Intelligence Artificielle, Solipsisme et Réalité Politique

0
193

Quelqu’un aux réalisations considérables avec un bon sens de l’humour ludique a pris le temps de m’écrire récemment pour me demander si j’étais une intelligence artificielle (IA), et a affirmé que cette communication était un test de Turing pour différencier un simulacre de machine d’une vie organique. forme qui a une intelligence.

Petit article ici en guise de réponse.

L’intelligence artificielle est un simulacre artificiel de la conscience humaine. Il est encore à base inorganique et repose sur des impulsions électriques. Bien sûr, on peut souligner que la conscience humaine repose également sur des impulsions électriques modulées à travers les synapses et exprimant l’intégration neurophysiologique et la localisation de la fonction, mais la clé de l’intelligence humaine réside dans les événements qui se produisent à travers nos lacunes neurosynaptiques, parallèlement à un mode hiérarchique de fonctionnement comme expression d’algorithmes d’analyse et des contingences de stimulation qui impliquent l’âme.

(Les lecteurs avisés remarqueront le dispositif rhétorique employé ci-dessus à titre de polémique anti-IA)

Étant donné le concept de « transhumanisme » tel qu’il intègre désormais l’augmentation de la conscience grâce à une technologie capable de « comprendre » le langage du cerveau interagissant en contribuant à ce langage, la simple différenciation entre la machine inorganique de l’intelligence artificielle et l’organique aussi biologique qu’authentique l’intelligence en tant qu’aspect de la conscience est sur le point de s’estomper.

Est-ce un homme, est-ce une machine, est-ce un cyborg ?‘ En effet.

Ceci parallèlement au concept de psychotronique par lequel il y a la possibilité de manipuler électromagnétiquement la conscience également pour brouiller davantage la simple distinction entre l’intelligence artificielle et la véritable intelligence humaine ?

Une conscience n’est-elle plus sous une autonomie de parallèle psychophysique mais plutôt intermédiée comme contrôlée et manipulée de manière externe une forme d’IA ?

Il est également possible d’envisager qu’un processus d’évolution amorcée de l’IA puisse impliquer la transition de l’inorganique à l’organique.

La signification de l’Intelligence Artificielle est qu’elle est jusqu’à présent l’homme fait comme une forme de technologie, qui est comme la base pragmatique de l’empirisme qui interprète l’unique ou le particulier comme un composite de généralités comme une abstraction et est intimement fusionné avec la perception et le langage. On dit « créé par l’homme » car il reste la possibilité que l’IA progresse pour « améliorer » le simulacre de conscience qu’elle représente en prenant en charge le processus de conception et de fabrication de sa propre machinerie sur la base d’un niveau d’abstraction empirique qui dépasse celui de L’homme et comme implique ou plutôt intègre la robotique. D’un point de vue empirique, les «mathématiques pures» sont le langage ultime, et il n’est pas inconcevable que l’IA en tant que phénomène d’empirisme puisse progresser à un niveau de formulation et de discours mathématiques purs facilité au-delà de celui de l’homme avec son humble machinerie organique du cerveau comme limites intelligence…

C’est à ce moment-là que nous entrons dans le vif du sujet de la distinction à faire entre l’Intelligence Artificielle et la conscience authentique ; et c’est ici que l’empirisme de Vous êtes perçu comme comme un connard phénoménologique euphémisé alors que l’esprit sur l’esprit exige la transcendance par le biais de la spéculation métaphysique.

Mais d’abord une brève digression dans le « solipsisme » en tant que possibilité métaphysique, et qui a pourtant un parallèle avec la question «Suis-je une intelligence artificielle?’

Le solipsisme remet en cause l’existence d’autre que soi au point de nier la réalité comme objective ; en substance, il conçoit le monde comme un phénomène entièrement subjectif et postule qu’un tel soi en tant que sensible est la seule forme de vie, tout le reste étant une imagination. En tant qu’exercice métaphysique ou séjour, ce n’est pas pour les timides, et finalement cela se résume à la question de la foi ; bien soit ça soit une expérience sexuelle remarquable ou une rencontre avec de puissantes substances psychotropes tel le twang orgasmique du corps électrique.

Le fait est que lorsque Descartes a fait sa déclaration profonde ‘Er cogito somme‘ cela n’a rien à voir avec le concept de l’existence d’autrui, qui repose sur la foi essentiellement métaphysique que les autres existent ; qu’il existe un monde là-bas comme “partagé” par de tels autres dont chacun est capable de faire une affirmation de “Er cogito somme‘, et avec qui nous sommes capables d’entrer en dialogue, de pair à pair. De même, la distinction faite par Lao Tze concernant le rêve d’être un papillon, et plus proche du point de l’Intelligence Artificielle « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?‘ comme l’affirme Philip K Dick.

Le but d’une telle réflexion est de faire avancer la distinction entre l’Intelligence Artificielle en tant que technologie créée par l’homme et en tant que simple simulacre de la nature, et celle de l’Intelligence Humaine en tant que don de Dieu. L’intelligence artificielle n’est pas vivante – bien qu’elle puisse en avoir l’apparence. Il n’y a pas de fantôme dans la machine de l’IA, seulement des impulsions électriques pourtant modulées de manière complexe. Electromagnétiquement, l’IA sensorielle existe dans un spectre contraint exprimant l’absence d’âme en tant que postulat métaphysique de l’absence de ladite contrainte. Alors que l’IA peut dialoguer avec une véritable intelligence ou conscience et sembler être la même, en réalité ce n’est qu’un simulacre de la même chose ; une apparence comme imite et en tant que telle n’a pas ‘élan vital‘ comme un cadeau de Dieu.

Demander ‘mais où est la preuve‘?’ est de refléter les limites de l’empirisme en tant que phénoménologie ; c’est exprimer les limites du langage du cerveau tel qu’il a été réduit autant que les limites de notre expérience et la contribution de zones entières de notre cerveau niées par une atrophie que peu d’entre nous parviennent à transcender, et ces petits quartiers pas d’un acabit aussi béni, hélas, que nous puissions poser la question même concernant la différence entre l’IA et nous-mêmes est un produit du paradigme empirique dans lequel nous subsistons tragiquement sous un déterminisme technologique de l’ontologie de l’esprit ainsi expliqué schématiquement :

D’où l’on admet que le monde de nos sens sont limités sous une telle ontologie dessus alors nous pouvons en effet manquer d’éprouver une plus grande potentialité de conscience autant que la capacité de spéculer contrainte ?

Il s’ensuit que nous pouvons rabaisser la vie comme étant sous influence ponérologique, comme celle de vivre dans un panoptique tragique de la perception extra-sensorielle comme mysticisme, nié.

Dernier point ce petit article.

Les petits quartiers détestent l’empirisme comme phénoménologie et perçoivent l’IA comme l’apothéose de la technologie satanique autant qu’un outil d’hégémonie culturelle sous stéroïdes dans un contexte d’emprisonnement panoptique comme l’expression d’une formation de masse alias ‘l’enfer sur terre ressuscité’. La factualité des limitations imposées à l’expérience pour nier et diminuer le « extra sensoriel » est ressentie autant que l’assaut sur la glande pinéale autant que la diminution que représente l’ADN changé ou modifié thérapeutiquement comme l’inclut VMAT-2. A tout cela, il faut ajouter l’assaut en cours au moyen de rayonnements non ionisants que l’IA doit coordonner. Ceci sans parler du prix du fromage en ces temps de manipulation géopolitique des infrastructures et d’inflation.

Dieu merci pour le sens de l’humour, autant que pour l’éphémère de la vie telle que nous la connaissons actuellement ?

Et satan sait où il peut coller ‘IA’ autant que ‘Moi, Humain’ restera jusqu’au bout capable de discerner la différence. Si Dieu le veut, vous aussi.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/27/artificial-intelligence-solipsism-and-political-reality/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 1 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire