Hypocrisie à propos des Houthis | Drapeau rouge

0
76

Les États-Unis et la Grande-Bretagne proclament que les attaques concertées qu’ils ont lancées contre les positions militaires des Houthis au Yémen visent toutes à défendre noblement le « droit international ». En cela, bien sûr, ils bénéficient du soutien sans réserve du gouvernement travailliste d'Albanais et de l'opposition libérale de Peter Dutton.

Pourtant, les puissances impérialistes, toujours avec le soutien de l’Australie, sont plus qu’heureuses d’ignorer ce même droit international lorsqu’il s’agit de la Palestine. Ils permettent à Israël de le défier en toute impunité avec son expansion incessante des colonies illégales en Cisjordanie, ses meurtres répétés de civils palestiniens par des bandes armées de colons et ses attaques meurtrières contre des hôpitaux, des écoles, des camps de réfugiés, des mosquées et des églises au cours de la guerre. sa guerre génocidaire contre Gaza.

Ce double standard n’est pas une erreur regrettable de la part de Joe Biden et Cie. Il reflète la réalité selon laquelle il existe quelque chose de bien plus sacré pour les puissances capitalistes occidentales que le droit international : le profit et la domination stratégique sur le Moyen-Orient.

Les actions des Houthis en solidarité avec les Palestiniens n’ont pas entraîné la mort de dizaines de milliers de civils non armés ni laissé 2 millions de personnes sans abri. Les Houthis ont toutefois perturbé le passage ordonné des pétroliers dans le canal de Suez et la mer Rouge, réduisant ainsi les bénéfices. Pour les puissances impérialistes, il s’agit d’un crime bien plus terrible que le nettoyage ethnique de Gaza.

C’est pour les mêmes raisons de puissance stratégique et de protection des profits que les États-Unis ont longtemps armé Israël jusqu’aux dents et soutenu sa dépossession du peuple palestinien. Les vies des Palestiniens ne comptent pas lorsqu’il s’agit d’assurer le contrôle impérialiste sur le Moyen-Orient riche en pétrole.

Le Yémen lui-même souffre depuis longtemps de l’intervention impérialiste. Il n’est pas étonnant qu’il s’agisse aujourd’hui du pays le plus pauvre du monde arabe.

L'armée britannique s'est emparée d'Aden, dans le sud du Yémen, en 1839. Le port d'Aden était vital pour le contrôle de la marine britannique sur la route maritime vers l'Inde, le joyau de la couronne de l'empire.

Les Britanniques ont été confrontés à des révoltes tribales répétées, qu’ils ont impitoyablement réprimées – d’abord avec des troupes terrestres, puis au XXe siècle avec des bombardements dévastateurs sur des villageois sans défense. Cependant, dans les années 1950, un puissant mouvement ouvrier avait émergé.

Les syndicats ont lancé des grèves de masse répétées pour améliorer le niveau de vie et finalement une insurrection contre la domination britannique. Dans les années 1960, une guérilla éclate. Malgré une répression sauvage, les Britanniques ne parviennent pas à écraser la rébellion. Fin 1967, ils furent contraints d’évacuer le Yémen du Sud.

Dans le nord, qui était alors un pays séparé, une révolte nationaliste avait renversé la monarchie réactionnaire et instauré la République arabe du Yémen. Les Britanniques, les Israéliens et les monarchies saoudiennes et jordaniennes ont armé et financé une révolte islamiste réactionnaire contre le gouvernement républicain, qui a conduit à une guerre dévastatrice.

Les guerres se sont succédées au cours des décennies suivantes, prolongées par les alliances changeantes des forces locales rivales et de leurs soutiens impérialistes opportunistes – les États-Unis et la Russie, ainsi que diverses puissances régionales, dont les Saoudiens et l’Égypte.

En 1978, Ali Abdullah Saleh devient président du Yémen du Nord ; en 1990, le pays a été unifié sous le régime dictatorial de Saleh. Avec le soutien ponctuel de l’Occident, Saleh a maintenu son régime corrompu pendant 33 ans grâce à des alliances opportunistes, en dressant un groupe tribal ou une secte religieuse contre un autre et en recourant à une répression brutale.

Puis, en 2011, inspirée par les révoltes qui ont balayé la région au cours du Printemps arabe, une rébellion de masse a éclaté contre le régime de Saleh. Jour après jour, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer la chute du régime.

La révolte démocratique qui a balayé le pays a offert l'espoir d'un monde meilleur aux travailleurs, aux jeunes et aux ruraux pauvres du Yémen. Cela en faisait une menace non seulement pour Saleh, mais aussi pour Washington et le régime saoudien, qui sont intervenus pour assurer la « stabilité régionale ».

Ils ont divisé les forces d'opposition, acheté divers opportunistes et porté au pouvoir le vice-président de Saleh, Abdrabbuh Mansur Hadi. Le régime de Hadi a survécu quelques années avant d'être renversé par les combats incessants.

Les Houthis, qui menaient depuis longtemps une guerre dans le nord rural contre le régime de Saleh, sont devenus une force sérieuse. Les Houthis sont un groupe tribal ou clanique adhérant au courant minoritaire Zaydi de l’islam chiite.

La guerre des Houthis contre Saleh n’était pas une simple affaire religieuse ; après tout, Saleh lui-même venait de la communauté Zaydi. C’était le résultat d’une querelle au sein de l’élite du Nord à propos de griefs locaux.

Les Houthis ne sont pas non plus, comme ils sont communément décrits dans la presse occidentale, de simples marionnettes du régime iranien. Bien qu’ils soient plus qu’heureux de recevoir des armes iraniennes, ils opèrent principalement sur la base de leurs propres intérêts locaux.

Mais les Houthis ne sont pas non plus une force de libération démocratique. Ils imposent un régime dictatorial sévère dans les régions qu’ils conquièrent et, entre 2015 et 2017, ils ont formé une alliance avec leur ancien rival, le vieux dictateur Saleh.

Les actions des Houthis en faveur des Palestiniens sont populaires parmi la population yéménite et révèlent l’échec de l’Égypte, de l’Arabie saoudite et des autres régimes arabes beaucoup plus puissants à lever le petit doigt pour mettre fin au génocide à Gaza. Mais les attaques des Houthis contre les transports maritimes occidentaux sont également utiles pour détourner le mécontentement populaire à l’égard de leur régime.

En 2014, l’armée des Houthis a chassé le gouvernement Hadi de la capitale, Sanaa, surfant sur une vague de révolte populaire. Dans le sud, ils font face à une coalition hétérogène de forces locales soutenues par les Saoudiens et les Émirats arabes unis.

Les Saoudiens pensaient que les livraisons massives d’armes de haute technologie qu’ils recevaient des puissances occidentales leur permettraient d’écraser facilement les Houthis. Mais malgré des dizaines de milliards dépensés pour la guerre, les Saoudiens et leurs alliés n’étaient pas à la hauteur des guérilleros Houthis aguerris.

Les Saoudiens tentent actuellement de parvenir à un accord avec les Houthis ; une trêve fragile est désormais en place. Cela rend les Saoudiens loin d’être enthousiasmés par les attaques américaines et britanniques contre les Houthis, car ils craignent qu’elles puissent relancer une guerre à laquelle ils cherchent désespérément à mettre fin.

Près d’une décennie de guerre et de famine a dévasté le Yémen, coûtant environ 400 000 vies. Plus de 4 millions de personnes ont fui leur foyer.

Les dernières attaques américaines et britanniques ne feront qu’ajouter à cette misère. Les puissances occidentales ne s’intéressent pas du tout à la démocratie, à la paix, à la sécurité ou à une vie décente pour les peuples du Moyen-Orient.

Leur seule préoccupation est de protéger leur richesse et leur pouvoir impérial. Si cela signifie la famine au Yémen et le génocide à Gaza, alors le prix en vaut la peine, comme l’a dit notoirement la secrétaire d’État américaine de l’époque, Madeleine Albright, pour défendre les sanctions américaines qui ont tué 500 000 enfants irakiens dans les années 1990.

Source: https://redflag.org.au/article/hypocrisy-about-houthis

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 4 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire