Tremblement de terre de Türkiye : le coût mortel d’un développement axé sur le profit

0
354

“Donnez-nous juste une tente !” a imploré Fatma, s’adressant à un journaliste d’un média turc Épine, quatre jours après les tremblements de terre dévastateurs du 6 février. Elle pourrait gérer la soif et la faim pendant quelques jours, mais l’hiver est trop éprouvant pour dormir dehors. L’appel à l’aide de Fatma a trouvé un écho dans toute la région alors que les efforts de sauvetage ralentissaient en raison des conditions hivernales difficiles, du manque de ravitaillement, de l’effondrement des infrastructures, des divisions politiques internes et, dans le cas de la Syrie, de l’isolement à long terme dû à la guerre civile.

Le premier tremblement de terre massif de magnitude 7,8 a frappé tôt le matin. Son épicentre était à Gaziantep, la plus grande ville du sud-est de la Turquie. Neuf heures plus tard, alors que les gens essayaient de sauver leurs proches et appelaient à l’aide, un deuxième tremblement de terre de magnitude 7,6 a frappé Kahramanmaraş. Dix villes turques au total ont été touchées, ainsi que des parties du nord de la Syrie, couvrant une vaste zone qui rend les efforts de sauvetage difficiles et gourmands en ressources.

Au moment d’écrire ces lignes, le nombre de morts dépassait 23 700. Plus de 70 000 personnes ont été blessées rien qu’en Turquie et plus de 6 000 bâtiments se sont effondrés. Les chiffres devraient continuer à augmenter. Il faudra des jours, probablement des semaines, pour que la véritable ampleur de la tragédie soit révélée.

La zone la plus touchée par le tremblement de terre abrite de nombreux membres de la communauté kurde de Türkiye, ainsi que, ces dernières années, une importante population de réfugiés syriens. Cette catastrophe s’ajoute à des décennies de sous-développement – une politique consciente de l’État turc née de sa volonté d’éradiquer les aspirations nationales kurdes – et, dans le cas des Syriens, à une expérience très récente et traumatisante de guerre, de dépossession et de déplacement.

Lors de sa visite dans la région à la suite du tremblement de terre, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a déclaré à la population que « ces choses sont dans le plan du destin ». La vérité est loin de là.

L’auteur de cet article se trouvait à Istanbul, à moins d’une heure de route, lorsque le 17 août 1999, un tremblement de terre à İzmit-Düzce a fait plus de 17 000 morts. En réponse à cette catastrophe – après des années de débat – un nouveau code du bâtiment a été introduit, amenant la Turquie aux normes internationales. Puis, en 2012, le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, dirigé par Erdoğan, a introduit la fameuse «loi sur la transformation urbaine», qui a permis à l’État de reprendre et de reconstruire des bâtiments que les bureaucrates du gouvernement jugeaient dangereux.

Tout cela était censé, en théorie, réduire les risques de dommages causés par les tremblements de terre et améliorer plus généralement l’agrément urbain. Depuis le début, cependant, le système a été miné par la corruption et le capitalisme de copinage.

Cela a été suralimenté sous l’AKP, qui entretient des liens étroits avec les promoteurs immobiliers et fait un usage libéral des soi-disant amnisties du zonage et du code de la construction – une caractéristique régulière de la politique de favoritisme en Turquie. Des millions de bâtiments construits sans autorisation ou dans des zones non classées ont été certifiés légaux en échange d’un soutien politique et de votes. Pour les promoteurs immobiliers et le gouvernement, c’est un arrangement « gagnant-gagnant ». Le gouvernement maintient le soutien d’un puissant secteur du capital, tandis qu’un certain nombre de promoteurs immobiliers récemment créés sont rapidement devenus des acteurs nationaux et internationaux majeurs.

Nous savons cependant que là où le profit privé explose, les gens ordinaires sont susceptibles de souffrir. C’est certainement le cas en Turquie aujourd’hui. Les politiques de l’AKP sont loin d’avoir été une « victoire » pour les personnes vivant dans des villes, comme Istanbul, qui ont été « transformées » à l’exclusion presque totale des espaces verts ou des lieux de rassemblement communautaires, ou pour les personnes vivant dans des immeubles construits par des promoteurs. dont le patronage politique a été récompensé par «l’amnistie» des normes pertinentes.

Au lendemain du tremblement de terre, Erdoğan a fustigé les critiques. À l’approche des élections cette année, il veut éviter l’impression de faiblesse ou d’incompétence. Dans un discours furieux à la nation, il a déclaré qu’il “surveillait de près ceux qui visent à nous diviser avec des mensonges et des distorsions tandis que le gouvernement et la nation tentent main dans la main de faire face à ce désastre historique”.

Des voix dissidentes sur les réseaux sociaux, comme le politologue Özgün Emre Koç, ont été arrêtées par la police pour avoir critiqué la réponse du gouvernement. Le gouvernement a également cherché à freiner l’effort de sauvetage mené par des volontaires observé dans les premiers jours après le tremblement de terre, car il sape le récit d’un État tout-puissant. Les volontaires doivent désormais obtenir l’autorisation de l’agence turque de gestion des catastrophes avant d’aider aux opérations de sauvetage.

Une différence notable entre le tremblement de terre de 1999 et aujourd’hui est la façon dont les médias ont couvert la catastrophe. En 1999, le grand journal turc Liberté connu sous le titre “MURDERERS” – faisant référence aux promoteurs immobiliers et aux fonctionnaires de l’État qui ont accordé des titres à des propriétés ne respectant pas les codes du bâtiment. Aujourd’hui, des journaux comme Sabah ont mis en avant des citations d’Erdoğan telles que « notre nation n’a pas à s’inquiéter ». Après des années d’attaques et de répression étatiques, la propriété des médias s’est consolidée entre quelques mains capitalistes sûres et pro-AKP.

Les tremblements de terre pourraient bien être « destinés » à frapper des pays comme la Turquie qui se trouvent au sommet des plaques tectoniques en mouvement. Mais le niveau extrême de mort et de destruction qui s’est produit dans ce cas (et s’est produit dans tant d’autres catastrophes «naturelles» au fil des ans) est le résultat direct de la logique du capitalisme axée sur le profit.

Les travailleurs turcs et syriens doivent s’unir pour mettre fin au cycle du sacrifice et de la perte et faire répondre les promoteurs et les politiciens des nombreux décès inutiles. L’espoir manifesté par les efforts de sauvetage de la communauté et la colère qui déchire la société sont tous deux nécessaires dans la bataille contre le type de société qui laisse les gens vivre dans des bâtiments dangereux ou mourir piégés en dessous.

Source: https://redflag.org.au/article/turkiye-earthquake-deadly-cost-profit-driven-development

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire