Le chef des droits de l’homme de l’ONU effectuera un voyage historique dans la région chinoise du Xinjiang | Actualités ouïghoures

0
202

La visite de Michelle Bachelet marque le premier voyage en Chine d’un commissaire des droits de l’homme de l’ONU depuis 2005.

Le chef des droits de l’homme de l’ONU se rendra lundi en Chine pour une visite tant attendue dans la région nord-ouest du Xinjiang, où Pékin a été accusé d’abus contre la minorité ouïgoure, majoritairement musulmane.

La mission de six jours de la Haute-Commissaire aux droits de l’homme Michelle Bachelet fait suite à des années de demandes d’accès “significatif et sans entraves” à la zone, où l’ONU a déclaré qu’en 2018, des millions de Ouïghours avaient été détenus dans des “centres de lutte contre l’extrémisme” et de “rééducation”. camps ».

La visite, confirmée vendredi par le bureau de Bachelet, marque le premier voyage en Chine d’un chef des droits de l’homme de l’ONU depuis que Louise Arbour s’est rendue dans le pays en 2005.

“Au cours de sa visite, la Haut-Commissaire doit rencontrer un certain nombre de hauts responsables aux niveaux national et local”, a indiqué le bureau de Bachelet dans un communiqué, ajoutant qu’elle “rencontrerait également des organisations de la société civile, des représentants d’entreprises, universitaires et donner une conférence aux étudiants de l’Université de Guangzhou.

Bachelet, qui réclame l’accès à toutes les régions de Chine depuis son entrée en fonction en 2018, a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude face aux allégations d’abus généralisés au Xinjiang. Mais elle a également été critiquée pour ne pas avoir adopté une position assez ferme avec la Chine, et sa propre enquête sur la situation dans ce pays n’a pas encore été publiée.

Des groupes de défense des droits de l’homme ont déclaré que les conditions de la visite du commissaire de l’ONU n’avaient pas été divulguées et ont exprimé leur inquiétude quant au fait que les autorités chinoises, qui ont toujours insisté sur le fait qu’elles n’étaient intéressées que par une “visite amicale”, pourraient manipuler le voyage.

Les États-Unis ont déclaré vendredi qu’ils étaient “profondément préoccupés” par la visite sur la base d’une compréhension des restrictions auxquelles le chef de l’ONU sera soumis en Chine, et ont appelé Bachelet à publier son rapport sur le Xinjiang, où les États-Unis ont déclaré que Pékin commettait un génocide. contre les Ouïghours.

Dans une lettre ouverte signée par plus de 40 législateurs de 18 pays, l’Alliance interparlementaire sur la Chine, a accusé Pékin d’organiser une “tournée à la Potemkine” qui risquait de miner la crédibilité du bureau de Bachelet. Les mesures restrictives imposées par la Chine pour lutter contre des dizaines d’épidémies de COVID-19 pourraient également être utilisées pour limiter les déplacements et les réunions de Bachelet, ont-ils averti.

Les groupes de défense des droits ont également exprimé leur scepticisme.

“Il n’est pas crédible que le gouvernement chinois permette au haut-commissaire de voir tout ce qu’il ne veut pas qu’elle voie, ou permette aux défenseurs des droits humains, aux victimes et à leurs familles de lui parler en toute sécurité, sans surveillance et sans crainte de représailles”, Sophie Richardson, directeur de Human Rights Watch pour la Chine, a déclaré dans un communiqué.

“Camps de rééducation”

Pékin mène depuis des années une répression dans la région au nom de l’éradication du soi-disant terrorisme et du développement de l’une des régions les plus pauvres du pays.

Les militants des droits de l’homme accusent le Parti communiste au pouvoir en Chine d’abus généralisés au Xinjiang au nom de la sécurité, notamment le confinement des personnes dans des camps d’internement, la séparation forcée des familles et la réalisation de stérilisations forcées.

Pékin n’a pas nié l’existence d’un internement de masse, affirmant que les installations sont des “centres de formation professionnelle” nécessaires pour “contrer” l’extrémisme et améliorer les moyens de subsistance.

Les autorités chinoises ont déclaré fin 2019 que la plupart des “stagiaires” avaient “diplômé” des centres, mais une étude de l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) publiée l’année suivante a révélé que le réseau de détention était plus important qu’on ne le pensait initialement et en expansion. À l’aide d’images satellite, de témoignages, de reportages dans les médias et de documents officiels d’appel d’offres pour la construction, l’ASPI a déclaré avoir identifié plus de 380 “centres de détention présumés” dans la région.

Une équipe avancée de l’ONU s’est rendue en Chine il y a plusieurs semaines pour préparer la visite de Bachelet.

Bachelet, qui n’aura pas besoin de se mettre en quarantaine, ne se rendra pas à Pékin en raison des restrictions COVID mais ira à Kashgar et Urumqi au Xinjiang.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/20/un-rights-chief-to-make-landmark-trip-to-chinas-xinjiang-region

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire