« Gros coup porté à la guerre de Poutine » : sanctions approuvées contre le pétrole russe | Guerre russo-ukrainienne

0
169

Le paquet de sanctions de l’Union européenne visant le pétrole, les banques et les responsables militaires russes entre en vigueur.

Une sixième série de sanctions de l’Union européenne visant le pétrole, les banques et les responsables militaires russes est entrée en vigueur vendredi.

Les mesures punitives contre le Kremlin pour avoir envahi l’Ukraine entrent en vigueur après de longues et interminables négociations pour convaincre la Hongrie et d’autres pays de l’UE enclavés d’accepter une interdiction partielle du pétrole russe.

Le paquet cible le pétrole russe livré par voie maritime et exempte le pétrole qui transite par un pipeline tel que le pipeline géant Druzhba de l’ère soviétique, qui relie la Russie à plusieurs pays d’Europe orientale et centrale.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré sur Twitter que le paquet était “un coup dur pour le trésor de guerre de Poutine”, faisant référence au président russe Vladimir Poutine.

L’embargo édulcoré sur le pétrole a été obtenu après que la Hongrie et d’autres pays enclavés ont fait pression contre une proposition d’embargo complet de l’UE sur le pétrole russe pendant près d’un mois.

L’Union européenne doit d’abord éliminer progressivement les importations de pétrole brut russe dans les six mois et de produits raffinés d’ici la fin de l’année pour couper une source majeure de revenus au Kremlin.

L’interdiction vise les deux tiers des importations de pétrole russe, selon la Commission européenne, et passera à 90% si l’Allemagne et la Pologne achèvent une élimination totale du pétrole russe d’ici la fin de l’année.

La Hongrie a également obtenu une exemption pour importer du pétrole russe d’autres sources si la Druzhba, qui traverse l’Ukraine déchirée par la guerre, était endommagée. La République tchèque a également obtenu un délai supplémentaire pour mettre en œuvre l’interdiction.

D’autres mesures liées aux sanctions pétrolières comprennent une interdiction pour les entreprises de l’UE de fournir une assurance pour l’expédition de pétrole russe afin d’empêcher le contournement des sanctions avec des pays extérieurs au bloc.

“Les limites de la politique étrangère”

Le bloc a également interdit aux entreprises de l’UE de fournir des services professionnels à la Russie, y compris des services de relations publiques tels que le lobbying.

D’autres mesures concernant la Russie impliquent l’élargissement des restrictions technologiques à l’exportation pour inclure la fabrication de produits chimiques en raison du risque de développement d’armes chimiques.

La Hongrie a également réussi à faire pression sur l’UE pour qu’elle abandonne les sanctions contre le chef de l’Église orthodoxe russe, le patriarche Kirill, dans sa dernière série de mesures punitives.

La Hongrie a fait pression à la dernière minute pour exempter Kirill, un fervent partisan de Poutine, mercredi, après que les dirigeants européens sont parvenus à un accord politique sur le paquet plus tôt cette semaine lors d’un sommet spécial.

Borrell a déclaré sur Twitter que la destitution du patriarche montre les “limites d’une politique étrangère basée sur l’unanimité”, une critique d’une politique de sanctions nécessitant le plein accord de tous les États membres de l’UE.

Cependant, Alina Kabaeva, présidente du conseil d’administration du Groupe national des médias russes et ancienne gymnaste “étroitement associée” à Poutine, selon l’UE, est visée par des sanctions.

Le colonel-général russe Mikhail Mizintsev est également visé pour son bombardement de la ville ukrainienne de Marioupol.

Kabaeva et Mizintsev ont rejoint 65 nouvelles personnes et 18 entités frappées d’un gel des avoirs de l’UE et d’une interdiction de voyager depuis le bloc. Au total, l’UE a sanctionné 1 158 personnes et 98 entités dans le cadre de l’invasion russe de l’Ukraine.

Le paquet de sanctions expulse également la plus grande banque russe, Sberbank, de SWIFT, un système international de communication financière, interdit trois autres radiodiffuseurs publics russes et sanctionne les personnes responsables de crimes de guerre présumés en Ukraine.

Cinq séries de sanctions précédentes visaient l’économie russe, le système financier, la banque centrale, de hauts responsables gouvernementaux, ainsi que Poutine et son entourage.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/3/sixth-eu-sanctions-round-formally-approved-with-russian-oil-ban

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire