Escarmouches alors que la police bloque les manifestations tunisiennes contre le référendum de juillet | Actualité politique

0
181

La police a bloqué les manifestants qui se dirigeaient vers le siège du conseil électoral dont le président en chef, Kais Saied, a récemment été remplacé.

Des affrontements ont éclaté entre la police tunisienne et des manifestants contre le président Kais Saied alors qu’une centaine de personnes ont protesté contre un référendum prévu en juillet un an après qu’il ait organisé ce que les critiques appellent un coup d’État.

La police a bloqué les manifestants alors qu’ils marchaient samedi vers le siège du conseil électoral dont le chef Saied a remplacé le mois dernier, dans une nouvelle tentative d’étendre son contrôle sur les institutions de l’État.

Lors de la manifestation à Tunis, la capitale tunisienne, organisée par cinq petits partis politiques, certains manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « La commission du président = commission des fraudes ».

Le 25 juillet, Saied a limogé le gouvernement et suspendu le parlement, qu’il a ensuite dissous dans des mesures qui ont suscité des craintes pour la seule démocratie à avoir émergé des soulèvements du printemps arabe.

Il a présenté des plans pour qu’un référendum ait lieu le mois prochain sur le remplacement d’une constitution de 2014 qui avait consacré un système mixte parlementaire-présidentiel souvent en proie à l’impasse et au népotisme.

Le 1er juin, il a limogé mercredi 57 juges, les accusant de corruption et de protection de “terroristes” lors d’une purge du système judiciaire. La décision de Saied est intervenue juste après avoir nommé trois des sept membres de la commission électorale de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), dont le président.

En mai, il a nommé l’ancien membre de l’ISIE Farouk Bouasker pour remplacer Nabil Baffoun, critique de sa prise de pouvoir en juillet.

“Sonneries d’alarme déclenchées”

L’analyste politique Amine Snoussi a déclaré que les Tunisiens verront probablement le “vide du projet de Saied” alors que la crise actuelle se déroule et qu’il n’y a “plus personne à blâmer”.

“C’est à ce moment-là que les Tunisiens se rendront compte qu’il n’avait aucun projet pour les questions sociales et politiques”, a déclaré Snoussi à Al Jazeera.

Fadil Aliriza, fondateur et rédacteur en chef de Meshkal.org, un site d’information indépendant, a noté que tous les partis politiques tunisiens se sont réunis pour s’opposer aux décisions de Saied.

« De nombreuses personnes ont tiré la sonnette d’alarme sur les mesures prises par le président. Ils craignent que le référendum et le vote parlementaire de décembre ne soient pas aussi libres et équitables que par le passé », a déclaré Aliriza.

Des échauffourées ont éclaté entre la police et des manifestants qui protestaient contre un référendum prévu en juillet par le président Kais Saied [Fethi Belaid/AFP]

“Les vrais problèmes”

Les opposants de Saied l’ont accusé de chercher à refaire le système politique après avoir consolidé le pouvoir d’un seul homme et mis en place un organe électoral conforme avant le référendum de juillet et les élections législatives de décembre.

Saied a déclaré que ses mesures étaient nécessaires pour sauver la Tunisie des crises et que son intervention semblait initialement bénéficier d’un large soutien public après des années de stagnation économique, de paralysie politique et de corruption.

Cependant, presque tous les partis politiques tunisiens ont rejeté la décision d’organiser un référendum avec le puissant syndicat UGTT.

Avec l’économie tunisienne défaillante et les finances publiques en crise, Saied fait face à la perspective d’une colère populaire croissante face à l’inflation et au chômage élevés, et au déclin des services publics.

L’UGTT a déclaré cette semaine que les travailleurs du secteur public se mettraient en grève le 16 juin, posant le plus grand défi direct à la position politique de Saied jusqu’à présent.

Elizia Volkmann d’Al Jazeera, rapportant de Tunis, a noté que Saied avait ciblé les critiques avec des accusations de « terrorisme » et même d’adultère, qui est une infraction pénale. Elle a dit qu’il y aura probablement d’autres manifestations à venir.

“Le fait est que Saied ne résout pas vraiment les vrais problèmes auxquels les Tunisiens sont confrontés, à savoir les pénuries de céréales et une crise économique qui s’aggrave avec la hausse des prix”, a déclaré Volkmann.

«Ce qu’il semble faire, c’est intensifier le récit populiste selon lequel tout est de la faute des politiciens corrompus. Il soulève à nouveau ce programme, semblant faire quelque chose en faisant pression pour plus de poursuites et des peines de prison plus longues pour ce qu’il dit être des gens corrompus qui ont causé tous les problèmes.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/4/police-block-tunisian-protesters-against-saied-july-referendum

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire