Enquête sur les décès de migrants dans l’enclave espagnole d’Afrique du Nord exigée | Nouvelles

0
134

Dix-huit Africains subsahariens sont morts après avoir tenté d’escalader la clôture entourant Melilla en Espagne en Afrique du Nord.

Des organisations de défense des droits humains en Espagne et au Maroc ont appelé les deux pays à enquêter sur la mort d’au moins 18 Africains subsahariens et les blessures de dizaines d’autres lors de tentatives d’escalade de la barrière frontalière qui entoure le territoire de Melilla, une enclave espagnole en Afrique du Nord. .

Les autorités marocaines ont déclaré que les décès étaient survenus vendredi lorsqu’une “ruée” de personnes avait tenté d’escalader la barrière frontalière en fer qui sépare Melilla et le Maroc. Le ministère marocain de l’Intérieur a déclaré que 76 personnes avaient été blessées ainsi que 140 agents de sécurité marocains.

Cinq organisations de défense des droits au Maroc et l’APDHA, un groupe de défense des droits humains basé dans la région espagnole du sud de l’Andalousie, ont appelé à des enquêtes sur les violences.

Dans un communiqué publié samedi, la Commission espagnole pour les réfugiés, CEAR, a dénoncé ce qu’elle a décrit comme “l’utilisation aveugle de la violence pour gérer les migrations et contrôler les frontières” et s’est dite préoccupée par le fait que la violence ait empêché les personnes éligibles à la protection internationale d’atteindre l’Espagne. sol.

L’Église catholique de la ville de Malaga, dans le sud de l’Espagne, a également exprimé sa consternation face aux événements.

“Le Maroc et l’Espagne ont tous deux choisi d’éliminer la dignité humaine à nos frontières, affirmant que l’arrivée de migrants doit être évitée à tout prix et oubliant les vies déchirées en cours de route”, a-t-il déclaré dans un communiqué rédigé par une délégation de le diocèse qui se concentre sur la migration à Malaga et Melilla.

L’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) a exigé une « enquête approfondie, rapide et sérieuse pour déterminer les responsabilités et les manquements », et a mis en garde contre l’enterrement des corps de ceux qui sont morts jusqu’à ce que leur mort ait fait l’objet d’une enquête appropriée.

L’AMDH a partagé des vidéos sur les réseaux sociaux qui semblaient montrer des dizaines de personnes allongées sur le sol, dont beaucoup étaient immobiles et quelques-unes saignaient, alors que les forces de sécurité marocaines se tenaient au-dessus d’elles. Dans une autre vidéo de l’association, un agent de sécurité marocain semble utiliser une matraque pour frapper une personne allongée au sol.

“Ils ont été laissés là sans aide pendant des heures, ce qui a augmenté le nombre de morts”, a déclaré le groupe de défense des droits humains sur Twitter.

La clôture séparant le Maroc et l’enclave espagnole de Melilla, Espagne [Jose Colon/AP Photo]

Dans un communiqué publié vendredi soir, Amnesty International a exprimé sa “profonde inquiétude” face aux événements à la frontière.

« Les droits humains des migrants et des réfugiés doivent être respectés et de telles situations ne peuvent plus se reproduire », a déclaré Esteban Beltrán, directeur d’Amnesty International Espagne.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a décrit les événements de Melilla comme une atteinte à « l’intégrité territoriale » de l’Espagne.

Sanchez a déclaré samedi aux journalistes à Madrid que “si quelqu’un est responsable de tout ce qui s’est passé à la frontière, ce sont les mafias qui font le trafic d’êtres humains”.

Un porte-parole du bureau du gouvernement espagnol à Melilla a déclaré qu’environ 2 000 personnes avaient tenté de franchir la barrière frontalière mais avaient été arrêtées par la police de la garde civile espagnole et les forces marocaines de chaque côté de la barrière frontalière.

Au total, 133 personnes ont traversé la frontière. Des responsables espagnols ont déclaré que 49 gardes civils avaient été légèrement blessés vendredi.

“Aimant pour les migrants”

Melilla et Ceuta, l’autre enclave nord-africaine de l’Espagne, ont les seules frontières terrestres de l’Union européenne sur le continent africain, ce qui en fait un pôle d’attraction pour les migrants.

La tentative de traversée massive de vendredi était la première depuis que l’Espagne et le Maroc ont rétabli leurs relations après un conflit d’un an lié au Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole annexée par le Maroc en 1976.

Le différend avait commencé lorsque Madrid avait autorisé Brahim Ghali, chef du Front Polisario indépendantiste du Sahara occidental, à être soigné pour COVID-19 dans un hôpital espagnol en avril 2021.

Rabat veut que le Sahara occidental ait un statut autonome sous souveraineté marocaine, mais le Front Polisario insiste sur un référendum d’autodétermination supervisé par l’ONU, comme convenu dans un accord de cessez-le-feu de 1991.

Un mois après que l’Espagne a autorisé Ghali à être soigné dans un hôpital espagnol, quelque 10 000 migrants ont franchi la frontière marocaine dans l’enclave espagnole de Ceuta alors que les gardes-frontières détournaient le regard, dans ce qui était largement considéré comme un geste punitif de Rabat.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/25/rights-groups-urge-probe-into-deaths-o

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire