Faire passer la fabrication de véhicules électriques sur la voie rapide

0
171

Les années 2020 ont commencé par une pandémie et une guerre sur le continent européen. Alors que le premier a favorisé la double transition verte et numérique, l’impact du second sur les objectifs nets zéro n’est toujours pas clair. Le secteur automobile a été touché par les deux crises. La guerre de la Russie contre l’Ukraine a encore exacerbé les pressions commerciales et de production résultant de la pandémie de Covid-19. Entre autres, cela a aggravé l’énorme pénurie de puces à semi-conducteurs, qui déjà en 2021 a réduit la production de l’industrie de 8 millions de véhicules dans le monde.

Alors que de nouvelles perturbations sont attendues dans la fabrication mondiale de véhicules électriques et de véhicules à moteur à combustion en raison de la pénurie de matières premières cruciales extraites en Russie et en Ukraine, l’urgence climatique n’a pas disparu et la transition vers des émissions nettes nulles doit progresser. Avec 74 % des principaux marchés d’exportation slovaques annonçant des interdictions de vente de véhicules ICE d’ici 2035, l’industrie automobile slovaque devra s’adapter aux nouvelles circonstances.

Le nouveau rapport GLOBSEC intitulé “Slovakia Automotive Industry 2.0: The Time is Now to Retool for the E-Mobility Era” sort à ce moment historique critique. Dans le contexte des perturbations du commerce et de l’approvisionnement, il décrit les facteurs qui pourraient contribuer à tirer parti de la capacité slovaque pour passer à la production de véhicules électriques d’ici 2040 et au-delà. La recherche souligne également que l’incapacité à s’adapter aux nouvelles circonstances, dans le pire des cas, peut entraîner une chute du PIB national à un niveau inférieur de 10 % à celui du meilleur scénario. L’emploi total pourrait chuter de 4,5 % par rapport aux niveaux de 2020.

Récemment, Globsec a organisé l’événement de lancement de l’étude, réunissant des décideurs politiques, des experts des secteurs privé et public et d’autres parties prenantes concernées pour discuter des défis et opportunités urgents émanant de la vague de transformation dans le secteur automobile.

Vice-président de la Commission européenne pour les relations interinstitutionnelles Maros Sefcovic a ouvert la réunion avec une déclaration claire : « Il faut agir rapidement. La Slovaquie doit envoyer un signal politique clair indiquant que le pays a besoin, veut et travaillera sur l’investissement dans les batteries, car il le considère comme crucial pour l’avenir de son économie. De nombreux pays avancent à pas de géant et il sera difficile de rattraper leur retard aujourd’hui ».

Le commissaire a également souligné que le marché des batteries représentera à lui seul 250 milliards d’euros par an, la valeur ajoutée de l’industrie des batteries s’élevant à 625 milliards d’euros par an.

GLOBSEC Vice-président Conseil d’administration Vazil Hudak, a déclaré : “L’un des plus grands défis pour l’automobile en Slovaquie sera de transformer son ancrage économique et son identité nationale – le véhicule de tourisme – pour répondre aux exigences de mobilité mondiale de l’avenir”. Il a également ajouté que “cela sera de plus en plus important du point de vue des événements actuels”.

Alors que la Pologne, la Hongrie et la Suède ont déjà sécurisé des giga-usines, l’Allemagne, la France, l’Espagne et la République tchèque s’apprêtent à construire les leurs. Dans ce contexte, la Slovaquie doit agir maintenant. Le pays devrait faire tout son possible pour envoyer un signal indiquant qu’il est prêt à investir dans la construction de giga-usines, la reconversion et le perfectionnement de la main-d’œuvre et le développement de solutions énergétiques à faible émission de carbone pour tirer parti de cette opportunité de transformation.

À un niveau plus large, il convient de noter que l’UE occupe actuellement une position favorable en matière d’électromobilité. Cependant, comme les États-Unis ont une industrie et un capital d’innovation solides, ils devraient progresser très rapidement. L’investissement dans l’industrie électrique en Europe est 2,5 fois plus important qu’en Chine, bien que le marché soit plus important. Ce qui fera la différence, c’est que chaque batterie fabriquée en Europe aura un passeport numérique, qui précisera l’origine des minéraux, quelle est leur empreinte carbone, etc. Cela sera essentiel pour mettre en pratique le concept de durabilité compétitive. Par conséquent, l’UE aura un avantage concurrentiel sur la durabilité, et non sur le prix, où la position de départ est meilleure que les États-Unis et la Chine.

Pour que l’UE tire parti de son avantage et encourage la production de véhicules électriques, plusieurs mesures concrètes sont nécessaires dès que possible :

  1. Élaboration d’une réglementation européenne sur les batteries.
  2. Adopter une stratégie de sécurisation des matières premières, prenant en compte les enseignements tirés des perturbations passées et en cours.
  3. Introduire une stratégie de requalification ou de perfectionnement des travailleurs dans toute l’Europe pour soutenir la transition des tâches peu qualifiées vers des tâches hautement qualifiées.
  4. Élaboration d’un plan de recyclage des batteries et de gestion des déchets.

Le défi de passer des ICE à la production de VE nécessite des investissements, de l’expertise, un transfert de connaissances et surtout de la volonté politique. Si un tel défi était correctement relevé, les opportunités à moyen et à long terme dépasseraient les difficultés et les pertes tant au niveau national qu’au niveau de l’UE.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire