhara le 5 août, s’emparant de la ville importante et historique de Lalibela. Dans l’Afar, les forces du Tigré ont cherché à prendre une artère logistique majeure de l’Éthiopie enclavée à Djibouti pour soulager le blocus débilitant d’Addis-Abeba sur le Tigré.

À l’été et à l’automne 2021, les forces du Tigré ont continué à balayer Amhara et se sont rapprochées d’Addis-Abeba alors même qu’Abiy prenait la lourde décision de former des milices anti-Tigré à travers le pays. Début novembre, l’insurrection du Tigré semblait aux portes de la capitale et la survie du gouvernement apparaissait précaire.

Comme Abiy auparavant, la direction du TPLF s’est montrée peu disposée à négocier des compromis, demandant la formation d’un gouvernement de transition, la démission d’Abiy et le retour des zones du Tigré occupées par les Amhara.

Pourtant, grâce à l’acquisition de drones de Turquie, des Émirats arabes unis et d’Iran et au bombardement aérien des forces du Tigré, l’ENDF a arrêté l’assaut et chassé les forces du Tigré d’Amhara et de la majeure partie de l’Afar. Les achats de drones ont eu lieu malgré la forte réaction des États-Unis, mécontents que leur ancien partenaire clé de la lutte contre le terrorisme achète des armes à un ennemi américain – l’Iran – et préoccupés par les pertes civiles et le comportement de plus en plus contrariant et lâche de la Turquie, un membre de l’OTAN américain. allié.

Négociations insaisissables et engagement international

Au-delà du soutien militaire controversé au gouvernement éthiopien, le conflit a attiré une intense diplomatie internationale des États-Unis et de divers pays européens et africains, dont le Kenya. Washington a nommé l’ambassadeur Jeffrey Feltman, diplomate renommé et hautement accompli et collègue de Brookings, comme envoyé spécial pour la Corne de l’Afrique, et l’Union africaine a nommé l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo comme son haut représentant.

Ces différents efforts pour faire aboutir des négociations entre le gouvernement éthiopien et le TPLF mettent plus ou moins l’accent sur les mêmes éléments depuis novembre 2020 :

  • Un cessez-le-feu complet ;
  • Le retrait des belligérants ENDF, Tigray, Amhara et Afar et des milices associées sur leurs territoires d’origine et le départ des forces érythréennes d’Éthiopie ;
  • Accès humanitaire sans entrave ; et
  • Négociations de paix inclusives sur la répartition équitable du pouvoir en Éthiopie.

Mais malgré l’engagement international intensif, le gouvernement éthiopien et les forces du Tigré sont restés essentiellement insensibles, chacun cherchant à obtenir un avantage militaire temporaire, voire une défaite militaire pure et simple de l’adversaire, avant de négocier ou de faire des concessions.

Bien que Washington ait choyé pendant des années le régime de l’EPRDF et soutenu le gouvernement éthiopien en tant qu’allié clé de la lutte contre le terrorisme en Somalie et dans la Corne de l’Afrique, le gouvernement éthiopien s’est de plus en plus éloigné des États-Unis en raison des critiques de Washington et du durcissement des réponses à la complicité du gouvernement dans la catastrophe humanitaire du Tigré.

En septembre 2021, les États-Unis ont dévoilé un régime de sanctions intelligent ciblant un large éventail d’acteurs, notamment des membres du gouvernement éthiopien, des dirigeants du Tigré et d’Amhara et des forces érythréennes, tout en exemptant l’aide humanitaire. Des sanctions contre les forces érythréennes ont été mises en œuvre, tandis que les sanctions contre d’autres ont été retardées pour encourager l’accès humanitaire et les négociations internes. En outre, l’éligibilité de l’Éthiopie aux importations en franchise de droits en vertu de la loi américaine sur la croissance et les opportunités en Afrique (AGOA) a été compromise puisque la certification est statutairement liée au respect des droits de l’homme. L’AGOA a apporté à l’Éthiopie environ 100 millions de dollars en espèces sonnantes et trébuchantes par an et a généré des emplois pour 100 000 à 200 000 personnes, principalement des femmes du sud de l’Éthiopie travaillant dans des usines textiles.

La raison récente de l’espoir et les nuages ​​menaçants

À la fin de l’automne, le régime des sanctions et l’engagement diplomatique semblaient produire des résultats. En novembre, le gouvernement éthiopien a finalement rétabli une licence de travail humanitaire à Médecins Sans Frontières, mais l’a toujours refusée au Conseil norvégien pour les réfugiés. Le 21 décembre, Abiy a stoppé l’avancée des forces ENDF aux frontières du Tigré, bien que les frappes aériennes se soient poursuivies jusqu’en janvier 2022 avec des victimes civiles. L’accès humanitaire reste entravé dans des conditions critiques. Le 30 décembre, les législateurs éthiopiens ont autorisé la mise en place d’une commission de dialogue national, promesse de campagne du gouvernement Abiy, réélu à l’automne.

Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et d’autres diplomates et commentateurs ont appelé les parties belligérantes éthiopiennes à saisir l’occasion et à travailler avec des médiateurs internationaux, dont Obasanjo, pour entamer des négociations de fin de conflit.

Mais s’il est essentiel de maintenir des efforts constants de médiation internationale, il y a des signes inquiétants. Au premier rang desquels figure le fait que la commission de dialogue national exclut les deux interlocuteurs fondamentaux pour toute paix – le TPLF et son allié militaire, l’Armée de libération oromo – tous deux désignés comme organisations terroristes par le gouvernement éthiopien. De plus, les diverses mesures — très incomplètes — prises par le gouvernement éthiopien pourraient avoir été prises principalement pour éviter le retrait de l’Éthiopie de l’AGOA. Mais le 1er janvier, les États-Unis ont retiré l’Éthiopie du programme commercial.

Fin janvier, des informations indirectes ont commencé à circuler selon lesquelles le gouvernement éthiopien pourrait être disposé à entamer des négociations avec le TPLF. Même si ces rapports s’avéraient exacts, il n’est pas clair qu’Addis-Abeba cherchera autre chose qu’une paix du vainqueur et une forte punition des dirigeants du TPLF, ce qui découragerait tout accord. L’insurrection pourrait bien renaître dans la région du Tigré, ramenant le pays à la situation de mars-avril 2021, alors que les souffrances catastrophiques des populations du nord de l’Éthiopie se poursuivent. Pour démontrer qu’il recherche une paix véritablement inclusive, le gouvernement éthiopien devrait enfin autoriser un accès humanitaire sans entraves au Tigré et libérer les nombreux Tigrés et Oromo arrêtés à travers l’Éthiopie simplement en raison de leur appartenance ethnique. La libération par Abiy en janvier de plusieurs politiciens de l’opposition arrêtés est un bon premier pas, mais insuffisant. Toute négociation significative devra s’éloigner du cadre punitif de lutte contre le terrorisme du gouvernement Abiy et incorporer une justice transitionnelle avec indulgence et inclusivité pour les dirigeants du TPLF et les combattants du Tigré. Le gouvernement Abiy et ses partisans d’Amhara exigeront la dissolution des forces du Tigré, mais même le faire avec de solides efforts de désarmement, de démobilisation et de réintégration soutenus par la communauté internationale sera extrêmement désagréable pour le Tigré.

En bref, toute négociation éventuelle ne sera ni facile ni rapide et risque d’échouer à plusieurs reprises.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire