Les législateurs américains tentent de déclarer le conflit en Ukraine un “génocide” – médias – News 24

0
76

Alors que les représentants accusent symboliquement la Russie de nettoyage ethnique, les accusations sont douteuses

Un groupe bipartite de législateurs américains a présenté vendredi une résolution accusant la Russie d’avoir commis “génocide” en Ukraine. Le projet de résolution accuserait la Russie de crimes qui, selon Moscou, auraient été effectivement commis par les forces ukrainiennes et affirme que des réfugiés russophones ont été amenés sur le territoire russe contre leur volonté.

La résolution, intitulée “Reconnaître les actions russes en Ukraine comme un génocide”, a été présentée vendredi par le représentant Steve Cohen (D-Tennessee). Bien que son texte n’ait pas encore été mis à disposition sur le site Web du Congrès américain, Foreign Policy a affirmé samedi avoir vu un projet.

Selon Foreign Policy, la résolution « soutient que les atrocités commises par les troupes russes en Ukraine, y compris les attaques aveugles contre des civils, le ciblage direct des maternités et des installations médicales » constituent un génocide.




Tout ce qui précède “atrocités” ont été menées par les forces ukrainiennes lors du bombardement de la ville majoritairement russophone de Donetsk ces dernières semaines, et à une intensité moindre depuis 2014, selon des responsables de Donetsk et des rapports de la ville. Au début de l’opération militaire russe en Ukraine en février, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que ses forces entraient dans le pays pour arrêter l’actuelle “humiliation et génocide” des habitants de Donetsk et de Lougansk.

La résolution soutient également que “le transfert forcé de centaines de milliers d’Ukrainiens vers la Russie et le territoire sous contrôle russe” répond aux critères énoncés par les Nations Unies dans sa Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide.

Environ 1,5 million d’Ukrainiens, pour la plupart russophones, ont fui vers la Russie depuis le déclenchement des hostilités en février, les réfugiés se dirigeant vers l’est plutôt que vers l’ouest. Des dizaines de milliers de personnes sont entrées en Russie avant le début du conflit.




La résolution serait soutenue par un groupe bipartite de législateurs de la Chambre qui siègent à la Commission d’Helsinki, une agence gouvernementale américaine qui le dit “favorise les droits de l’homme, la sécurité militaire et la coopération économique” en Europe et en Eurasie. En avril, la commission a poussé l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe à soutenir les affirmations sans preuves de Kiev selon lesquelles la Russie commettait un génocide.

La Commission d’Helsinki a également plaidé cette semaine pour la rupture et “décolonisation” de la Fédération de Russie.

Si la résolution de Cohen était adoptée, il en résulterait une déclaration symbolique plutôt qu’un changement officiel dans la politique américaine. Le génocide est une accusation grave à prouver et les implications politiques de l’accusation signifient qu’il peut falloir des siècles aux États-Unis pour accepter officiellement qu’un génocide a eu lieu, comme ce fut le cas lorsque le président américain Joe Biden a officiellement reconnu le génocide arménien en avril, 107 ans après c’est arrivé.

Biden a déclaré publiquement en avril que “il semble bien” que la Russie commettait un génocide en Ukraine, incitant ses assistants à annoncer que cette remarque ne constituait pas une déclaration politique. L’ONU a déclaré qu’elle n’avait vu aucune preuve de génocide en Ukraine, et le président français Emmanuel Macron a exhorté les dirigeants mondiaux à “Soyez très prudent” sur l’utilisation de tels termes.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire