HRW accuse la milice du M23 de viol et découvre des fosses communes en RD Congo | Actualités sur les droits de l’homme

0
213

Le groupe affirme que les meurtres et les viols du M23 dans l’est de la RD Congo sont renforcés par le soutien militaire des responsables rwandais.

Human Rights Watch (HRW) a publié un rapport accablant accusant la milice du M23 d’avoir commis des meurtres, des viols et « d’autres crimes de guerre » dans l’est instable de la République démocratique du Congo ces derniers mois.

Dans le rapport publié mardi, HRW a déclaré avoir jusqu’à présent “documenté huit homicides illégaux et 14 cas de viol” par des combattants du M23.

L’année dernière, les Nations Unies ont accusé le groupe d’avoir exécuté au moins 131 personnes en novembre en représailles aux affrontements entre le M23 et des groupes armés rivaux. Le bureau des droits de l’homme de l’ONU a ensuite déclaré que 171 civils avaient été exécutés au cours des dix derniers jours de novembre.

En avril et mai, après le retrait du groupe de Kishishe, HRW a utilisé des photos, des vidéos, des témoignages et des images satellites pour établir la présence de 14 charniers dans le village.

Le groupe – dont les membres sont majoritairement des Tutsis du Rwanda – a capturé des pans de territoire dans la province du Nord-Kivu en RDC depuis qu’il a pris les armes fin 2021 après des années de sommeil, avec plus d’un million de personnes déplacées par les combats.

La RDC accuse le Rwanda de soutenir le M23. Des experts indépendants de l’ONU et plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis, sont d’accord avec Kinshasa. Mais Kigali continue de nier ces allégations.

“Le Conseil de sécurité des Nations Unies devrait ajouter les dirigeants du M23, ainsi que les responsables rwandais qui aident ce groupe armé abusif, à la liste de sanctions existante du conseil”, a déclaré HRW dans un communiqué mardi.

“Les meurtres et les viols incessants du M23 sont renforcés par le soutien militaire que les commandants rwandais fournissent au groupe armé rebelle”, a déclaré Clémentine de Montjoye, chercheuse sur l’Afrique à l’Observatoire des droits basé à New York.

L’une des survivantes était une femme de 46 ans qui a été violée en février. « Alors qu’ils me violaient, l’un d’eux a dit : ‘Nous sommes venus du Rwanda pour te détruire’ », a-t-elle raconté.

Sa mère de 75 ans a été abattue pour avoir refusé de laisser les combattants du M23 avoir des relations sexuelles avec elle.

Pendant ce temps, le M23 a nié les allégations dans un communiqué et a accusé le chien de garde de chercher à ternir son image.

Kigali a également rejeté le rapport de HRW.

“Le Rwanda ne se laissera pas intimider par ces campagnes de désinformation et de détournement des efforts de paix régionaux en cours”, a déclaré la porte-parole du gouvernement, Yolande Makolo, à l’agence de presse AFP.

Le rapport de HRW a également affirmé que des groupes soutenus par le gouvernement de la RDC dans la lutte contre le M23, étaient également coupables de viols sur des civils.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/6/14/hrw-accuses-m23-militia-of-rape-other-war-crimes-in-dr-congo

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire