Le Tripwire des frontières irlandaises

0
70

Source de la photographie : Baldeadly – Domaine public

Je me promenais un jour au plus fort des troubles dans les années 1970 avec un ami à South Armagh près de la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Mon ami, qui était de la région, a déclaré qu’il avait un grand potentiel touristique et n’était pas aussi dangereux que les gens l’imaginaient “bien que vous deviez faire attention aux fils-pièges”.

Il faisait référence à de véritables fils de déclenchement physiques attachés à des bombes géantes en bordure de route qui faisaient du sud de l’Armagh l’endroit le plus dangereux pour les soldats britanniques de toute l’Irlande du Nord. Cette époque est révolue depuis longtemps et la frontière terrestre longue de 300 milles qui serpente entre le Nord et la République a cessé depuis 20 ans d’être un lieu de bombardements et de fortifications.

Mais les questions relatives à la frontière irlandaise, la partition de l’Irlande, la frontière commerciale de la mer d’Irlande tant détestée par les syndicalistes, sont toujours des fils-pièges politiques capables de faire exploser une petite ou une grande crise. Pourtant, les politiciens du Parti conservateur ont été extraordinairement cavaliers sur la façon dont ils traitent la frontière irlandaise, négligents lorsque le Brexit en 2016 a rouvert la question de la partition irlandaise et indifférents à nouveau lorsque Boris Johnson a persuadé un parti unioniste démocrate (DUP) crédule qu’il ne permettrait jamais un nouvelle frontière maritime en mer d’Irlande.

Aujourd’hui, la ministre des Affaires étrangères Liz Truss menace de supprimer unilatéralement des éléments clés du protocole d’Irlande du Nord. Cette décision sera considérée avec scepticisme en Irlande du Nord comme une vague d’Union Jack visant à renforcer les références patriotiques de Truss – et son hostilité envers l’UE – en cas de course à la direction des conservateurs. En pratique, le gouvernement de Westminster encouragera le DUP à faire preuve d’intransigeance quant à son entrée dans l’exécutif d’Irlande du Nord jusqu’à ce que le protocole soit abandonné.

C’est en quelque sorte censé sauver l’accord du Vendredi saint parce que l’opinion publique en Irlande du Nord est contre, malgré le fait que 54 des 90 membres nouvellement élus de l’Assemblée du Nord acceptent le protocole tel qu’il est. Le DUP a placé l’opposition au Protocole au cœur de sa campagne électorale. Mais cela ne lui a pas fait de bien dans les sondages où il y a eu une forte chute de sa part de voix.

Le Sinn Féin a remporté 27 sièges à l’Assemblée et recueilli 250 388 votes de première préférence contre 25 sièges et 184 000 votes pour le DUP. Le Sinn Féin peut désormais revendiquer le poste de Premier ministre dans tout nouvel exécutif dans le cas peu probable où le DUP n’opposerait pas son veto à sa formation.

L’une des luttes portait sur la question de savoir qui détient le pouvoir en Irlande du Nord où, au cours du premier demi-siècle de son existence, les catholiques étaient des citoyens de seconde classe dans un État orange. Cet État sectaire est mort depuis longtemps, même si de nombreux syndicalistes ne l’ont jamais accepté.

La deuxième lutte concerne la position constitutionnelle de l’Irlande du Nord et la légitimité de l’État dans son ensemble. Le Brexit a fait de la partition un problème international pour la première fois. C’est ce conflit qui couve que Truss et le gouvernement britannique menacent de raviver – bien qu’il soit impossible de dire avec quel degré de sérieux. Le gouvernement britannique peut être heureux d’avoir des frictions permanentes dans ses relations avec la République d’Irlande et l’UE, mais pas avec les États-Unis avec Joe Biden comme président.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/17/the-tripwire-of-irish-borders/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire