Gaza, le cimetière des enfants

0
102

Quelles que soient vos convictions politiques, la réalité est que les pires guerres de ce siècle ont un fil conducteur : l’intervention occidentale, l’instigation ou l’enchevêtrement historique.

Les deux guerres majeures d’aujourd’hui – l’Ukraine et la Palestine-Israël – ne sont pas différentes. L’Occident, dirigé par les États-Unis, n’a pas été impliqué dans la capacité de son rôle autoproclamé d’artisan de la paix mondiale. Au lieu de cela, elle a joué un rôle que la majorité du monde considère comme égoïste, en incitant, en permettant et en approfondissant ces conflits.

Alors que les horreurs de l'assaut de trois semaines contre la population civile de Gaza stupéfient et engourdissent la population mondiale, les observateurs du monde entier se demandent pourquoi et comment les puissances occidentales ont fait obstacle aux appels à un cessez-le-feu, c'est-à-dire pour qu'un pays civilisé Le monde peut simplement mettre un terme aux meurtres vengeurs quotidiens pour sauver la vie de personnes innocentes, principalement des enfants.

En fait, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a averti que la bande de Gaza est en train de devenir rapidement « un cimetière pour les enfants ». Lui aussi a de nouveau appelé à un cessez-le-feu humanitaire immédiat. Pour ses remarques, il a été attaqué par Israël et lui a demandé de démissionner.

Le blocage d’une option de cessez-le-feu par les puissances occidentales a mis au premier plan une question récurrente : quelles sont les raisons de la faillite morale des sociétés occidentales, et en particulier de leurs dirigeants politiques ? Cette question est posée partout dans le monde, y compris par certains des plus grands intellectuels publics occidentaux.

Mes amis européens et américains issus de diverses institutions ont posé la même question dans des groupes de discussion sur les réseaux sociaux, mais se sentent incapables d'exprimer publiquement leurs inquiétudes chez eux. Malgré toutes les démagogies autour de la liberté d’expression en Occident, un obstacle évident se présente ici : la peur d’être accusé d’antisémite est profonde, même si l’on demande simplement que l’effusion de sang cesse.

L'accusation abusive d'antisémitisme portée contre quiconque remet en question les crimes d'Israël contre les Palestiniens doit être contestée afin qu'elle ne soit pas normalisée à travers le monde. C’est ce qui a réduit au silence de nombreuses personnes en Occident et permis aux politiciens de perdre leur sens moral. Il n’est pas antisémite de critiquer les crimes de guerre commis par un gouvernement qui a supervisé le meurtre de milliers d’enfants en l’espace de quelques semaines. Dans le même ordre d’idées, la condamnation des actions du Hamas ne doit pas être considérée comme anti-islam.

Qualifier d’antisémites les critiques d’Israël simplement parce qu’ils s’opposent à une occupation brutale et à un génocide revient à déshonorer les millions de Juifs qui ont payé le prix le plus élevé dans l’Europe fasciste. Les crimes commis contre le peuple juif ont été infligés par des Européens et non par des Arabes, des Asiatiques ou des Africains. Ils n’ont aucun lien historique ou sociopolitique avec la haine perverse qu’est l’antisémitisme.

La réalité est qu’il y a un déclin accéléré de la qualité du discours politique en Occident en raison d’une schizophrénie complexe liée à la confrontation à son passé (des poules qui reviennent se percher comme la question palestinienne) ; un inconfort face à son rôle changeant dans un ordre mondial en évolution rapide ; et une société post-industrielle devenue tellement individualiste ; le tout drapé dans son sentiment de supériorité. Cela s’est manifesté par la formation d’une classe politique à la fois en désaccord et déconnectée du monde en évolution, ce qui signifie qu’elle est incapable d’assumer le rôle convoité de leadership mondial. Cela s’accompagne d’une abdication sociétale plus large de la responsabilité qui accompagne ce rôle, ce qui entraîne une pénurie de dirigeants de quelque stature mondiale que ce soit. Des personnalités comme Merkel et Chirac, qui ont compris la responsabilité des dirigeants et de la diplomatie occidentale, semblent faire partie d’une race en voie de disparition.

Ce vide a mis la paix partout dans le monde en danger, non pas parce que le reste du monde se tourne vers l’Occident pour prendre le leadership, mais parce que les dirigeants occidentaux sont faibles – toujours ancrés dans la conviction que l’Occident doit maintenir son hégémonie et croire en sa supériorité sur les autres. – n’hésitent pas à recourir à l’intervention et à une force militaire supérieure pour imposer leur volonté au monde. Comme pour le Vietnam, l’Irak, l’Afghanistan et maintenant l’Ukraine et Israël-Palestine, la soi-disant « responsabilité de protéger » est apparemment un choix permettant de commettre des atrocités qui correspondent au besoin occidental de maintenir sa position dans la hiérarchie mondiale.

Même si l’on ignore l’amnésie collective de l’Occident et d’Israël en ce qui concerne l’histoire de la lutte palestinienne, l’ampleur monstrueuse des représailles infligées à une population captive – otage depuis des décennies – choque le monde, peut-être parce qu’elle est si facilement enregistrés et que tant d’enfants sont tués – les médecins palestiniens ont même inventé un acronyme pour décrire les survivants : WCNSF, qui signifie « enfant blessé sans famille survivante ».

Malgré cela, les dirigeants occidentaux ont, depuis les profondeurs d’un domaine géopolitique absurde – qu’ils se sont créé eux-mêmes – développé des récits pour justifier l’injustifiable et l’immoral. Le monde doit également rejeter cela.

Cela pourrait expliquer pourquoi, pour de nombreuses personnes dans le monde non occidental, le raisonnement suivant explique beaucoup de choses :

Le terrorisme est la guerre menée par les faibles et les opprimés contre la puissance des forts et des puissants. La guerre est la terreur déclenchée par les forts et les puissants contre les faibles et les opprimés. Tous deux recourent à la terreur de manière asymétrique pour atteindre leurs objectifs.

Il convient de rappeler qu’au début de sa création, de nombreux Israéliens ont mené une guerre de terreur contre le pouvoir de l’époque – le gouvernement britannique – et nombre de ses anciens dirigeants ont été qualifiés de terroristes.

Alors, comment un monde civilisé peut-il rester les bras croisés et assister à un massacre qui se déroule comme prévu et diffusé dans le monde entier ? Doit-il garder le silence alors que la terreur est déchaînée quotidiennement sur les civils par les acteurs étatiques ? Pourquoi les puissances occidentales n’empêchent-elles pas leur allié, Israël, de commettre ce que beaucoup considèrent comme un génocide et une violation de toutes les règles internationales de la guerre ? Le monde veut savoir et n’oubliera pas les décisions prises par les dirigeants occidentaux de ne pas mettre un terme au massacre.

La véritable diplomatie nécessite de désamorcer même les situations les plus tendues pour éviter des souffrances généralisées ; ne l'autorisant pas. Face à une situation aussi catastrophique, prendre parti n’est pas une option.

Au lieu de cela, la duplicité et la tromperie sur les questions internationales sont devenues la norme et, au cours des dernières décennies, l’Occident a établi de nouvelles normes. Il suffit de regarder les récits entourant le conflit, que les dirigeants occidentaux utilisent pour justifier les meurtres tout en leur permettant de conserver une position morale élevée.

Par exemple : compte tenu de la culpabilité de l’Europe pour des siècles de persécution des Juifs, ses dirigeants semblent prêts à blanchir leur culpabilité collective avec la vie des Palestiniens – même des enfants – et à permettre que le massacre se poursuive, refusant même d’appeler à un cessez-le-feu. Les médias européens jouent un rôle clé en s’alignant et en diffusant le message à travers le monde, un effort qui est de plus en plus considéré par beaucoup en dehors de l’Occident comme une pure propagande honteuse.

Ou, dans le cas des États-Unis, comment l’administration Biden prétend dénoncer la poursuite de la violence tout en continuant à injecter des milliards de dollars en financement et en armes en Israël. Même les diplomates américains sont furieux, comme le révèle une note divulguée : « Lorsqu'Israël soutient la violence des colons et les saisies illégales de terres ou a recours à un usage excessif de la force contre les Palestiniens, nous devons communiquer publiquement que cela va à l'encontre de nos valeurs américaines afin qu'Israël ne agir en toute impunité. »

Il n’existe pratiquement pas de mots pour décrire ce comportement dans notre lexique. Nous avons peut-être besoin de termes comme « psychose morale » ou « psychose sectaire » pour définir correctement la réponse occidentale au conflit (si le fait de retenir captif un peuple entier peut même être qualifié à juste titre de « conflit »).

C’est la même psychose qui s’est emparée de la réaction à la guerre en Ukraine, réduisant le conflit à une bataille du bien contre le mal, accompagnée d’une amnésie collective de l’histoire complexe entre la Russie et l’Ukraine et des années d’incitation de l’OTAN.

Dans le cas de l’Ukraine, l’indignation généralisée a conduit à mobiliser des ressources pour combattre la Russie et intensifier la guerre, plutôt que de lancer des pourparlers de paix, au motif qu’une invasion avait violé la règle sacrée de la souveraineté. Pourtant, lorsqu’il s’agit des Palestiniens et de Gaza, le soutien va à l’occupation, à la restriction des droits de l’homme et au permis de tuer, avec des connotations racistes si claires qu’elles pourraient tout aussi bien l’être.

La réponse occidentale à ces deux conflits a pleinement révélé l’appréciation qu’a l’Occident de son propre caractère exceptionnel, issu de siècles de domination sur le monde. Jamais auparavant dans l’ère postcoloniale la majorité mondiale n’a été exposée à la véritable nature de cet exceptionnalisme et aux conséquences dangereuses qu’il entraîne pour le reste du monde.

L’incapacité de l’Occident à partager le pouvoir avec une majorité mondiale croissante dans un ordre mondial multipolaire croissant l’a rendu profondément incertain et agressif. Il régresse vers ce pour quoi il a toujours excellé : le recours à la violence pour conserver le pouvoir.

Pour citer feu Samuel P. Huntington : « L’Occident n’a pas conquis le monde par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion. […] mais plutôt par sa supériorité dans l'application de la violence organisée. Les Occidentaux oublient souvent ce fait ; les non-Occidentaux ne le font jamais.

Cela a conduit les personnes les plus indésirables à accéder au pouvoir et à l’influence, poussées par le désir de conserver l’hégémonie et de revivre les gloires passées. De Bush à Trump et même Biden aux États-Unis, en passant par Blair, Boris Johnson et une liste d’autres dirigeants européens peu recommandables comme Josep Borell, qui a tristement dit que « l’Europe est un jardin » mais que « la majeure partie du reste du monde est un jardin ». jungle, et la jungle pourrait envahir le jardin.

Pendant ce temps, les « bons citoyens » de l’Occident ont été réduits au silence par la tyrannie du libéralisme éveillé, croyant que leurs démocraties s’auto-corrigeraient. Ce faisant, ils jouent avec la vie de millions de personnes à travers le monde tandis que leurs dirigeants démocratiquement élus mais faibles font des ravages sur la scène mondiale. Ils ne mènent pas un bon combat chez eux pour réparer leur système défaillant et cherchent plutôt à prêcher au reste du monde à partir d’un fondement moral largement inexistant.

Pour les observateurs de la majorité mondiale, la réponse insensible des puissances occidentales aux massacres en Palestine inflige désormais une blessure béante à la crédibilité du leadership international occidental, ainsi qu’aux valeurs tant vantées de la démocratie libérale occidentale. Ses dirigeants politiques et ses citoyens moralement paralysés semblent justifiés à commettre des horreurs partout dans le monde, le tout sous la bannière de cette même démocratie.

Le peuple palestinien doit payer le prix ultime. Pour le peuple d’Israël, ses amis occidentaux le laissent tomber en ne disant pas la vérité et en l’empêchant de commettre davantage de crimes, ce qui rendra extrêmement difficile une paix durable.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/11/10/gaza-the-graveyard-for-children/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire