Entretien avec Melanie Huml, ministre d’État de Bavière aux Affaires européennes et internationales

0
155

Avec l’annonce que l’Allemagne sera dirigée par un nouveau gouvernement d’apprentissage de gauche, après deux mois de négociations souvent tendues et de marchandages politiques, New Europe s’est entretenu avec Mélanie Huml, les Ministre d’État aux Affaires européennes et internationales au cabinet de Bavière Ministre-Président Markus Söder depuis 2021. Huml, un homme politique du Union chrétienne-sociale de Bavière (CSU), discuté de la nouvelle coalition, ainsi que des relations entre le gouvernement fédéral et les États allemands, des relations avec l’UE et d’autres partenaires étrangers et de la crise actuelle de Covid qui a frappé l’Allemagne ces dernières semaines.

Nouvelle Europe (NE) : Avez-vous vu des changements de la part du gouvernement au niveau fédéral?

Mélanie Huml (MH) : À mon avis, la future coalition manque d’un objectif clair : au cours de cette augmentation des cas de COVID, ils ont déclaré la fin de la pandémie au niveau national, ce qui restreint les mesures qu’un gouvernement d’État individuel peut prendre. La situation est à un stade critique. Nos hôpitaux manquent de lits dans les unités de soins intensifs. Ils semblent également avoir compromis même les plus petits dénominateurs communs en matière de politiques énergétique, économique et fiscale. Ils n’offrent aucune solution à la flambée des prix de l’énergie et du prix du carbone, ni à la manière dont les entreprises et les particuliers peuvent gérer financièrement la suppression progressive des subventions.

NE: Pensez-vous que ce changement aura un impact sur les relations entre le gouvernement et les administrations locales ?

MH: Maintenir une relation privilégiée avec le gouvernement fédéral à Berlin est une tradition bavaroise. Le gouvernement du Land de Bavière jouera cependant un rôle tout à fait particulier sous le prochain gouvernement fédéral. D’une manière ou d’une autre, les partis formant la future coalition au niveau fédéral sont représentés dans tous les gouvernements des Länder régionaux, à l’exception de la Bavière. Nous continuerons de travailler avec le gouvernement fédéral chaque fois qu’il proposera des mesures appropriées, mais nous l’appellerons également chaque fois qu’il commet des erreurs, si nécessaire.

NE: Dans quels domaines clés votre ministère opère-t-il aux niveaux européen et international ?

MH : Ils sont complémentaires au gouvernement fédéral. Les États allemands promeuvent et approfondissent également leurs propres relations internationales. Pour la Bavière, avec son économie tournée vers l’exportation, cela revêt une importance particulière. La Bavière abrite plus de 120 bureaux consulaires et Munich. C’est le plus grand siège consulaire d’Allemagne (après Berlin). En outre, Bavaria compte une trentaine de bureaux de représentation dans le monde entier. De plus, la Bavière fait partie d’un réseau international de régions partenaires sur quatre continents, avec le Québec, la Géorgie, Sao Paulo, le Shandong, le Cap-Occidental et la Haute-Autriche. Au niveau de l’UE, les Länder allemands ont des droits et obligations constitutionnels de participer aux négociations, de former la position de l’Allemagne via le Bundesrat (l’organe législatif représentant les Länder) et de maintenir leurs propres représentations à Bruxelles. Dans ce cadre, j’ai défini trois priorités pour les relations de la Bavière avec l’UE et la communauté internationale : 1) action climatique et durabilité ; 2) compétitivité et numérisation ; 3) renforcer les partenariats européens et internationaux.

NE: Comment définiriez-vous vos relations avec l’UE ? Y a-t-il des points où il y a des tensions sur un sujet spécifique ?

MH : La Bavière est située au cœur de l’Europe, à la fois émotionnellement et géographiquement. Nous sommes attachés à une Union européenne forte et unie. Il existe de nombreux défis mondiaux auxquels l’UE doit trouver des solutions à long terme. Cela inclut l’action climatique, la compétitivité mondiale, une architecture financière stable, la migration, l’ordre public et notre rôle dans le monde. Nous devons agir plus rapidement et de manière plus unifiée. La tendance à centraliser toutes les décisions à Bruxelles ne semble pas être le meilleur moyen d’y parvenir. Après tout, l’UE est régie par le principe de subsidiarité, ce qui signifie que Bruxelles ne peut agir que si ses membres ne peuvent éventuellement pas résoudre un problème par eux-mêmes et ont donné à l’UE le pouvoir d’agir. Certaines initiatives soulèvent des inquiétudes quant au respect de ces critères, notamment en matière sociale, domaine où l’Union européenne n’a quasiment aucune compétence.

NE: Vous attendez-vous à voir un changement dans les politiques COVID de l’Allemagne ? Le nouveau gouvernement adoptera-t-il une approche différente pour faire respecter des protocoles restrictifs pour ses citoyens et pour les autres Européens ?

MH : Nous avons déjà vu un changement. La coalition qui se forme actuellement au niveau fédéral a apporté une modification importante à la loi sur la protection contre les infections et a annoncé que la situation concernant la pandémie, au niveau national, ne sera pas prolongée par le Bundestag. C’est important car c’est un instrument juridique qui est nécessaire pour prendre des mesures contre la pandémie. Nous pensons que nous avons encore besoin de cet outil car la situation pandémique en Allemagne et en Bavière est très grave en ce moment. C’est aussi un signal complètement trompeur. Le nombre d’infections et l’attribution de lits de soins intensifs sont plus élevés que dans toute vague pandémique que nous avons connue jusqu’à présent. Nous ne savons toujours pas quand nous aurons atteint le pic de la « quatrième vague ».

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire