ICE vous a probablement espionné

0
44

Ayant grandi dans la banlieue sud de la Californie, la surveillance gouvernementale ne m’a jamais inquiété. Mais mes parents syro-américains étaient plus prudents. Ils me mettaient souvent en garde contre le fait de parler de politique au téléphone – au cas où Big Brother espionnerait.

Adolescente, j’ai rejeté leurs inquiétudes. « Écoutez, nous ne sommes pas au Moyen-Orient », répondrais-je.

Mes parents savaient mieux cependant. J’ai rapidement reçu un réveil brutal à la suite des attentats du 11 septembre.

Près de 1 200 personnes, pour la plupart des musulmans, ont été arrêtées et détenues après les attaques, souvent pendant des mois sans inculpation. Les Arabes et les Sud-Asiatiques ont été victimes de profilage racial et expulsés pour des infractions mineures en matière d’immigration. Le FBI a commencé à surveiller les mosquées à travers l’Amérique.

Dans le cadre des réformes de la sécurité intérieure après le 11 septembre, le Congrès a créé l’agence américaine de l’immigration et des douanes (ICE) en 2003 pour lutter ostensiblement contre le terrorisme et faire appliquer la loi sur l’immigration. Mais la vérité est que ICE a continué à utiliser son autorité nouvellement établie pour espionner presque tout le monde aux États-Unis.

Une enquête indépendante de deux ans a maintenant révélé que l’ICE a collecté des données sur des centaines de millions d’Américains sous un système de surveillance légalement – et éthiquement – discutable en grande partie en dehors de la surveillance publique.

Le Centre sur la confidentialité et la technologie de Georgetown Law a découvert ce filet après avoir déposé plus de 200 demandes en vertu de la Freedom of Information Act et examiné les dossiers contractuels d’ICE de 2008 à 2021.

Dans son rapport, publié le 10 mai, le Centre a découvert qu’ICE avait espionné la plupart des américains sans mandat et contourné de nombreuses lois étatiques sur la protection de la vie privée, comme celles de la Californie. Les auteurs concluent : “ICE fonctionne désormais comme une agence de surveillance nationale”.

ICE a effectué cette surveillance en se tournant vers des tiers tels que les départements des véhicules à moteur des États, de grandes entreprises de services publics et des courtiers de données privés comme LexisNexis Risk Solutions.

À partir de ces sources, ICE a eu accès aux données de permis de conduire de 3 adultes sur 4 vivant aux États-Unis et a numérisé un tiers des photos de permis avec la technologie de reconnaissance faciale. ICE est également en mesure de consulter plus de 218 millions de dossiers de clients de services publics à travers le pays, y compris pour plus de la moitié des résidents de Californie.

Sans surprise, ce réseau de surveillance a le plus durement touché les communautés d’immigrants. L’agence a ciblé les immigrants à expulser en exploitant cruellement leur confiance dans les institutions publiques, par exemple lorsque des personnes sans papiers demandent un permis de conduire ou s’inscrivent à des services essentiels comme l’eau et l’électricité.

Ces pratiques indiquent une agence qui a clairement outrepassé ses limites. L’ICE n’a pas l’autorité du Congrès pour effectuer ce type de collecte de données en masse sur le public. Cette portée excessive souligne la nécessité d’éloigner la loi américaine sur l’immigration du statu quo axé sur les expulsions.

Malheureusement, ce programme ICE n’est pas un cas isolé. Cela fait partie d’un appareil de surveillance national plus large qui s’étend sur des décennies et sur plusieurs agences fédérales – y compris le FBI, la CIA et la NSA – et qui, en fin de compte, nous affecte tous.

Au cours des années 1960 et 1970, les agences fédérales ont espionné les manifestants anti-guerre du Vietnam et les leaders des droits civiques. Plus récemment, en 2013, le lanceur d’alerte Edward Snowden a révélé que la National Security Agency avait créé un programme de surveillance massif qui recueillait secrètement des enregistrements téléphoniques de millions d’Américains, qu’ils soient ou non soupçonnés d’actes répréhensibles.

Et en février dernier, des documents récemment déclassifiés ont révélé le propre programme secret de collecte de données en masse de la CIA pour espionner les Américains. Le type de données reste classifié, mais les sénateurs Ron Wyden (D-OR) et Martin Heinrich (D-NM) ont appelé à une plus grande transparence sur la surveillance des Américains par l’agence.

Nous devrions tous être alarmés par cet état de surveillance domestique croissant. Si rien n’est fait, cela corrode la confiance du public dans nos institutions démocratiques et sape nos libertés civiles, notamment le droit à la vie privée.

L’histoire de la surveillance gouvernementale démontre que nous ne pouvons jamais tenir ce droit pour acquis.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/20/ice-probably-spied-on-you/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire