Face aux faits : Israël compte sur la violence des colons

0
366

Bezalel Smotrich est l’un des principaux piliers du gouvernement israélien actuel. Bien que généralement décrit comme le ministre des Finances, son travail ne se limite pas à freiner l’inflation.

Son vaste portefeuille lui confère une responsabilité partielle pour le ministère de la Défense et un rôle majeur dans l’administration de l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Extrémiste d’extrême droite, Smotrich a utilisé sa nouvelle plate-forme pour inciter à la violence. Quelques jours à peine après que les colons israéliens ont perpétré un pogrom à Huwwara – tuant un Palestinien et infligeant d’énormes destructions à des maisons, des entreprises et des véhicules – Smotrich a appelé à ce que ce village de Cisjordanie soit « anéanti » par l’État israélien.

Cette déclaration raciste a été dénoncée à l’échelle internationale. Ned Price, porte-parole du département d’État américain, l’a qualifié d'”irresponsable” et de “répugnant”.

Smotrich n’est pas le seul membre du gouvernement israélien à avoir soutenu les crimes des colons à Huwwara.

Itamar Ben-Gvir, le ministre de la Sécurité nationale, est d’abord resté silencieux après le pogrom. Pourtant, il n’a pas fallu longtemps avant que son admiration pour les auteurs ne devienne évidente.

Ben-Gvir a dénoncé la détention de deux colons accusés d’avoir participé au pogrom.

Les membres du parlement israélien, la Knesset, du parti Jewish Power de Ben-Gvir ont ouvertement applaudi le pogrom.

L’un de ces législateurs, Zvika Fogel, a déclaré : « Un Huwwara fermé et brûlé, c’est ce que je veux voir ».

Limor Son Har-Melech, un autre représentant élu du pouvoir juif, a qualifié le pogrom de “cri juste de centaines d’habitants de Samarie”. Israël se réfère à la Cisjordanie comme étant la Judée et la Samarie.

Le pogrom de Huwwara a eu lieu pendant une période de protestations massives des Israéliens contre Benjamin Netanyahu et le gouvernement qu’il dirige, qui a déclaré une sorte de guerre à la haute cour de l’État.

On estime que 250 000 personnes sont descendues dans les rues en une journée de protestation ce mois-ci, dans le cadre d’une série de manifestations en cours.

Parmi ceux qui se sont joints aux manifestations, il y a Yair Lapid, l’ancien Premier ministre, et Benny Gantz, l’ancien ministre de la Défense. Gantz, alors à la tête de l’armée israélienne, a supervisé une attaque contre Gaza en 2014 qui, selon ses propres mots, a causé tant de destructions que des parties du territoire ont été « retournées à l’âge de pierre ».

Lapid, Gantz et d’autres politiciens désormais dans l’opposition cherchent à isoler Ben-Gvir et Smotrich. L’opposition a dépeint la violence à Huwwara comme un exemple du racisme extrême qui est censé être en contradiction avec ses valeurs libérales.

Du point de vue palestinien, le pogrom de Huwwara n’est pas quelque chose d’anormal. C’est plutôt le résultat logique du projet colonial sioniste en Palestine.

Les colons israéliens – les colonisateurs seraient sans doute un mot plus exact – ne sont pas un groupe de hors-la-loi en Israël. Ils sont un outil stratégique dans la mise en œuvre des politiques poursuivies par les gouvernements israéliens successifs.

Les objectifs de ces politiques ont été de voler des terres et d’expulser des Palestiniens.

Ce qui est nouveau, c’est que les colonisateurs les plus purs et durs occupent désormais une position de pouvoir immense. Ben-Gvir et Smotrich sont eux-mêmes des colonisateurs, vivant dans des colonies illégales au regard du droit international.

Les colons n’agissent pas seuls. B’Tselem, un groupe israélien de défense des droits de l’homme, a souligné comment les colons bénéficient de la coopération. “Les colons mènent l’attaque, les militaires la sécurisent, les politiciens la soutiennent.”

B’Tselem a rejeté l’idée que l’État israélien a en quelque sorte perdu le contrôle. “C’est exactement à quoi ressemble le contrôle israélien”, a déclaré le groupe, ajoutant que “le pogrom de Huwwara était une manifestation extrême d’une politique israélienne de longue date”.

La violence est nécessaire pour atteindre l’objectif de l’État de vider la Palestine de sa population indigène, afin qu’elle puisse être remplacée par des colons étrangers.

Souvent, les colons ne représentent pas les institutions officielles. Ils ne sont donc pas confinés par des règles. Ils commettent sans retenue des crimes contre les Palestiniens.

Le pogrom de Huwwara rappelle étrangement la violence qui s’est produite dans la période menant à l’établissement d’Israël en 1948.

Toute une série de massacres ont été perpétrés par les forces sionistes à cette époque. Le plus tristement célèbre est le massacre de Deir Yassin, un village de la région de Jérusalem.

Le bain de sang d’avril 1948 à Deir Yassin a semé la terreur dans le cœur des civils. C’était un facteur important dans la Nakba, l’énorme déplacement de Palestiniens.

Israël est un État fondé sur des massacres.

Le différend politique israélien actuel oppose deux camps.

Un camp – les colons extrémistes incarnés par Ben-Gvir et Smotrich – exprime clairement et explicitement la vérité du projet colonial sioniste. L’autre camp croit également à la même stratégie de violence coloniale implacable contre les Palestiniens, mais se peint d’une couche de valeurs libérales.

Ce revêtement rend le deuxième camp préférable pour les gouvernements occidentaux.

Les « libéraux » les plus en vue d’Israël au cours des dernières décennies – Benny Gantz, Ehud Barak, Ehud Olmert, Tzipi Livni – ont tous été impliqués dans le meurtre de civils palestiniens, la punition collective, la construction et l’expansion de colonies et d’autres efforts visant à nier les droits fondamentaux des Palestiniens. quand ils étaient au pouvoir.

Jonathan Ofir, un commentateur antisioniste incisif, l’a bien dit :

« Les Israéliens et tous les autres ont raison d’être choqués par la nature génocidaire explicite des propos de Smotrich. Mais les Israéliens justes, libéraux et indignés devraient bien se regarder dans le miroir, pour voir à quel point la veine fasciste de Smotrich vit en eux.

Depuis plus d’un an maintenant, il y a eu une recrudescence notable de la violence israélienne en Cisjordanie. La formation d’un nouveau gouvernement israélien ouvertement raciste, qui soutient clairement les colons et encourage plus de violence contre les Palestiniens, a contribué à créer une certaine atmosphère.

Cette atmosphère est mûre pour plus de dépravation de la part des colons. Personne ne serait surpris si le pogrom de Huwwara était suivi d’actes d’agression similaires de la part des colons, qui ont maintenant un meilleur accès au gouvernement et se sentent politiquement plus forts qu’auparavant.

Mais il y a une autre histoire à raconter. C’est l’histoire de Palestiniens déterminés à empêcher une nouvelle Nakba.

Les sept dernières décennies ont appris aux Palestiniens que le prix de la résistance est bien inférieur au prix de la peur ou au prix de la fuite.

Il y a eu une recrudescence notable des activités de résistance des Palestiniens ces derniers temps. Les Palestiniens sont constamment confrontés aux forces d’occupation israéliennes.

Les mois et les années à venir seront sans aucun doute douloureux. Nous assistons à une augmentation du niveau de terreur pratiqué par les colonisateurs israéliens.

Mais cette période comporte aussi de nombreuses opportunités pour une nouvelle phase dans la lutte palestinienne contre les colonisateurs.

Publié pour la première fois à l’Electronic Intifada.

Source: https://redflag.org.au/article/face-facts-israel-relies-settler-violence

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire