Est-ce un faux Vladimir ? Est-ce que ça importe?

0
81

Le 26 octobre 2023, la chaîne Telegram « Général SVR » annonce la mort de Vladimir Poutine. Selon la chaîne, le défunt président aurait été remplacé à la hâte par un sosie, les autorités n'ayant pas encore décidé quoi faire après sa mort inopportune. Cette même information a été annoncée par le professeur Valery Solovey, qui a insisté à plusieurs reprises depuis un certain temps sur le fait que le président était gravement malade. Bien entendu, de telles histoires relèvent de la « théorie du complot » et n’ont donc pas été largement crues, d’autant plus que la chaîne « Général SVR » a une réputation mitigée. D'une part, il a fait état à plusieurs reprises d'événements préparés en coulisses par le gouvernement, qui ont ensuite été confirmés. En revanche, un certain nombre de messages provenant du même canal se sont révélés totalement peu fiables. En fait, le « Général SVR » est une sorte d’agrégateur de rumeurs du Kremlin, apportant à ses lecteurs des informations vraies et fausses qui circulent dans les plus hauts échelons de la bureaucratie et des services de renseignement.

Les hommes politiques et les journalistes occidentaux, ainsi que les émigrés russes (à l'exception de la sociologue Ekaterina Shulman), ont ignoré les messages du « général SVR », mais dans toute la Russie les rumeurs ont continué à se répandre et se sont fortement intensifiées après le 1er janvier lorsque, lors de son discours télévisé du Nouvel An Dans son discours, le président Poutine ne semblait pas tout à fait lui-même et il y avait une impression désagréable que la tête sur l'écran n'était pas assez fermement attachée au corps.

Pour aggraver les choses, depuis quelque temps déjà, lors de ses apparitions publiques, Poutine a commencé à révéler de prétendus détails de sa biographie qui contredisaient de manière flagrante ce qui avait été officiellement rapporté précédemment. Si l'ancien Poutine avait été un agent de la sécurité de l'État ayant travaillé en Allemagne de l'Est, un judoka, et un Léningradien, puis l'actuel Poutine, selon ses propres mots, avait plutôt été un marin, un charpentier, un chauffeur de taxi et aussi un provincial évident. Son attitude et son vocabulaire ont radicalement changé. En général, quelque chose d’étrange était clairement arrivé au président.

Bien sûr, il est totalement impossible pour le moment de confirmer ou de réfuter définitivement les rumeurs sur la mort du président, mais le simple fait de leur apparition témoigne d'un sentiment croissant d'incertitude tant dans la bureaucratie russe que dans la société. Bien entendu, la question de savoir si la personne qui s'est produite le soir du Nouvel An sous le nom de Poutine était réelle ou fausse n'est pas particulièrement importante d'un point de vue politique. Pour l’État russe d’aujourd’hui, Poutine a depuis longtemps cessé d’être une simple personne pour devenir un symbole ; les idéologues du régime parlent désormais directement de son immortalité politique. Rappelez-vous l'article du célèbre publiciste du Kremlin, Vladislav Sourkov, qui proclamait que personne, à l'exception de Poutine, ne dirigera la Russie tant que l'État actuel existera, ou la célèbre déclaration de 2014 du président de la Douma d'État, Viatcheslav Volodine : « S'il y a Poutine, il y a la Russie. ; pas de Poutine, pas de Russie. » Dans le cadre d’une telle idéologie, la mort d’un dirigeant est en principe impossible ; une telle chose ne mérite même pas la moindre considération. Même si les informations publiées par le « général SVR » sont exactes, il n’est pas clair comment elles pourraient être rapportées au monde extérieur – et encore moins au peuple russe – sans provoquer l’effondrement des soutiens idéologiques du régime. Par conséquent, l’homme présenté comme Poutine la semaine dernière est sans aucun doute le vrai Poutine, qu’il soit ou non biologiquement identique à la personne élue à la présidence en 2018.

Curieusement, il existe un précédent dans l’histoire russe où un dirigeant meurt puis ressuscite – cela s’est produit plus d’une fois rien qu’au XVIIe siècle. Après la mort du tsarévitch Dmitri, fils d'Ivan le Terrible, dans d'étranges circonstances, un imposteur est apparu quelque temps plus tard à Cracovie, se déclarant héritier du trône. Les historiens pensent qu'il ne s'agissait pas en fait de Dmitry ressuscité, mais d'un moine fugitif nommé Grichka Otrepiev. Après avoir marché sur Moscou, avec le soutien des troupes polonaises et des troupes russes venues à ses côtés, le prince fut unanimement reconnu par tous les boyards et même par la mère du vrai Dmitry. Le nouveau tsar s'installe au Kremlin, mais très vite les boyards, qui espéraient le contrôler comme leur marionnette, découvrirent qu'il essayait de mener une politique indépendante. L’imposteur a été immédiatement dénoncé, chassé du trône et tué. Peu de temps après, cependant, un autre Dmitri apparut près de Moscou, fonda sa propre cour à Touchino et fut de nouveau officiellement reconnu par une bonne partie des boyards, ainsi que par sa propre épouse Marina Mniszrech. De nombreux territoires de l'État lui ont prêté allégeance, même si, contrairement à son prédécesseur, il n'a finalement pas réussi à prendre possession du Kremlin et de la couronne. Après avoir déclenché une guerre simultanément avec le gouvernement de Moscou et les Polonais, Faux Dmitri II fut tué par son propre peuple à Kalouga. Mais peu de temps après, Faux Dmitri III est apparu, revendiquant le droit de diriger la Russie depuis Pskov. Ce dernier imposteur fut bientôt sur le point d'entrer triomphalement à Moscou, mais, comme ses deux prédécesseurs, il fut victime d'un complot ourdi par son propre entourage en 1612.

Les trois histoires reproduisent le même schéma : un faux dirigeant arrive au pouvoir avec le soutien d'une partie importante de l'élite qui tente de légitimer son hégémonie avec son aide, mais très vite la marionnette tente de s'emparer des leviers du contrôle réel et d'agir de manière indépendante. , après quoi il doit être éliminé par des moyens violents.

Dans quelle mesure cette histoire peut-elle se répéter dans la Russie moderne, nous ne pouvons que le deviner. Mais en tout cas c’est très instructif.

Traduit par Dan Erdman.

Ceci est apparu pour la première fois sur Russian Dissent.

Source: https://www.counterpunch.org/2024/01/05/is-this-a-false-vladimir-does-it-matter/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire