Interdire les putains d’armes – CounterPunch.org

0
137

Source photo : David Ohmer – CC BY 2.0

Je n’ai pas tiré avec une arme à feu depuis l’âge de dix-neuf ans. C’était un pistolet de calibre .22 avec un long canon et une poignée en bois. Je l’ai tenu à deux mains d’abord puis à une. Mon objectif était toujours nul. Quand j’étais un garçon d’environ dix ans, mon frère et moi avons suivi quelques cours de sécurité des armes à feu où nous avons tiré des fusils à un coup qui étaient également de calibre .22 et un fusil de chasse à un canon chargé de cartouches de chevrotine. Avec les deux canons, nous devions recharger à chaque fois. Je tirais sur des cibles en papier à distance sur la base militaire où mon père était stationné. J’étais un très mauvais tireur. Mon frère a frappé dans le mille presque à chaque fois. J’ai mieux réussi avec un arc et une flèche standard. En fait, quand j’étais dans les Boy Scouts, j’ai pu obtenir l’insigne de mérite du tir à l’arc, mais j’ai échoué à l’insigne de carabinier. Mon frère possède toujours des armes. Ainsi font ses fils. Un couple est un chasseur régulier. Il ne chasse qu’avec une arbalète.

Je mentionne ce qui précède pour montrer que je ne suis pas étranger aux armes à feu. En effet, quand j’avais dix-neuf ans et que je pensais que la révolution arrivait, j’allais dans les bois du comté de Howard, MD. et tirer sur des canettes de bière alignées sur une bûche – la même chose que j’ai faite lorsque mon père m’a initié au tir. Jamais de ma vie je n’ai même pensé à tirer sur des gens, c’est pourquoi j’ai réalisé que mon rôle dans cette révolution qui n’a jamais eu lieu impliquerait très probablement des situations non armées.

C’est évidemment une déclaration accablante que tuer des enfants dans leurs écoles, des fidèles dans leurs églises et des Noirs et des Latinos dans les endroits où ils font leurs courses est quelque chose qui se produit avec une fréquence relative aux États-Unis. Ce qui est encore plus accablant, cependant, c’est que tant de politiciens soutiennent essentiellement ce comportement sociopathe. Bien sûr, ils peuvent faire des déclarations déplorant l’effusion de sang et la tragédie, mais ils ne font absolument rien pour y mettre fin. Dans leur esprit, il n’y a rien à faire contre des hommes (oui, ce sont généralement des hommes) entrant dans une école portant un gilet pare-balles et portant un arsenal plus adapté à un soldat envahisseur et tuant quelques dizaines de personnes. Là encore, les politiciens affirment qu’il n’y a rien à faire non plus pour embaucher des jeunes hommes, les armer jusqu’aux dents et les envoyer frapper à la porte de familles innocentes et tuer tout le monde à l’intérieur. C’est la démocratie américaine, putain. Prends-le au visage ou on te tue.

C’est un pays construit sur la violence et déterminé à survivre par la violence ou à faire tomber le monde avec elle. Il rejette systématiquement les pourparlers de paix en faveur de la guerre, les approches non violentes du crime en faveur des flics tueurs et l’ouverture des frontières en faveur d’une application des frontières fortement militarisée. Puis il pleure quand ses enfants sont tués. Ensuite, il vend plus d’armes. C’est un endroit tordu où vivre et la plupart de ses habitants n’ont aucune idée à quel point il est tordu.

Je n’écris généralement pas sur les armes à feu ou sur l’acceptation facile de leur violence, mais entre les quarante milliards de dollars d’armes qui vont à l’armée ukrainienne pour mener une guerre qui aurait dû et aurait pu être résolue avec un petit compromis et le meurtre de masse de dix-neuf jeunes enfants dans leur école par un garçon de dix-huit ans qui n’aurait jamais dû être en mesure d’obtenir non pas une mais deux armes d’assaut, je dois dire quelque chose. Mettre fin à la vente, à la fabrication et à l’importation de ces armes. Limitez la vente de toutes les munitions et dites à ceux qui s’y opposent – les accessoires de tous les crimes commis par ceux qui utilisent ces armes – que leur argument a été tué au cours des deux dernières semaines. Aussi mort que ces enfants assassinés à Uvalde, au Texas. Aussi mort que les acheteurs assassinés dans le supermarché Top’s à Buffalo, NY.

Les gens peuvent tuer des gens, mais les gens avec des armes d’assaut tuent beaucoup de gens. Mettre fin à leur fabrication, leur importation et leur vente réduirait le nombre de cadavres de manière très mesurable. Ensuite, nous pourrons parler du reste de la merde qui a foiré.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/27/ban-the-damn-guns/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire