Ignorez-nous à vos risques et périls — RT World News

0
77

Si les sanctions occidentales sont la seule réponse à son dernier test de missile, Pyongyang n’aura d’autre choix que d’intensifier ses actions

Sous l’administration de Donald Trump, la dénucléarisation nord-coréenne figurait en tête de liste des priorités de la politique étrangère américaine. Sous Joe Biden, le problème nord-coréen a été relégué au second plan. Un test récent d’un missile balistique intercontinental (ICBM) prétendument capable de frapper des cibles à travers les États-Unis démontre la folie de laisser la diplomatie languir.

L’essai en vol par la Corée du Nord d’un ICBM fabriqué localement, jeudi, nous rappelle brutalement que même si la communauté internationale se débat avec les conséquences de “l’opération spéciale” de la Russie en Ukraine, le monde en dehors de l’Europe reste un endroit très dangereux, avec le potentiel de devenir encore plus alors.

Le lancement de l’ICBM Hwasong-17, qui avait été dévoilé publiquement lors d’un défilé militaire en octobre 2020 à Pyongyang et à nouveau lors d’une exposition sur la défense en octobre 2021, représente un bond en avant spectaculaire en termes de capacité militaire nord-coréenne.

Le test, qui a utilisé un lanceur mobile depuis un site adjacent à l’aéroport international de Pyongyang, a été effectué en utilisant une trajectoire lissée qui, selon les médias nord-coréens, a vu le missile parcourir 1 090 km (681 miles) pendant 67 minutes, atteignant une altitude d’environ 6 250 km (3 905 miles), avant d’atteindre avec précision sa cible prévue dans l’océan Pacifique au large des côtes du Japon.

Les paramètres de vol du test de missile donneraient au Hwasong-17 une portée démontrée d’un peu moins de 15 000 km (9 320 miles) – plus que suffisante pour atteindre n’importe quelle cible sur le continent américain.




Apparemment, le chef de la Corée du Nord, Kim Jong-un, a personnellement supervisé le lancement du Hwasong-17 – un missile qui, selon lui, avait été développé en raison de «l’inévitabilité de la confrontation de longue date avec les impérialistes américains, accompagnée du danger d’une guerre nucléaire.” Selon les médias d’État de son pays, il est capable de transporter plusieurs ogives nucléaires, “répond exactement aux exigences de conception,” et a été évalué comme étant prêt pour les opérations “dans un environnement et des conditions de temps de guerre”.

Le test de jeudi avait été précédé d’une série de lancements de missiles qui semblaient avoir été liés aux tests de composants individuels en vue des tests à grande échelle du missile. Bien que ces tests, qui utilisaient le Hwasong-17 comme propulseur pour lancer des satellites de reconnaissance militaire, n’aient pas permis à la fusée de voler à sa pleine portée potentielle, ils ont servi à valider son système de propulsion, ainsi que sa capacité à séparer une charge utile avec précision dans l’espace – deux tâches essentielles pour un missile opérationnel capable d’ICBM.

La Corée du Nord n’a pas été en mesure d’obtenir une traction diplomatique significative avec l’administration Biden, après quatre ans d’engagement direct sans précédent mais finalement infructueux avec l’administration Trump et le président Trump personnellement. Dans le cadre des pourparlers sur la dénucléarisation, désormais au point mort, en 2018, la Corée du Nord s’est imposée un moratoire sur les essais de missiles à longue portée.

Le test ICBM est une démonstration claire que Pyongyong pense que la fenêtre diplomatique qui avait été ouverte avec les États-Unis sous Trump est maintenant fermée et, en tant que telle, était conforme à l’objectif de renforcement des capacités d’autodéfense de la Corée du Nord que Kim avait décrit dans son message de fin d’année à la nation.

L’administration Biden s’est engagée dans une politique construite autour d’un « pivot pacifique » théorique qui placerait la question de la Corée du Nord et, en particulier, ses programmes d’armes nucléaires et de missiles balistiques, au premier plan. Un retrait désastreux d’Afghanistan, couplé à des tensions accrues avec la Russie au sujet de l’Ukraine, ont cependant empêché ce « pivot » de passer du papier à l’action.


La Corée du Nord lance un missile balistique présumé

L’important à retenir des essais du Hwasong-17 n’est pas que la Corée du Nord se prépare à la guerre, mais plutôt qu’elle cherche à créer un environnement dans lequel une solution diplomatique à l’impasse actuelle avec l’Occident peut à nouveau avoir la priorité. Kim, dans le discours de fin d’année susmentionné, en décembre, n’a pas mis l’accent sur la force militaire, mais plutôt sur la fragilité intérieure, reconnaissant pour la première fois que son pays souffrait de pénuries alimentaires aiguës. Avec des inondations dévastatrices paralysant la production de riz nord-coréenne, l’ONU estime que le pays est confronté à un déficit alimentaire de près de 860 000 tonnes (780 179 tonnes), qui ne peut être comblé qu’avec l’aide internationale.

Le test de missile, considéré dans ce contexte, est un indicateur important de la façon dont Pyongyong cherche à avancer diplomatiquement dans ce qui a été un vide de leadership américain. En tant que tel, il est conforme à sa pratique habituelle, qui consiste à envoyer des signaux diplomatiques par des démonstrations de force militaire. Cependant, ceux-ci ne servent qu’à mettre en évidence l’insécurité sous-jacente de la nation recluse, qui reste en désaccord avec les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon sur la voie diplomatique vers la résolution de décennies d’isolement et de confrontation.

Si la seule réponse des États-Unis et de l’Occident aux essais du Hwasong-17 est une nouvelle série de sanctions économiques, ils n’auront peut-être d’autre choix que d’intensifier leurs actions, très probablement sous la forme de nouveaux essais d’armes nucléaires. Le principal problème aujourd’hui n’est pas la belligérance nord-coréenne, mais le manque de vision des États-Unis pour exploiter l’opportunité créée par la provocation mesurée de Pyongyong.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire