“Ils les ont abattus comme des animaux”: Massacre à Ayacucho au Pérou

0
74

Le 15 décembre 2022, alors que des hélicoptères survolaient la ville, des membres de l’armée nationale péruvienne ont abattu des civils à balles réelles dans la périphérie de la ville d’Ayacucho. Cette action était en réponse à une grève nationale et à une mobilisation pour protester contre le coup d’État qui a renversé le président Pedro Castillo le 7 décembre.

Le 15 décembre, des centaines d’étudiants universitaires, de commerçants, de vendeurs de rue, de travailleurs agricoles et de militants se sont rassemblés au centre d’Ayacucho pour exprimer leur mécontentement face au retrait de Castillo et ont poursuivi leur mobilisation en faveur de l’aéroport. Des actions similaires ont été observées dans plusieurs autres villes de la région andine du sud du pays.

Alors que les manifestants s’approchaient de l’aéroport, des membres des forces armées ont ouvert le feu et tiré des grenades lacrymogènes directement sur eux. Les tirs de l’armée depuis les hélicoptères se sont avérés les plus meurtriers. Alors que les centaines de personnes non armées couraient pour sauver leur vie, les tirs se sont poursuivis.

Dix personnes ont été tuées à la suite de ces violences infligées par l’armée, et des dizaines d’autres ont été blessées, selon numéros officiels assuré par le bureau du médiateur. Au moins six personnes se battent toujours pour leur vie dans les hôpitaux de Lima, la capitale du Pérou, et d’Ayacucho. Les autopsies de 10 des personnes décédées à Ayacucho montrent que six des victimes sont mortes de blessures par balle à la poitrine. Le plus jeune n’avait que 15 ans.

Le 27 décembre, Reuters a rapporté comment l’une de ces victimes mortelles à Ayacucho, Edgar Prado, 51 ans, a été tuée par balle alors qu’elle tentait d’aider quelqu’un d’autre qui avait été abattu pendant les manifestations.

La réponse extrêmement violente des forces de sécurité aux manifestations anti-coup d’État à travers le Pérou a été largement condamnée. UN délégation de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) s’est rendue dans le pays du 20 au 22 décembre pour recueillir des témoignages d’organisations locales de défense des droits de l’homme et de victimes sur la violente répression subie par les manifestants et s’est également entretenue avec les familles des 28 victimes décédées. La délégation s’est rendue à Ayacucho le 22 décembre.

Plus d’une douzaine d’autres membres de la famille, des habitants d’Ayacucho, des organisateurs et quelques journalistes indépendants, dont moi-même, attendaient sur le trottoir d’une des rues étroites et colorées de la ville pendant que la réunion se déroulait. Au fur et à mesure que les gens allaient et venaient, une grande partie des événements et des tragédies du 15 décembre ont été racontés.

Le massacre

“Ils ne vous montreront pas cela aux informations ici”, m’a dit Carmen (nom changé) en me montrant une vidéo sur son téléphone d’un jeune garçon avec du sang partout sur sa chemise traîné en lieu sûr par d’autres manifestants. « C’est son neveu », dit-elle en désignant une femme assise par terre.

Pedro Huamani, un homme de 70 ans membre du Front de défense du peuple d’Ayacucho (FREDEPA), accompagnait les victimes qui attendaient devant la réunion de la CIDH. “Nous avons subi une perte terrible”, m’a-t-il dit, “j’étais présent ce jour-là dans une marche pacifique vers l’aéroport.”

“Quand ils ont commencé à nous tirer des grenades lacrymogènes et des balles, j’ai commencé à m’étouffer, j’ai failli mourir là-bas”, a déclaré Huamani. « Je me suis échappé et je suis descendu au cimetière, mais c’était pareil, nous essayions d’entrer et ils ont commencé à nous tirer dessus par derrière. Des hélicoptères volaient au-dessus de nous et de là, ils ont tiré des grenades lacrymogènes sur nous, essayant de nous tuer.

Carmen a amené quelques-unes de ses amies et l’une d’elles, qui portait un survêtement gris, m’a dit : « Nous vivons tous près de l’aéroport et nous avons tout vu. Vous auriez dû voir comment ils les ont abattus comme des animaux. Nous avons essayé d’aider certains des blessés, mais c’était difficile.

Le massacre d’Ayacucho, ainsi que la violente répression à travers le pays, n’ont fait qu’intensifier l’exigence populaire de démission de Dina Boluarte. Boluarte a prêté serment le 7 décembre immédiatement après le coup d’État contre Castillo. Dans des entretiens et des discours publics, elle a justifié l’usage de la force par la police contre des manifestants qualifiant leurs actions d’actes de “terrorisme” et de “vandalisme”.

Huamani, tout en tremblant et en retenant ses larmes, a déclaré : « C’est une présidente meurtrière et à Huamanga, nous ne la voulons pas, nous ne la reconnaissons pas non plus comme présidente parce que cette femme a ordonné à la police et à l’armée de tirer sur nous, Péruviens. Et ces balles, ces armes, sont vraiment achetées par nous, pas par l’armée, ni par les soldats, mais par le peuple. Et pour eux, nous tuer est vraiment horrible.

La colère ressentie par les habitants d’Ayacucho est également liée à l’effritement historique de la démocratie péruvienne et à l’exclusion économique subie par les régions en dehors de Lima. Huamani a expliqué : « Ils ont éliminé notre président [Castillo] ce n’est donc pas une démocratie. Nous ne sommes pas une démocratie, nous sommes en [state of] guerre, mais pas seulement à Ayacucho et Huamanga, mais aussi à Arequipa, Apurímac, Cusco. Dans ces régions, nous souffrons de la pauvreté, nous ne pouvons plus survivre, nous mourons de faim… et ces droites veulent faire de nous leurs esclaves, mais nous ne le permettrons pas car nous réagissons et résistons.

De vieilles blessures déchirées

Le 15 décembre n’était pas la première fois que des civils à Ayacucho étaient massacrés par les forces armées péruviennes. De nombreuses personnes présentes le 15 décembre ont déclaré que le traitement guerrier reçu par les manifestants pacifiques rappelait les jours du conflit armé interne de deux décennies que les Péruviens ont subi il y a plus de 20 ans.

“Ils nous traitent toujours comme si nous étions tous des terroristes”, a souligné un membre de la famille d’une des victimes des manifestations.

Dans le cadre de la campagne de l’État contre l’insurrection de la guérilla, il a torturé, détenu, fait disparaître et assassiné des dizaines de milliers de paysans et d’indigènes innocents, les accusant de soutenir ou de faire partie de l’insurrection.

La population d’Ayacucho a été l’une des plus durement touchées. Selon les rapports de la Commission Vérité et Réconciliation, qui a été créée pour enquêter sur les violations des droits de l’homme, sur les 69 280 victimes estimées du conflit armé interne au Pérou de 1980 à 2000, 26 000 ont été tuées ou ont disparu par des acteurs étatiques ou des insurgés. groupes à Ayacucho. Des milliers de personnes qui ont fui leurs villes pour la ville d’Ayacucho pendant le conflit continuent de rechercher leurs proches et d’exiger justice.

L’une d’elles est Paula Aguilar Yucra, que j’ai rencontrée en dehors de la réunion de la CIDH. Comme plus de 60 % des habitants d’Ayacucho, le quechua indigène est sa première langue. L’homme de 63 ans est membre de l’Association nationale des proches des personnes kidnappées, détenues et disparues du Pérou (ANFASEP), basée à Ayacucho. Elle a fui sa communauté rurale d’Usmay pour Ayacucho en 1984 après que sa mère a été tuée et que son frère a été emmené par des soldats et qu’on ne l’a jamais revu.

Près de 40 ans plus tard, elle pleure à nouveau. Son petit-fils, José Luis Aguilar Yucra, 20 ans, père d’un garçon de deux ans, a été tué le 15 décembre d’une balle dans la tête alors qu’il tentait de rentrer chez lui après le travail.

Lors d’une veillée organisée dans l’après-midi du 22 décembre, Paula s’est tenue debout avec les autres membres de l’ANFASEP et a tenu une pancarte indiquant : « Se battre aujourd’hui ne signifie pas mourir demain ».

.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/01/05/they-shot-them-down-like-animals-massacre-at-perus-ayacucho/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire