Est-ce la fin du projet français dans le Sahel africain ?

0
158

Source photo : Thomas GOISQUE – CC BY-SA 3.0

Le 15 mai 2022, la junte militaire au Mali a annoncé qu’elle ne ferait plus partie de la plateforme du G5 Sahel. Le G5 Sahel a été créé à Nouakchott, en Mauritanie, en 2014, et a réuni les gouvernements du Burkina Faso, du Tchad, du Mali, de la Mauritanie et du Niger pour collaborer sur la détérioration de la situation sécuritaire dans la ceinture du Sahel, la région située juste en dessous du désert du Sahara en Afrique. — et d’accroître les échanges entre ces pays. Dans les coulisses, il était clair que la formation du G5 Sahel était encouragée par le gouvernement français et que, malgré tous les discours commerciaux, le véritable objectif du groupe allait être la sécurité.

Début 2017, sous la pression française, ces pays du G5 Sahel ont créé la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), une alliance militaire pour lutter contre la menace sécuritaire posée par les séquelles de la guerre civile algérienne (1991-2002) et les détritus de La guerre de l’OTAN en Libye en 2011. La Force conjointe du G5 Sahel a reçu le soutien du Conseil de sécurité des Nations unies pour mener des opérations militaires dans la région.

Le porte-parole militaire du Mali, le colonel Abdoulaye Maïga, a déclaré le 15 mai que son gouvernement avait envoyé une lettre le 22 avril au général Mahamat Idriss Déby Itno, président du conseil militaire de transition du Tchad et président sortant du G5 Sahel, l’informant de la décision du Mali ; l’immobilisme dans la tenue de la conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel, qui devait avoir lieu au Mali en février, et la passation de la présidence tournante du FC-G5S au pays, ont contraint le Mali à prendre le parti de partir à la fois le FC-G5S et la plateforme G5 Sahel, a déclaré le colonel Maïga à la télévision nationale.

Le départ du Mali était inévitable. Le pays a été déchiré par les politiques d’austérité imposées par le Fonds monétaire international (FMI) et par les conflits qui parcourent ce pays de plus de 20 millions d’habitants. Deux coups d’État en 2020 et 2021 au Mali ont été suivis de promesses d’élections, qui ne semblent pas se profiler à l’horizon. Des organismes régionaux, tels que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ont également imposé des sanctions sévères contre le Mali, ce qui n’a fait qu’exacerber les problèmes économiques déjà rencontrés par le peuple malien. Les ministres de la défense du G5 Sahel se sont réunis pour la dernière fois en novembre 2021, et la réunion des chefs d’État des pays membres du G5 Sahel en février 2022 a été reportée. Le Mali était censé prendre la présidence tournante du G5 Sahel, mais les autres États qui font partie de la plateforme n’étaient pas favorables à ce transfert (le Tchad a poursuivi la présidence).

Pouvoir extra-régional

La déclaration de l’armée malienne a imputé la dérive institutionnelle du G5 Sahel aux “manœuvres d’un État extra-régional visant désespérément à isoler le Mali”. Cet “État extra-régional”, c’est la France, qui, selon le Mali, a tenté d'”instrumentaliser” le G5 Sahel pour les objectifs français.

Les cinq membres du G5 Sahel sont tous d’anciennes colonies françaises, qui ont chassé les Français par des luttes anticoloniales et ont tenté de construire leurs propres États souverains. Ces pays ont subi des assassinats (comme celui de l’ancien dirigeant du Burkina Faso Thomas Sankara en 1987), ont fait face aux programmes d’austérité du FMI (comme les mesures prises contre le gouvernement de l’ancien président malien Alpha Oumar Konaré de 1996 à 1999) et ont dû faire face à la réaffirmation du pouvoir français (comme lorsque la France a soutenu le maréchal tchadien Idriss Déby contre Hissène Habré en 1990). Après la guerre de l’OTAN lancée par la France contre la Libye en 2011 et la déstabilisation qu’elle a provoquée, la France est intervenue militairement au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane, puis, avec l’armée américaine, elle est intervenue dans tout le Sahel dans le cadre de la plateforme G5 Sahel.

Depuis la rentrée de l’armée française dans la région, elle a conduit un programme qui semble être plus axé sur la satisfaction des besoins de l’Europe que sur ceux de la région du Sahel. Le principal argument avancé en faveur de l’intervention française (et américaine) au Sahel est qu’ils veulent s’associer aux militaires de la région pour lutter contre le terrorisme. Il est vrai qu’il y a eu une montée du militantisme, dont une partie est enracinée dans l’expansion d’Al-Qaïda et des activités de l’État islamique au Sahel. Des conversations avec des responsables des États du Sahel révèlent cependant qu’ils ne croient pas que la lutte contre le terrorisme soit le principal enjeu de la pression française sur leurs gouvernements. Ils estiment, même s’ils hésitent à s’exprimer publiquement, que les Européens sont davantage préoccupés par la question des migrations que par celle du terrorisme. Plutôt que de permettre aux migrants – dont beaucoup d’Afrique de l’Ouest et d’Asie de l’Ouest – d’atteindre la côte libyenne et de tenter de traverser la mer Méditerranée, ils veulent construire un périmètre au Sahel pour limiter le mouvement des migrants au-delà ; La France a, en d’autres termes, déplacé la frontière sud de l’Europe du nord de la Méditerranée au sud du Sahara.

L’endroit le plus pauvre de la Terre

« Nous vivons dans l’un des endroits les plus pauvres de la planète », m’a dit l’ancien président malien Amadou Toumani Touré avant de mourir en 2020. Environ 80 % des habitants du Sahel vivent avec moins de 1,90 dollar par jour, et la croissance démographique dans ce pays La région devrait passer de 90 millions en 2017 à 240 millions d’ici 2050. La ceinture du Sahel a une dette énorme envers les riches détenteurs d’obligations des États de l’Atlantique Nord, qui ne sont pas préparés à l’annulation de la dette. Lors du septième sommet du G5 Sahel en février 2021, les chefs d’État ont appelé à une “restructuration profonde de la dette des pays du G5 Sahel”. Mais la réponse qu’ils ont reçue du FMI a été assourdissante.

Une partie du problème budgétaire réside dans les demandes faites à ces États par la France d’augmenter leurs dépenses militaires contre toute augmentation de leurs dépenses d’aide humanitaire et de développement. Les pays du G5 Sahel dépensent entre 17 et 30 % de leur budget pour leurs armées. Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, trois des cinq pays du Sahel ont augmenté astronomiquement leurs dépenses militaires au cours de la dernière décennie : le Burkina Faso de 238 %, le Mali de 339 % et le Niger de 288 %. Le commerce des armes étouffe ces pays. Avec l’entrée potentielle de l’OTAN dans la région, cette forme illusoire de traiter les problèmes du Sahel comme des problèmes de sécurité ne fera que persister. Même pour les Nations Unies, les questions de développement dans la région sont devenues une réflexion secondaire par rapport à l’accent principal mis sur la guerre.

Le manque de soutien aux gouvernements civils pour faire face aux vrais problèmes de la région a conduit à des coups d’État militaires dans trois des cinq pays : le Burkina Faso, le Tchad et le Mali. La junte militaire au Mali a expulsé l’armée française du territoire malien le 2 mai, une semaine avant son départ du G5 Sahel. Des signes d’inquiétude concernant la politique française tourbillonnent dans la région. L’exemple du Mali sera-t-il suivi par l’un des autres pays faisant partie du groupe G5 Sahel, et le véritable projet de la France au Sahel – pour limiter la migration des personnes du Sud vers l’Europe – finira-t-il par s’effondrer avec la sortie du Mali du G5 Sahel ? ?

Cet article a été réalisé par Globetrotter.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/20/is-this-the-end-of-the-french-project-in-africas-sahel/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire