Gougé à la pompe à nouveau

0
51

Source photo : rulenumberone2 – CC BY 2.0

Il y a une vieille phrase très dure qui dit que “si Dieu ne voulait pas qu’ils soient tondus, il n’en aurait pas fait des moutons”. C’est dans le film classique “The Magnificent Seven” et est prononcé par le chef bandito mexicain dont le gang vole un village de paysans pauvres. Dieu n’a probablement pas grand-chose à voir avec les prix de l’essence ces jours-ci, mais une chose semble indéniable : les mégacorporations pétrolières et gazières font un excellent travail pour « tondre » les familles américaines à la pompe. Et comme les Magnificent Seven, nous avons déjà vu ce film.

Dans notre système capitaliste, on nous dit que les prix fluctuent en fonction de l’offre et de la demande – lorsque l’offre diminue ou que la demande augmente, le prix de la marchandise augmente. Théoriquement, cela est censé se produire lorsque l’inverse se produit et que l’offre dépasse la demande. Théoriquement.

Si cette théorie fonctionnait, la population ne serait pas si impitoyablement escroquée en ce moment. Rappelez-vous, l’ancien président Trump et son bras droit Ryan Zinke ont promis aux Américains que nous aurions une “domination énergétique”. Pour atteindre cet objectif téméraire, ils ont ouvert de vastes étendues de terres et d’eaux publiques à Big Oil – quels que soient les impacts environnementaux et complètement inconscients de la réalité indéniable que la combustion de plus de combustibles fossiles a déjà pollué notre atmosphère si gravement qu’elle brûle la planète à travers un climat radical. monnaie.

Il y aura sûrement ceux qui répéteront la fausse prémisse que si le président Biden n’avait pas arrêté le pipeline de sables bitumineux Keystone XL, cela ne se produirait pas. Mais cela ne tient pas compte du fait que le pétrole hautement polluant des sables bitumineux était destiné à l’exportation, et non à la consommation intérieure.

En fait, ces mêmes politiciens qui sont censés gouverner pour réaliser « le plus grand bien pour le plus grand nombre » ont décidé de lever l’interdiction de longue date d’exporter du pétrole brut. Et en effet, les États-Unis continuent d’exporter les carburants mêmes dont Big Oil nous dit maintenant qu’ils sont soudainement si rares qu’ils doivent facturer beaucoup plus pour le même gallon d’essence. Pourtant, s’il y avait vraiment une pénurie d’approvisionnement, pourquoi continuerions-nous à exporter du pétrole et du gaz au lieu de répondre d’abord aux besoins de nos citoyens?

Si l’on était intéressé à rechercher des indices sur notre toison actuelle, un article récent de PBS pourrait offrir une explication. À savoir : “ExxonMobil, Chevron et d’autres grandes compagnies pétrolières ont annoncé des bénéfices en hausse totalisant plus de 40 milliards de dollars au premier trimestre de l’année” et “de nombreuses entreprises dépensent des milliards en rachats d’actions et en versements de dividendes aux investisseurs”. Ou, comme l’a dit la députée Katie Porter de manière plus directe et réaliste : “Les grandes sociétés pétrolières font grimper les prix des familles parce qu’elles le peuvent.”

Comme indiqué dans l’article, la Chambre des représentants des États-Unis a récemment adopté un projet de loi visant à “donner au président le pouvoir de déclarer une urgence énergétique qui rendrait illégale l’augmentation des prix de l’essence et de l’énergie domestique de manière” excessive “ou abusive”. Le projet de loi ordonne à la Federal Trade Commission de punir les entreprises qui se livrent à des prix abusifs.

Pas un seul républicain n’a voté pour. Pas une. Leur réponse a été “forez plus” – apparemment indifférent au fait que notre climat surchauffé provoque déjà des méga-sécheresses, des incendies de forêt et l’extinction d’espèces à un rythme effarant et croissant.

Ils auraient aussi bien pu citer la ligne des banditos mexicains expliquant pourquoi les « moutons » des familles américaines sont si impitoyablement « tondu » par Big Oil. Après tout, s’il n’y a pas de prix abusifs, personne ne sera puni. C’est si simple. Et qu’avons-nous à perdre en enquêtant ? Rien.

Ce qui soulève la question : à qui ces soi-disant « fonctionnaires » servent-ils réellement ? La triste vérité est que pendant que les Américains se font escroquer par les grandes sociétés pétrolières, tout ce qu’ils peuvent dire, c’est “c’est tout simplement trop baaaaaad”.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/08/gouged-at-the-pump-again/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire