Il y aura du pétrole : les États-Unis et l’AIE contrent la guerre de Poutine

0
85

Les États-Unis et les 30 autres pays membres de l’Agence internationale de l’énergie ont convenu le 1er mars de libérer 60 millions de barils de pétrole de leurs réserves d’urgence pour envoyer un message unifié et fort aux marchés pétroliers mondiaux qu’il n’y aura pas de pénurie d’approvisionnement en raison de L’invasion de l’Ukraine par la Russie, selon l’AIE.

L’invasion de la Russie intervient dans un contexte de marchés pétroliers mondiaux déjà tendus, de volatilité accrue des prix, de stocks commerciaux au plus bas depuis 2014 et d’une capacité limitée des producteurs à fournir un approvisionnement supplémentaire à court terme.

Après une coordination et une consultation intensives 24 heures sur 24 par le président américain Joe Bidenl’administration et les alliés et partenaires des États-Unis, les pays membres de l’AIE, soutenus par la Commission européenne, ont convenu d’une libération collective d’un premier 60 millions de barils de pétrole brut provenant des réserves stratégiques de pétrole des États-Unis, porte-parole américain Jen Psaki mentionné. Dans le cadre de cet accord, Biden autorisera le ministère de l’Énergie à libérer 30 millions de barils de la réserve stratégique américaine de pétrole.

Les pays membres de l’AIE ont également convenu de continuer à surveiller les marchés et d’envisager de nouvelles diffusions si nécessaire.

Au cours de la réunion, présidée par le secrétaire américain à l’Énergie Jennifer Granholmles ministres ont exprimé leur solidarité avec le peuple ukrainien et son gouvernement démocratiquement élu face à la violation effroyable et non provoquée de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine par la Russie.

Les ministres de l’AIE ont noté avec inquiétude les impacts sur la sécurité énergétique des actions flagrantes de la Russie et ont exprimé leur soutien aux sanctions imposées par la communauté internationale en réponse, a déclaré l’AIE dans un communiqué de presse.

“Il est encourageant de voir à quelle vitesse la communauté mondiale s’est unie pour condamner les actions de la Russie et réagir de manière décisive”, a déclaré le directeur exécutif de l’AIE. Fatih Birol mentionné. « Je suis heureux que l’AIE se soit également réunie aujourd’hui pour agir. La situation sur les marchés de l’énergie est très grave et exige toute notre attention. La sécurité énergétique mondiale est menacée, mettant l’économie mondiale en danger pendant une phase fragile de la reprise.

Il a salué la décision des pays membres de l’AIE de mettre à disposition les 60 millions de barils initiaux pour assurer la stabilité des marchés pétroliers. « Je suis également heureux que nos pays membres se soient engagés à faire tout leur possible pour soutenir l’Ukraine en termes d’approvisionnement en carburant. À l’invitation du conseil d’administration, je me réjouis également d’accueillir le ministre ukrainien de l’énergie Galushchenko allemand en tant qu’invité spécial à notre prochaine réunion ministérielle plus tard ce mois-ci », a déclaré Birol.

Psaki a déclaré que la publication coordonnée de l’AIE pour soutenir la sécurité énergétique mondiale le 1er mars est un autre exemple de partenaires du monde entier condamnant l’invasion non provoquée et injustifiée de l’Ukraine par la Russie et travaillant ensemble pour faire face à l’impact du président russe. Vladimir Poutineest la guerre du choix. Il a noté que Biden était clair dès le début que tous les outils sont sur la table pour protéger les entreprises et les consommateurs américains, y compris contre la hausse des prix à la pompe.

« Nous sommes prêts à utiliser tous les outils à notre disposition pour limiter les perturbations de l’approvisionnement énergétique mondial à la suite des actions du président Poutine. Nous poursuivrons également nos efforts pour accélérer la diversification des approvisionnements énergétiques loin de la Russie et pour protéger le monde de la militarisation du pétrole et du gaz par Moscou », a déclaré Psaki.

Les membres de l’AIE détiennent des stocks d’urgence de 1,5 milliard de barils. L’annonce d’une libération initiale de 60 millions de barils, soit 4 % de ces stocks, équivaut à 2 millions de barils par jour pendant 30 jours. Le tirage coordonné est le quatrième de l’histoire de l’AIE, qui a été créée en 1974. Des actions collectives antérieures ont été menées en 2011, 2005 et 1991.

Selon l’AIE, la Russie joue un rôle démesuré sur les marchés mondiaux de l’énergie. C’est le troisième producteur mondial de pétrole et le plus grand exportateur. Ses exportations d’environ 5 millions de barils par jour de pétrole brut représentent environ 12 % du commerce mondial – et ses quelque 2,85 millions de barils par jour de produits pétroliers représentent environ 15 % du commerce mondial des produits raffinés. Environ 60 % des exportations pétrolières de la Russie sont destinées à l’Europe et 20 % à la Chine.

Les ministres ont déclaré le 1er mars que l’approvisionnement énergétique ne devait pas être utilisé comme un moyen de coercition politique ni comme une menace pour la sécurité nationale et internationale. “Le secrétariat de l’AIE continuera de surveiller de près les marchés mondiaux du pétrole et du gaz et de fournir des recommandations au conseil d’administration, y compris d’éventuels tirages supplémentaires de stocks de pétrole d’urgence, si nécessaire”, a déclaré l’AIE.

Le Conseil d’administration a également encouragé chaque pays membre à faire tout son possible pour soutenir l’Ukraine dans l’approvisionnement en produits pétroliers, recommandant aux gouvernements et aux consommateurs de maintenir et d’intensifier les efforts de conservation.

Les ministres ont également discuté de la dépendance importante de l’Europe vis-à-vis du gaz naturel russe et de la nécessité de la réduire en se tournant vers d’autres fournisseurs, notamment via le gaz naturel liquéfié (GNL), et de continuer à poursuivre une accélération bien gérée des transitions énergétiques propres, a déclaré l’AIE, ajoutant que le 3 avril, le secrétariat de l’AIE publiera un plan en 10 points sur la manière dont les pays européens peuvent réduire leur dépendance à l’égard de l’approvisionnement en gaz russe d’ici l’hiver prochain.

suivre sur twitter @energyinsider



La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire